Qu'est-ce-que t'écoutes pour les vacances ? Opus 6


Rédigé par Cyrille GUERIN - Angers, le Samedi 16 Août 2014 à 12:12


Crème solaire ou dépilatoire, un caleçon de bain à palmiers acheté à la braderie de 2004, l'intégrale de La Recherche, des grilles de Sudoku. Et un discman, pour les puristes, ou un lecteur numérique pour les plus chics. Au moment de boucler ses valises pour la plage de Trifouilly-les-Termes, c'est toujours le même refrain : quel disque choisir ? Avec quel son vais-je frimer au camping ? Du Bruno Mars qui passe bien ou du Tom Vek plus soutenu ? Cornélien. Les doigts sur le clavier, les orteils dans la bassine, la rédaction d'Angers Mag vole à votre secours. Chaque weekend, une figure locale vous livre sa playlist estivale idéale.
Pour ce sixième épisode, on prend un peu de hauteur avec des new comers, un band quasi inconnu en terres angevines, à découvrir toutes affaires cessantes : les Eagles Gift.



Mardi soir, les Eagles Gift se produisaient à Tempo Rives (photo Fred Lombard / indiemusic.fr).
Mardi soir, les Eagles Gift se produisaient à Tempo Rives (photo Fred Lombard / indiemusic.fr).
la rédaction vous conseille
Connaissez-vous les Eagles Gift ? Ce nom vous dit-il sérieusement quelque chose ? Bon, on arrête là pour la provoc'. Depuis quasiment un an et le premier Levitation au Chabada, pas un jour ne passe sans qu'ici ou là, le nom de cette formation psyché (mais pas que) made in Angers ne fasse parler d'elle. Même Thierry Becarro, entre deux tirages de boules, en a parlé dans « Momomotus ». Humour.

Mardi soir, sous un ciel ombrageux et un brin menaçant, Cale de la Savatte, Didier Granet, maître d'œuvre de Tempo Rives, en présentant les Aigles s'est adonné lui aussi à sa petite joke. Introduisant ainsi Romain Lejeune et ses trois boys, sous haute influence austinienne, avec décalage et malice, le programmateur relevait le côté branché, niche du quatuor. Type : c'est la big big thing du moment. Entre, cependant, secret bien gardé et début de reconnaissance en voie de confirmation.

Un exemple ? Suite à leur interview début juillet sur Radio Nova, oui Nova, leur Facebook s'est vu squatter illico par quelque trente nouveaux abonnés.

Fingers in the noze

What else ? La semaine précédente, ils enregistraient leur deuxième album avec l'arrangeur des Black Angels, une référence en terme de psyché. Deux occurrences qui montrent à quel point ce combo transforme fingers in the noze ce qui n'était qu'un one shot. Et parvient à naviguer entre underground et hype.

Alors oui, malgré tout, et comme s'interrogeait de manière oxymorique notre voisin de clavier, Cyril Simon, mardi dernier : faut-il encore présenter les Eagles Gift ? A cette question métaphysique -la météo étant toute pourrie, vous pouvez mettre vos neurones congelés au turbin- vous (re)trouverez la réponse dans l'excellent article du collègue.

En ce week-end marial, on ne va pas plus vous bassiner et vous faire un laïus sur le live que Romain, Stw, Chris et Hugo ont livré mardi soir en première partie de Tempo'Rives et prétexte à l'hebdomadaire play-list qui va suivre. Mais Angers Mag n'étant pas un alignement de tweets, on va juste se permettre quand même -on ne se refait pas- quelques menues critiques.

Bientôt des papillons ?

Mardi, les Aigles ont comme d'habitude été brillants. Efficaces. Sans un pli. Ils ont même offert un inédit. Lequel a, à lui seul, synthétisé toute leur philosophie. Leur alchimie, entre une psyché respectant à la lettre près les figures imposées et des détours, maîtrisés, dans des contrées plus pop. Clairement, évidemment, ces types ont la classe. Et ils sont généreux. Ils savent s'adresser à tous les publics. Mais concert après concert, on ressent comme un contrôle, un truc rôdé.

Romain Lejeune, le leader, et ses potes ont des ailes. La chenille doit maintenant devenir papillon. Et parfois s'autoriser à tout envoyer valdinguer. Fendre l'armure. Car, comme le faisait remarquer notre respectable voisin de colonnes mardi matin : « On surfe sur la vague , et tant que personne ne nous fait tomber, on profite ». Très juste. La vague, c'est aussi et précisément à ce terme que l'on pense à l'écoute de la sélection commune que nous offrent les Eagles Gift. En symbiose avec leur esprit cool et nerveux. Une sunshine pop à déguster sans modération sur la plage en mode « Point break ». En évitant la vague qui viendrait tout submerger...

1) Allah Las : « Catamaran »



2) Mac DeMarco : « Ode to Viceroy »



3) Patrick Coutin : « J'aime regarder les filles »



4) The Raveonettes : « Love in A Trashcan »



5) Future Of The Left : « Adeadenemyalwayssmellsgood »














Angers Mag












Angers Mag : Séance critique : "Ma'Rosa" de Brillante Mendoza: Dans Séance critique, deux fois par... https://t.co/UXYZ0kjrdt https://t.co/JrsEK1vwBv
Samedi 10 Décembre - 11:00
Angers Mag : « Ces pédagogies ne sont pas ignorées »: Et l’Education Nationale ? Quel regard... https://t.co/JnPQWXILNL https://t.co/5glkXOM6T3
Samedi 10 Décembre - 07:45
Angers Mag : #JPEL "Contre le complotisme, on ne peut pas enrayer tout (...) Mais on peut entraîner les cerveaux." 👏👏JB Schmidt… https://t.co/6pn23fJUHD
Vendredi 9 Décembre - 15:01
Angers Mag : L'indépendance, un état d'esprit ? #Angers Mag bien chez soi à la journée de la presse en ligne à Paris. #JPEL https://t.co/EpAgR2dt6N
Vendredi 9 Décembre - 12:17







cookieassistant.com