Qu'est-ce que t'écoutes pour les vacances ? Final opus


Rédigé par Cyrille GUERIN - Angers, le Samedi 30 Août 2014 à 10:05


Crème solaire ou dépilatoire, un caleçon de bain à palmiers acheté à la braderie de 2004, l'intégrale de La Recherche, des grilles de Sudoku. Et un discman, pour les puristes, ou un lecteur numérique pour les plus chics. Au moment de boucler ses valises pour la plage de Trifouilly-les-Termes, c'est toujours le même refrain : quel disque choisir ? Avec quel son vais-je frimer au camping ? Du Bruno Mars qui passe bien ou du Tom Vek plus soutenu ? Cornélien. Les doigts sur le clavier, les orteils dans la bassine, la rédaction d'Angers Mag vole à votre secours. Chaque weekend, une figure locale vous livre sa playlist estivale idéale.
Cette semaine, pour le Final, après moult délibérations, discussions et dantesques prises de tête caféinées (lol), c'est la rédaction d'Angers Mag qui s'est frottée à l'exercice. Opération transparence.



la rédaction vous conseille
Bon et bien voilà, nous y sommes. Comme dirait le nouveau pote de Houellebecq, «Voilà, c'est fini». La play-list hebdomadaire estivale va hiberner. Après 36 titres -oui, 7 épisodes fois 5 titres font théoriquement 35 mais un petit malin en a rajouté un, de titre- cette série tire sa révérence. Alors, oui, lâchez-vous : pleurez, hurlez votre désarroi, bombardez la boîte électronique de la rédaction de mails de colère, de dépit. Pour qu'elle revienne. En deuxième saison.

D'ici là, croyiez-vous vraiment qu'on allait « s'quitter comme ça, comme sur le quai d'une gare »? En vous disant de « faire gaffe à l'amououour » ? C'est bien mal nous connaître.

Les six titres qui vont suivre ont été sélectionnés par la team Angers Mag. Plusieurs options avaient été envisagées. C'est celle-ci qui a été retenue. Elle te permettra, toi lecteur et -trice, d'en savoir un peu plus sur ceux que tu lis avec passion au quotidien. Tu constateras, par là-même, que derrière un journaliste, il y a un cœur qui bat (Phil Barney, 1988). Une sensibilité propre. Si si, un journaliste est aussi un humain. Il est bon de le rappeler.

Malgré une météo décidément affligeante, votre pure player local favori se met donc un peu à nu. En espérant vous combler de joie.

Avant LA révélation et les commentaires-maison, un grand respect à celle (oui, c'est toi Maryline) et ceux qui ont accepté de jouer le jeu. Qui ont donné de leur temps pour accompagner leur play-list de textes (règle que certains n'ont pas suivie mais comme on est gentils, on ne leur en veut pas). Un big big up, donc, à elle et eux qui, parfois mieux qu'un portrait, se sont indirectement livré.e.s. On vous a réservé une place au chaud au paradis, entre Hendrix, Michael et Bobby Womack.

Sur ce, et par ordre alphabétique : GOOOOOOD MORNIIIING ANGEEEEERS!

1) Yves Boiteau / Laura Veirs : « July Flame » (2009)


« J'ai découvert Laura Veirs il y a 10 ans, en craquant, au hasard d'une borne d'écoute de la FNAC d'Angers, pour « Carbon Glacier », son magistral quatrième album. Depuis, cette chanteuse-guitariste n'a jamais quitté la tête du groupe de folk-singers qui squattent mes lecteurs musicaux. Exigence mélodique, voix captivante, et un talent unique pour glisser sa mélancolie heureuse dans des ambiances pastorales et de grands espaces qui donnent envie de prendre la route. « July Flame », extrait du très bel album éponyme (sorti en 2009) est, pour moi, un petit bijou. »

2) Cyrille Guérin / Oasis : « Whatever » (1994)


« Parce que c'était ça ou « I've Got So Much Love To Give » (Together) ou « Bad Things » (Jace Everett), synonymes de street credibility à vie. Finalement, c'est la working class hero qui va faire hurler les nombreux tenants du bon goût. Quoiqu'on en dise, quoiqu'on en pense, Oasis a signé des mélodies universelles. Irréversibles. On peut tirer sur des ambulances. Affirmer que Blur c'était mieux. On peut y passer la nuit. Mais Oasis, c'est Caïn et Abel. Liam et Noël, c'était du p... de rock. Maladroit et naze parfois, on est d'accord. Et le tout armé d'une mauvaise foi absolue. Mais, « Whatever » est, à l'image de nombreuses compos, imparable. Il est signé Noël, l'aîné, le génie. C'est à mes yeux leur masterpiece. Il y a toute la beauté et la misère d'une existence là-dedans. C'est aussi un joli doigt d'honneur à tous ceux qui s'érigent en petits juges sans l'équipement qui va avec -ça court les rues ces temps-ci... Qu'ils aillent au diable! Et puis, ce morceau, trait-d'union entre les deux premiers albums, a paru un 18 décembre. Ce qui le rend encore plus, pour moi, intouchable. A nu, on a dit. »

2) Sébastien Rochard / : Radiohead : « Paranoid Android » (1997)


« Pendant que la bande FM remplissait à l’envi nos oreilles des singles à trois accords de Louise Attaque, l’un des plus grands groupes de l’histoire sortait son plus bel album. L’été 97, c’est « OK Computer », la claque de Radiohead, et cette piste 2 simplement impeccable, « Paranoïd Androïd ». La voix aérienne de Thom Yorke, une multiplication utile des pistes son, des ruptures de mesures et d’intensité parfaites. Le quintet d’Oxford assume s’être inspiré du « Happiness is a warm gun » de Lennon pour composer le morceau : heureuse filiation, qui évoque aussi les plus belles heures de Queen et des inclassables « Bohemian Raphsody » et « Prophet’s Song » (A Night at the Opera, 1975). Le son pop rock dans ce qu’il a de plus noble. »

4) Cyril Simon / Darkside : « Gone Too Soon » (2014)


« Parti trop tôt... Un magnifique son d'adieu pour Darkside, le groupe éphèmère du prodige américano-chilien Nicolas Jaar et du guitariste Dave Harrington. Sans le savoir, j'ai assisté lors de la Route du Rock à l'un de leur tout derniers concerts. Deux jours plus tard, ils annonçaient leur séparation et livraient cette pépite cosmique, où blues, house et psyché s'entremêlent down tempo. Un must-have pour les férus d'électro, une révélation pour les autres ».

5) Yannick Sourisseau / Lindsey Stirling « Epic Violin Girl » (2011)


« Ce n’est pas mon morceau de l’été 2014, mais celui de la plupart de mes étés. J’aime beaucoup le son du violon et notamment celui des groupes irlandais. J’ai découvert cette artiste et performeuse américaine il y a trois ans. Depuis je l’ai adopté dans ma playlist, ses musiques provoquant chez moi une irrésistible envie de partir à l’autre bout du monde pour traverser les paysages qui servent de fond à ses clips. Et pourquoi pas, en sa compagnie ».

6) Patrick Touchais / Soul Jazz Orchestra : « As The Crow Flies » (2014)


« Le groupe canadien a sorti cette année son 6ème album. Rien à jeter dedans. Le mélange de rythmes jazzy, latino, afro, orientaux… fait merveille. C’est très enlevé comme ce titre « As the crow files », qui vous embarque immédiatement dans un univers à la Miles Davis qui aurait fusionné avec une fanfare slave. »


Retrouver l'ensemble des playlist ICI












Angers Mag












Angers Mag : Ce qui ne tue pas... Le jour d'après #ASNLSCO. Billet de @LardeuxT @IncroyableSCO @AngersSCO @LaDalleAngevOFF https://t.co/g08bfmWb8e
Dimanche 11 Décembre - 12:41
Angers Mag : Ce qui ne tue pas…: Un cinquième match d'affilée sans succès en championnat, soldé... https://t.co/a1aB03FqOQ https://t.co/WArKQD0AYh
Dimanche 11 Décembre - 12:36
Angers Mag : Séance critique : "Ma'Rosa" de Brillante Mendoza: Dans Séance critique, deux fois par... https://t.co/UXYZ0kjrdt https://t.co/JrsEK1vwBv
Samedi 10 Décembre - 11:00
Angers Mag : « Ces pédagogies ne sont pas ignorées »: Et l’Education Nationale ? Quel regard... https://t.co/JnPQWXILNL https://t.co/5glkXOM6T3
Samedi 10 Décembre - 07:45







cookieassistant.com