Projet de loi travail : les rangs se regonflent

Ils étaient près de 800 à défiler jeudi matin à Angers contre le projet de loi El-Khomri : une mobilisation en hausse, au lendemain de l’interdiction avortée de la manifestation parisienne, par le gouvernement.



La prochaine journée d'action contre le projet de loi travail est prévue le mardi 28 juin.
La prochaine journée d'action contre le projet de loi travail est prévue le mardi 28 juin.
Dernière ligne droite avant l’été, remotivation suite au rassemblement dans la capitale le 14 juin ou réaction à la tentative d’interdiction de la manifestation parisienne par le gouvernement ? Ils étaient en tout cas entre près de 800 à crier leur opposition au projet de loi travail ce jeudi à Angers, à l'appel de l'inter-organisations (CGT, FO, FSU, Solidaires, Unef, UNL); soit trois fois plus que lors du dernier rassemblement sur les bords de Maine.

Peut-être avaient-ils entendu l’appel de cinq organisations politiques du département (EELV, MRC, PCF, POI, NPA) à s’unir face aux « attaques contre les syndicats, le droit de manifester et le droit du travail ». Un appel lancé suite à la "presqu’interdiction", mercredi, de la manifestation parisienne. « C’est liberticide et gravissime », s’émeut Alain Pagano, secrétaire départemental du PCF. « C’est vraiment préoccupant qu’un gouvernement, dit de gauche, utilise de tels artifices. C’est peut-être la goutte d’eau qui fait déborder le vase ».

Quant aux débordements et à la présence des casseurs dans les cortèges, « c’est peut-être le seul argument qui reste à un gouvernement minoritaire à l’Assemblée nationale et dans son propre parti », avance Didier Testu, secrétaire de l'Union locale CGT d'Angers. « Pour nous, la mobilisation continue, indépendamment de ce genre de manœuvre. Pour le gouvernement, ainsi que les gouvernements européens, il est hors de question d’arrêter l’offensive anti ouvrière donc pour nous il est hors de question d’arrêter la mobilisation ».
« Ce que le Sénat fait, la rue peut le défaire » - Marie-José Faligant
Une semaine après l’adoption au Sénat du fameux article 2 – qui prévoit que l’accord d’entreprise prévaut sur l’accord de branche – les syndicats veulent donc croire que « ce que le Sénat fait, la rue peut le défaire »  (Marie-José Faligant, CGT). Reste à savoir si l’été ne va pas faire s’essouffler le mouvement. « Même s’il est vraisemblable qu’il y ait moins de manifestations avant la trêve de cet été, le mouvement va continuer et, en septembre, si le gouvernement a campé sur ses positions, les manifestations reprendront », assure  Hubert Lardeux de Force Ouvrière.

D’ici là, la prochaine journée de mobilisation a été fixée mardi prochain, 28 juin, date à laquelle les syndicats remettront les conclusions de leur votation citoyenne en préfecture. « D’après les premiers résultats, autour de 85 à 90 % des salariés s’opposent au projet de loi El Khomri », explique Pascal Bouvier secrétaire de l’Union départementale de la CGT. L’intersyndicale se réunit ce jeudi après-midi pour décider de la suite à donner au mouvement. « Je suis assez optimiste, avec l’idée que l’on réussisse à faire plier le gouvernement avant les congés d’été », poursuit Pascal Bouvier. Ce serait tout de même dommage de ne pas profiter d’un acquis social dont on fête l’anniversaire : les congés payés auront 80 ans cette année.

Jeudi 23 Juin 2016
Tiphaine CREZE
Lu 939 fois
     

Actualité | Société | Economie | Politique | Culture | Sports - Loisirs | Services | Zoom sur ... | Billet d'humeur | video | vacances | Administration - Gestion | Jeux | le mensuel Angers Mag | Archives | Publicité | L'oeil de Fanch Juteau

Ce mois-ci dans Angers Mag
couverture Angers Mag