Publicité lumineuse : les élus verts sont-ils tombés dans le panneau ?


Rédigé par - Le 06/09/2012 - 10:38 / modifié le 06/09/2012 - 20:32


Angers n’est pas Times Square (New York - USA). La publicité lumineuse installée par Decaux, avec l’accord de la Ville, ne passe pas. Europe Écologie les Verts qui dénonce un matraquage publicitaire, une pollution visuelle et un gaspillage énergétique appelait ce mercredi à une manifestation devant l’un des panneaux lumineux de place du Ralliement afin d’inciter la mairie à mettre fin à ce harcèlement visuel. Une question se pose : pourquoi les élus verts ont-ils accepté cette installation ?



Une soixantaine de manifestants se sont réunis hier soir au pied de l'un des panneaux lumineux de la place du Ralliement à l'invitation d'Europe Ecologie les Verts
Une soixantaine de manifestants se sont réunis hier soir au pied de l'un des panneaux lumineux de la place du Ralliement à l'invitation d'Europe Ecologie les Verts
Courageux Romain LAVEAU, élu EELV de la majorité municipale, présent lors de la manifestation initiée ce mercredi par son parti, contre les panneaux publicitaires électroluminescents installés en plusieurs points de la ville. Les anonymes, ceux qui n’appartiennent à aucun parti et encore moins écologistes, mais qui ne supporte pas cette pollution visuelle, qui plus est aux abords de sites classés, n’ont pas manqué de lui faire remarquer que les Verts auraient pu dénoncer cette installation beaucoup plus tôt.

« Les élus verts ne sont pas crédibles au sein du conseil municipal. Ils se sont fait rouler dans la farine », déclarait un manifestant qui ne comprenait la position exacte d’Europe Écologie. « Ils jouent un double jeu. Ils ont accepté et maintenant ils viennent dire qu’ils ne sont pas d’accord. Faudrait savoir ».

A la décharge de ces derniers, l’installation de ces panneaux a été approuvée à l'unanimité le 30 mai 2010, lorsque le contrat de location maintenance des panneaux électroniques d’information municipale en mode télétexte est arrivé à échéance. Il s’agissait alors d’accepter le principe du renouvèlement de ces panneaux et de relancer un marché public prenant en compte les nouvelles technologies d’affichage numérique. Ce projet avait été rapporté par Bernadette Caillard-Humeau, alors adjointe à la voirie.

« On ne pouvait pas imaginer que nous aurions des panneaux aussi lumineux, diffusant de la publicité en plus de l’information municipale. On ne nous l'avait pas présenté comme tel », soutenait Romain LAVEAU et une élue de la minorité municipale, également présente. Et pour cause, en 2010, ces panneaux à diodes électroluminescentes permettant un affichage aussi intense de jour que de nuit n’étaient pas commercialisés.


Comment l’Architecte des Bâtiments de France a-t-il pu accepter cette installation ?

L’affaire a suivi son chemin et c’est le spécialiste de la publicité sur mobilier urbain, JCDecaux qui a été retenu. Ce dernier a alors proposé à la mairie de prendre en charge l’installation, en échange de la moitié du temps d’affichage en publicité, laquelle est bien sûr commercialisée par ses soins à prix fort.

S’afficher dans les lieux touristiques, à deux pas de bâtiments classés monuments historiques, et donc dans des zones à fort passage, une aubaine pour le publiciste. « Pourquoi l’Architecte des bâtiments de France n’est pas intervenu dans ce dossier », interroge un Angevin. « Il n’aurait pas dû accepter que de tels panneaux soient installés face au château d’Angers ou au grand théâtre de la place du Ralliement ».

Quant aux autres élus verts, Vincent DULONG (adjoint à la voirie) et Gilles MAHE (adjoint à l’Environnement), ils ont, par leur position, cautionné cette installation. « Pourquoi ne sont-ils pas venus ce soir », questionne un manifestant. « Je ne veux pas prendre position pour mes collègues. Il ne s’agit pas de polémiquer et de faire porter la responsabilité à d’autres », poursuit Romain LAVEAU. « Il y a d’autres problèmes plus importants en ce moment à Angers (NDLR : l’affaire Technicolor). Il faut maintenant avancer et trouver des solutions qui passent peut-être par le démontage de certains panneaux ».

La solution, un manifestant l’a trouvée en quelques secondes : armé d’un tournevis il a ouvert une petite trappe située sur le mat pour déconnecter le réseau informatique qui transmet les informations numériques, provoquant alors un écran noir, certainement moins consommateur d’énergie.

S’ils n’étaient qu’une soixantaine hier soir à manifester leur désaccord, une pétition pour l’arrêt de ces panneaux a été lancée sur « pétition publique »




Yannick Sourisseau
Directeur publication Angers Mag et Angers Mag Info Journaliste web suivant plus particulièrement... En savoir plus sur cet auteur

Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

12.Posté par Barreau le 08/09/2012 14:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@Willy

Pour l'immeuble en question, cela ne me gêne pas qu'il devienne demain "collector".
Malheureusement, on ne peut pas refaire l'histoire. Je trouve simplement dommage qu'une construction type "année 1980" ait trouvé sa place à cet endroit.

Concernant le tourisme, ce n'est pas la préoccupation première ni des commerçants ni de la ville, alors qu'on voudrait nous faire croire le contraire. Ma critique ne vise pas les professionnels de l'office du tourisme qui font leur travail...
Le potentiel ...

11.Posté par Willy le 06/09/2012 20:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ Barreau
les verrues urbanistiques d'aujourd'hui seront les collectors de demain.

@Emmanuel
Pour avoir beaucoup arpenté la ville cet été, il faut dire aussi que nombre de commerces étaient fermé. Quand il est difficile de se "faire un p'tit resto sympa" parce qu'il ne reste que les grandes brasseries ou le McDo d'ouverts mi-juillet, cela me pose des questions sur ces commerçants qui râle à longueur d'année et qui, lorsque viennent enfin des touristes, laissent une ville morte..
Des amis anglais...

10.Posté par Anthony le 06/09/2012 17:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Quand vous évoquez le Maire, n'oubliez pas que la ville a été sous l'empire Antonini pendant 12 ans avant que celui-ci n'intègre celui qui depuis le remplace. Alors certes Mr Béatse était adjoint à la Municipalité, mais on ne peut l'accuser de tous les maux.

Maintenant concernant le centre ville d'Angers, je ne crois pas qu'il soit si différent d'un autre, du reste les enseignes sont toutes les mêmes dans les autres villes. Le problème d'Angers est son manque de visibilité et d'audace, trop pr...

9.Posté par Emmanuel le 06/09/2012 16:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le problème a Angers ce n'est pas les panneaux publicitaires, le gros problème c'est un maire incompétent qui ne fait rien pour améliorer le centre ville. Les magasins sont vides, les gens passent tout leur samedi dans les hypermarchés car c'est plus agréable que les magasins de vieux qui plombent le centre ville. la place du Ralliement est minable. Tati n'aurait jamais du s implanter la...les nouvelles galeries fermeront leur portent dans les 5 ans, rien n'est fait pour attirer les consommat...

8.Posté par barreau le 06/09/2012 15:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@Jean Blaireau

Peut-on faire n'importe quoi pour des sous ? pour vous, il semble que la réponse est oui.
Dans ces conditions, cher Monsieur, "votre trou de balle", pour pour reprendre votre expression, doit être légèrement agrandi...

1 2 3

Angers Ville | Angers Métropole | Pays Loire Angers | Anjou | autres actualités | Evénements | Dépêches | L'info en direct






















DEVIS TRAVAUX






Instagram