Quand Mangani joue les Spaggiari

Angers SCO, le jour d'après #1


Rédigé par Thierry LARDEUX - Angers le Dimanche 30 Août 2015 à 15:19


D'un coup de patte platinien, l'ancien joueur de Vérone a été à deux doigts de faire sauter la banque niçoise samedi soir au stade Jean Bouin. Finalement rattrapé par la patrouille offensive azuréenne, le SCO prend un point et continue de capitaliser. "Angers SCO, le jour d'après", c'est une nouvelle chronique d'Angers Mag Info. L'occasion, offerte à notre confrère sportif Thierry Lardeux (Angers Télé, RTL) de poser un regard personnel sur les rencontres du SCO... le jour d'après.



la rédaction vous conseille
C'est un moment suspendu dans la nuit étouffante de Jean-Bouin. Un petit instant de grâce comme parfois le football peut en donner. Un coup-franc à 18 mètres plein axe est un défi aux lois de la physique. Et quand Thomas Mangani se présente face à ce mur compact qui s'est construit devant lui en quelques secondes, il faut vite qu'il échafaude un plan qui va lui permettre  de placer son ballon là où le gardien s'y attend le moins. Pas trop en force, au risque d'aller assommer le kapo du kop angevin situé juste derrière le but de Mouaz Hassen mais avec suffisamment de finesse pour faire retomber le cuir dans les filets du gardien de la salle des coffres de l'OGCN.

A cette distance, l'immense Michel Platini avait fait bouillir le chaudron de Geoffroy-Guichard un soir de Juillet 1984 ( la distance est identique, seule la lucarne nettoyée est différente !!! )  face à un goal yougoslave qui doit encore en faire des cauchemars. Samedi soir dans un stade Jean-Bouin surchauffé, Mangani a joué les Platini....et un peu les Spaggiari, en parvenant à percer le coffre-fort de la défense  du Gym comme le malfrat  Albert avait réussi à s'infiltrer dans les entrailles de la Société Générale de Nice, au cœur de l 'été caniculaire de 1976. Avec une infinie douceur, sans éveiller les soupçons des Azuréens.

A la pause, grâce au pied malicieux de Mangani , Moulin et son gang généreux n'étaient certes pas en train de réussir le casse du siècle. Mais avec 10 points sur son compte à ce moment de la soirée , Le SCO reprenait provisoirement les commandes de la Ligue 1.

Valère, fils de Bruno

Depuis son retour chez les grands du foot français, l'équipe angevine prépare formidablement ses coups. Montpellier, Le Gazélec et dans une moindre mesure le FC Nantes, l'ont appris à leurs dépens. Nice était prévenu mais il a fallu une mi-temps aux joueurs de Claude Puel pour prendre la mesure de ce promu qui promet. Pour faire sauter les verrous,  l'entraîneur niçois a pourtant sous la main cette saison trois fameux artificiers, avec du talent à revendre. Ben Arfa-Germain-Pléa , ce n'est pas Fékir-Lacazette- Beauvue, ni Cavani-Ibra-Di Maria, mais ce trident risque de dynamiter  plus d'un bloc défensif.

Après avoir repoussé brillamment l'échéance, Ludovic Butelle céda quand sa défense le laissa  seul face à Valère Germain, tout heureux de convertir un coup-franc de l'intermittent mais talentueux Hatem Ben Arfa. Valère, le fils de Bruno, dont la foule sentimentale de Jean-Bouin se souvient peut-être. Le petit Valère qui avait trois ans quand son papa portait le maillot du SCO en 1994,  dernière saison de la formation angevine parmi l'élite .

Après 21 ans de placard et d'exil dans les contrées parfois lointaines du National, l'équipe angevine et son public, encore nombreux et bruyant samedi soir, continuent de croquer avec beaucoup d'envie, de courage et d'abnégation dans le monde merveilleux de la Ligue 1 qu'il redécouvre. Mais avec aussi un certain talent, comme celui du pied gauche de Thomas Mangani. Pied de biche d'un gentleman footballeur qui, samedi soir, a forcé le coffre niçois tout en faisant chavirer le cœur de milliers d'Angevins.
 









1.Posté par marc gicquel le 02/09/2015 21:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je précise tout d'abord que je ne suis pas très footeux en particulier parce que je rejette le fric qui coule à flots dans le foot professionnel, mais pas que dans ce sport…..Ceci étant dit, j'ai trouvé passionnant, rafraichissant même, cet article de Thierry Lardeux qui nous emporte dans un conte qui donne envie d'aller voir….Je risque de demander à mon fils (membre du KDLB) de m'emmener au moins une fois avec lui…en tout ças merci pour cette écriture légère

Actualité | Société | Economie | Politique | Culture | Sports - Loisirs | Services | Zoom sur ... | Billet d'humeur | video | vacances | Administration - Gestion | Jeux | le mensuel Angers Mag | Archives | Publicité | L'oeil de Fanch Juteau










Angers Mag











Angers Mag : #Angers En panne d'idée de cadeaux ? @Revue_BDM #carnetsdevoyage #publicité https://t.co/VsebE5LDp8
Samedi 3 Décembre - 18:56
Angers Mag : RT @IncroyableSCO: Angers SCO à la pêche aux points face aux Merlus du @FCLorient ce soir (20h) à Jean-Bouin ! #SCOFCL #VibrezSCO https://t…
Samedi 3 Décembre - 12:56
Angers Mag : ChroniK'Ô Noir - #18 : "Plateau", de Franck Bouysse: Chaque mois, la journaliste Martine... https://t.co/V0soKdy4ie https://t.co/07YeiZrSfq
Samedi 3 Décembre - 09:00
Angers Mag : Report'Cité : portez la plume, s'il vous plaît !*: Un an et demi après son lancement, le... https://t.co/Qf1FyGW1iJ https://t.co/P8YYlZPYdm
Vendredi 2 Décembre - 19:06




cookieassistant.com