Publicité lumineuse : Decaux devra déposer les écrans d’Angers


Rédigé par - Angers, le 19/07/2013 - 17:05 / modifié le 21/07/2013 - 09:14


Satisfaction du côté des opposants. Le recours déposé par le Service Territorial de l’Architecture et du Patrimoine (STAP) a été approuvé, le Procureur de la République a mis en demeure la société JCDecaux de démonter les écrans publicitaires trop proches des monuments historiques.



Opposants à la publicité lumineuse en centre-ville, en septembre 2012, devant un panneau situé à 50m de l'Hôtel Pincé, monument classé
Opposants à la publicité lumineuse en centre-ville, en septembre 2012, devant un panneau situé à 50m de l'Hôtel Pincé, monument classé
la rédaction vous conseille
L’installateur de mobilier urbain et afficheur JCDecaux, dont le siège est basé à Plaisir (Yvelines) aurait pu s’en douter. « A l'intérieur des agglomérations, la publicité est interdite : … à moins de 100 mètres et dans le champ de visibilité d’un immeuble classé parmi les monuments historiques ou inscrit à l'inventaire supplémentaire », stipule l’article Article L581-8 – 5e du Code de l’Environnement. Et que celle-ci soit lumineuse ou pas. C'est d'ailleurs ce que n'a pas manqué de rappeler Dominique Latron, dans le recours adressé au Procureur de la République fin août 2012.

L'afficheur avait peut-être mis en avant le « II » du même article qui stipule : « le maire peut autoriser l'affichage d'opinion et la publicité relative aux activités des associations... ». La mairie avait donc accepté cette nouvelle forme d’affichage, laquelle était partagée pour moitié avec les informations municipales et associatives.

Mais en principe, cette tolérance concerne les palissades de chantier, c’est-à-dire un affichage provisoire et en aucun cas définitif.

Mais qu’importe le ministère public qui a suivi point à point l’avis de Dominique Latron n'a retenu que le coté publicitaire et demande donc à l’afficheur de déposer les 12 écrans incriminés (sur 14 au total), situés dans le centre-ville, en vue directe depuis au moins un bâtiment classé ou inscrit à l’inventaire supplémentaire.

Un coup dur pour l’afficheur qui comptait bien sur l’expérience angevine pour en proposer dans d’autres villes. Idem pour la Ville d’Angers, laquelle n’aurait jamais transmis le dossier d’implantation aux services de l’État, comme le rapporte le Courrier de l’Ouest dans son édition de ce jour. Cette consultation du STAP comme ce doit être le cas pour toute construction proche d’un monument historique, lui aurait certainement évité ce genre de désagrément. D'autant qu'à Angers, ville patrimoniale par excellence, les bâtiments classés ou inscrits sont nombreux.

En attendant, Decaux devra déposer ses mats et ses écrans avant le 1er octobre et remettre le sol en état. Satisfaction pour les opposants et notamment la Sauvegarde de l'Anjou qui argumentaient dans le même sens que le STAP.




Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur




Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

8.Posté par fabien rebours le 30/07/2013 09:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
On ne va pas bouder son plaisir de n' avoir bientôt plus a supporter cette pollution visuelle. Avez vous remarqué qu'à cette même période c'est installé aussi une multitude de panneaux publicitaire fixe ? Exemple rue Lenepveu a l'entrée de la rue des Cordeliers; Bd du Roi René coté CCi juste avant l'abri bus (qui fait lui aussi de la pub)...
Et le kiosque place du Ralliement, mal tourné? mais sa face pub est très bien mise pour un annonceur qui paye une redevance a la ville....jeu de dupe ?
Fab...

7.Posté par Hugues Beaugé le 24/07/2013 16:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je pousse ce matin un "ouf" de soulagement en apprenant la bonne nouvelle ! Ces enseignes lumineuses étaient pour moi une abberation esthétique et une aggression à chaque fois que j'arrivais en ville. J'habite le Lac de Maine : vous savez cette partie de la ville où l'on a construit harmonieusement il y a plus de 30 ans des logements et des commerces en respectant l'espace naturel. N'est-ce pas mieux ainsi ? Quelle est donc cette "folie" (essentiellement financière !) qui pousse certains à cr...

6.Posté par Yannick Sourisseau le 21/07/2013 00:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Sourinet, nous avons été contraints de modérer votre commentaire, anonyme bien sûr (fausse adresse courriel) pour injures caractérisées à l'encontre de notre journal. Visiblement vous n'aimez pas ce que nous écrivons, nous pouvons le comprendre, mais vous pouvez le dire de manière polie et courtoise, en donnant votre adresse réelle afin que l'on puisse échanger et peut-être se comprendre. Enfin, avant de donner des leçons de français aux autres, il serait de bon ton de ne pas faire la même ch...

5.Posté par sourirenet le 20/07/2013 21:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Désolé ce commentaire a été modéré pour non respect de la charte éditoriale du site www.angersmag.info.

4.Posté par Yannick Sourisseau le 20/07/2013 16:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Panneaux Decaux (suite)

En fouillant la documentation concernant le mobilier urbain voici ce que nous avons trouvé et qui conforte le sens de notre article :

Le contrat de mobilier urbain peut regrouper plusieurs situations, mais deux d’entre elles semblent être les plus courantes :

1 -Le contrat de mobilier urbain stipule que la collectivité bénéficie des équipements moyennant la prise en charge des frais d’installation, d’entretien et de fonctionnement, en contrepartie de quoi la société pres...

1 2














Angers Mag