Qowisio : Austin French Tech

AUSTIN, LE SOUFFLE VENU DE L'OUEST #3


Rédigé par Patrick TOUCHAIS - Angers, le 13/09/2016 - 07:40 / modifié le 13/09/2016 - 07:12


Musique, gastronomie, cinéma, expositions mais aussi business. L'Austin Week se poursuit ce mardi sur Angers avec notamment deux rendez-vous à la Chambre de commerce et d'industrie de Maine-et-Loire autour des "clefs du marché US". L'occasion pour Angers Mag de se pencher sur le cas de la société angevine Qowisio pour qui la cité texane s’est imposée « comme une évidence » pour mettre un pied aux Etats-Unis.



Guillaume Houssay, dans les locaux de Qowisio à Angers, à la veille de son départ pour un an à Austin.
Guillaume Houssay, dans les locaux de Qowisio à Angers, à la veille de son départ pour un an à Austin.
la rédaction vous conseille
Au jeu de la chance et du hasard, Qowisio a dû tirer une bonne carte. Alors que se mettaient en place les échanges – d’abord culturels – entre Angers et Austin, la PME angevine, toujours en recherche de développement international, a saisi l’occasion de se rendre sur place. « J’ai fait partie d’une délégation en novembre dernier avec la mairie d’Angers », raconte Guillaume Houssay, le directeur général et associé. « Nous avions ciblé les Etats-Unis comme pays prioritaire à travailler. Notre chiffre d’affaires est déjà à 99 % constitué de contrats à l’export, et nous cherchons à poursuivre cette dynamique ».

Coup de chance, Austin est à la pointe de la « Tech », comme on dit dans le milieu. « Il y a trois lieux : la Silicon Valley, Boston et Austin où se développe ce type de business dans le pays », explique l’ancien élève de l’Eseo. « Ça a été une découverte, mais Austin est devenue rapidement une évidence. Il y a un gros développement de start-ups dans les technologies ». Alors, pour asseoir la stratégie de croissance à l’export, les associés de Qowisio ont décidé d’implanter une filiale sur place, dont Guillaume Houssay va prendre la tête. Le 25 août dernier, il s’est envolé avec sa petite famille pour vivre pendant un an au cœur du Texas, dans le sud des Etats-Unis. Sa mission : installer la filiale, à capitaux français.
"On a fait le choix de créer une société américaine, avec 100 % des capitaux qui appartiennent à Qowisio" - Guillaume Houssay (Qowisio

« On a fait le choix de créer une société américaine, avec 100 % des capitaux qui appartiennent à Qowisio. Si on avait fait entrer des capitaux américains, Qowisio France serait devenue une filiale de l’Américaine. C’est une culture à acquérir. On croit que c’est plus facile que de s’installer au Japon ou en Chine, mais c’est faux, c’est même plus compliqué ». Sans parler des grands écarts : « Il y a là-bas 3,7 % de chômage. Forcément, vous ne gérez pas les ressources humaines de la même manière. Sans parler du social, ou du juridique… où tout se travaille avec des avocats ».

Alors la dynamique Austin-Angers a porté ses fruits. Que ce soit avec la mairie d’Angers, avec Angers Loire Développement, avec la Cité des objets connectés, et avec l’aide précieuse de Liz Wiley, qui sur place sert d’interface, Qowisio a pu bâtir son projet avec le sentiment d’appartenir à un environnement. « On se sent porté. Une fois la décision prise, on l’aurait fait de toute façon, mais toute la dynamique de l’échange entre les deux villes a facilité la prise de contacts sur place. Ça facilite la vie », insiste le DG. « Mais, il faut ensuite travailler ».

Et devant lui, le challenge est lourd : d’abord recruter une dizaine de collaborateurs, puis concrétiser les premières approches de prospection. Dans trois ans, ils tireront le bilan de l’implantation US. « C’est vite passé. Le terrain de jeu est vaste. Il ne faut pas s’éparpiller », conclut Guillaume Houssay.

Retrouvez tout le programme de l'Austin Week sur austinweek.fr.

IoT ou l’internet des objets
Qowisio est né en 2009 à Andard à l’initiative d’anciens élèves de l’Eseo : Cyrille Le Floch, Guillaume Houssay et Jean-Samuel Reynaud. Après avoir œuvré dans la surveillance à distance via des capteurs électroniques, elle est spécialisée dans les objets connectés à bas débit, donc faibles en consommation d’énergie. Elle travaille pour d’autres entreprises ou des collectivités. Elle a par exemple signé un contrat avec Angers Loire Habitat pour équiper les logements de l’office d’HLM de sondes de surveillance pour les VMC.
Elle compte aujourd’hui 50 salariés, dont 35 en France répartis entre Angers et Paris, (1/3 en recherche et développement). Elle a réalisé en 2015, un chiffre d’affaires de 6,2 M€. « En croissance et rentable », signale le DG Guillaume Houssay.












Angers Mag















Angers Mag : ChroniK'Ô Noir - #22 - "Seules les bêtes", de Colin Niel: Chaque mois, la journaliste... https://t.co/klQwEko5Rz https://t.co/mT2kPOzULD
Samedi 25 Mars - 12:04
Angers Mag : #Angers Très Tôt en Scène, célébration du spectacle vivant @FestivaldAnjou... https://t.co/4yok4QvjUu https://t.co/ajlk04o2yE
Vendredi 24 Mars - 18:42
Angers Mag : #Angers #Reportcité Martina Bolognesi, ambassadrice de @PiseAngers @Angers https://t.co/0PVeRMvM8t https://t.co/0kZX26wFnR
Vendredi 24 Mars - 07:52


cookieassistant.com