Quand l’Irlande réinvente le football…


Rédigé par - Angers le Samedi 31 Octobre 2015 à 08:11


Depuis le mois de septembre, passionnés de sport collectif et étudiants de l’université peuvent s’initier au sport roi de la verte Irlande : le football gaélique. Découverte.



la rédaction vous conseille
C’est un ballon de volley qui n’en est pas un ; un sport de duel comme sait l’être de rugby ; un jeu de pied comme peut l’être le football… mais qui autorise de prendre le ballon à la main, pour des dribbles qu’on croirait tout droit sortis de la bible du handball… le football gaélique ne figurerait-il pas plus simplement la quintessence du sport collectif ?

Plus que de ressembler à tel ou tel autre sport, François Jouet préfère une autre formule : « Le football gaélique emprunte ce qu’il y a de meilleur dans chaque sport ».

En ce premier samedi matin d’automne, ils sont une petite dizaine, avec François, à fouler l’herbe d’un petit terrain isolé du complexe de la Baumette, à Angers. Une troupe hétéroclite –hommes, femmes, lycéens, étudiants ou trentenaires bien tapés- qui compose un étonnant ballet, encore assez inédit en France, mais plus que populaire de l’autre côté de la Manche, en Irlande.

C’est là que le football gaélique trouve ses racines et suscite chaque année, à l’occasion de la finale du Championnat disputé dans l’antre pleine à craquer de Croke Park, un enthousiasme peu commun. On en est encore loin, ici à Angers, mais les bases sont désormais posées : si l’on n’aperçoit pas encore les buts type football surmontés de poteaux type rugby –les deux objectifs à atteindre pour scorer au football gaélique- un club existe depuis la rentrée, qui rejoint la vingtaine d’autres déjà existants dans l’Hexagone : le Gaelic  Angers Football.
« Le football gaélique emprunte ce qu’il y a de meilleur dans chaque sport »

Au sifflet, Kayleigh, prof d’anglais dans le civil et tombée toute petite dans la marmite gaélique, familiarise les adhérents du club aux subtilités de son football : dribble, pick-up et solo s’enchaînent sous les yeux de la jeune femme qui arbore un maillot avec les couleurs de ses deux clubs de cœurs : Kerry et Tipperary.

Lorsqu’elle et son amie Sinead ont été contactées par François, aux premières heures de l’été, leur sang –irlandais s’entend- n’a fait qu’un tour : « C’est génial de pouvoir partager autour de cette culture », assure Kayleigh, qui distille aussi ses conseils le mercredi soir à la petite dizaine d’étudiants inscrits dans le cadre du sport universitaire (SUAPS).

Présent sur deux fronts, le football gaélique fait donc une entrée remarquée dans le microcosme sportif angevin. Rien d’étonnant, pour François Jouet : « C’est un sport qui demande de l’endurance, mais où l’on s’amuse et progresse dès les premières heures », assure-t-il, au sortir d’un exercice sur les terrains verts de la Baumette. Un petit bout d’Irlande à Angers…

Voir le Le site du club

Kayleigh O'Sullivan
Coach du Gaelic Angers Football
 
D'où est née votre passion pour le football gaélique ?
 
"De mes origines ! Je suis anglo-irlandaise, née en Angleterre, mais mes parents sont de Tipperary et Kerry, dans le sud de l'Irlande. Là-bas, le football gaélique est le sport n°1, loin devant le soccer ou le rugby ! On assiste aux matchs entre comtés tous les dimanches. La finale du championnat de football gaélique a au moins la même ampleur qu'un Irlande/Angleterre dans le tournoi des VI Nations..."
 
Est-ce une pratique qui s'est beaucoup développée en dehors de l'Irlande ?
 
"Partout où il y a des Irlandais, il y a du football gaélique (rires) ! La diaspora irlandaise est assez importante, donc on retrouve des clubs et des championnats un peu partout dans le monde : en Australie, au Benelux, dans le nord-est de l'Espagne, à Abu Dhabi. En France, le club de Paris, le plus ancien du pays, va fêter ses 20 ans. L'autre particularité française, c'est la Bretagne, avec une ligue autonome et de très nombreux licenciés."
 
Qu'est-ce qui vous plaît tant dans ce sport ?
 
"Je suis très fière, comme tous les Irlandais, que le football gaélique reste un sport amateur, avec de très fortes valeurs de respect, de fair-play et de partage, notamment lors des 3e mi-temps ! En France, il y a peu de clubs et nous nous rencontrons lors de tournois qui sont aussi l'occasion de faire découvrir d'autres aspects de la culture irlandaise. Enfin, c'est un sport ouvert à tous et mixte."




Journaliste Animateur du blog " Des mots à la marge " En savoir plus sur cet auteur

Actualité | Société | Economie | Politique | Culture | Sports - Loisirs | Services | Zoom sur ... | Billet d'humeur | video | vacances | Administration - Gestion | Jeux | le mensuel Angers Mag | Archives | Publicité | L'oeil de Fanch Juteau










Angers Mag











Angers Mag : Au comptoir de Mathilde... et de Catherine: Depuis la fin du mois d'octobre, la rue... https://t.co/wkV9xA1N3F https://t.co/6yuEQFFF5o
Mercredi 7 Décembre - 08:00
Angers Mag : A l’Ecole démocratique, on fait ce qu’on veut… ou presque: Basée sur la liberté... https://t.co/j0ywJZAzgI https://t.co/jEK0S9wvGs
Mercredi 7 Décembre - 07:31
Angers Mag : RT @LeQuai: N'oubliez pas d'aller voir #AdishatzAdieu ce soir. Vous nous remercierez demain. #Theatre #JonathanCapdevielle #Angers RESA 02…
Mardi 6 Décembre - 13:55
Angers Mag : A Angers, Montessori a pris racines: Porté par des éducateurs convaincus, les méthodes... https://t.co/bXNDdgyLpz https://t.co/nar3Qs6vye
Mardi 6 Décembre - 07:30




cookieassistant.com