Quand la langue des signes trouve du crédit...


Rédigé par Esther PAOLINI - Angers, le 16/07/2015 - 07:38 / modifié le 16/07/2015 - 07:38


La Banque Populaire Atlantique expérimente un service de sous-titrage et de visio-interprétation en langue des signes pour les entreprises et les collectivités. L'objectif : proposer un accès universel à ses services bancaires. Reportage.



Une rencontre en tête-à-tête, mais avec un tiers en vidéo... c'est le principe du service de sous-titrage et de visio-interprétation expérimenté par la Banque Populaire Atlantique, notamment à Angers.
Une rencontre en tête-à-tête, mais avec un tiers en vidéo... c'est le principe du service de sous-titrage et de visio-interprétation expérimenté par la Banque Populaire Atlantique, notamment à Angers.
la rédaction vous conseille
La loi de 2005 sur l’accessibilité avait fixé un délai de 10 ans pour faciliter l’accès à tout établissement privé et public, aux personnes atteintes d’un handicap. Une décennie plus tard, le bilan est sans appel : la France est en retard par rapport à ses voisins européens et l’enjeu ne semble plus être une priorité pour le gouvernement. A contre courant de ce constat, la Banque Populaire Atlantique (BPA) s’est associée au groupe ACCEO pour proposer un accès universel à ses services bancaires.
«  Etre les oreilles  du malentendant » : l’enjeu est de taille mais semble désormais à portée de main.

Il y a quelques semaines, un premier test de visio-interprétation a eu lieu au sein de l’agence de la BPA du boulevard Foch, à Angers. Jean-Claude Boursin, malentendant et président de l’association IRIS 49, a souscrit un nouveau contrat avec sa conseillère Marie Ferre, alors que cette dernière ne parle pas le langage des signes. Comment cela a-t-il été réalisable ? S’ils sont deux dans la pièce, la conversation s’est, en réalité, faite à trois, puisqu’une consultante était présente en vidéoconférence afin de servir d’interprète entre eux.

« Une sorte de skype sophistiqué » comme le désigne Thierry Thenon, directeur de développement d’ACCEO, société à l’origine du service de sous-titrage et de visio-interprétration en langue des signes pour les entreprises et collectivités.
Les interprètes travaillent via la sténotypie, technique d’écriture qui permet de retranscrire des discours oraux en un temps record, donnant lieu à une immédiateté indispensable pour une discussion naturelle entre deux interlocuteurs.
« Il ne s’agit pas de voir un problème d’handicap, mais un problème de communication. Les difficultés sont les mêmes que lorsque nos clients parlent une langue étrangère dans laquelle nous n’avons aucune notion »

L’idée est donc d’accompagner le client dans tout son parcours, mais surtout de lui faire gagner en autonomie.
« Aller à la banque, parler avec son conseiller de sa situation financière est quelque chose de personnel, que les malentendants ont le droit de pouvoir faire sans l’accompagnement d’un proche » rappelle Elise Connan, responsable de la communication de la BPA.

L’indépendance qu’offre l’établissement à ses clients est une fierté pour ses membres, qui se félicitent d’offrir un service encore inédit dans le milieu bancaire. Il faut reconnaître que la proximité relationnelle créée est un indéniable progrès pour l’amélioration de la communication : « Il ne s’agit pas de voir un problème d’handicap, mais un problème de communication » affirme Thierry Thenon, « Les difficultés sont les mêmes que lorsque nos clients parlent une langue étrangère dans laquelle nous n’avons aucune notion » complète Elise Connan. Si l’agence de boulevard Foch fait partie des agences pilotes, une généralisation du service est prévue d’ici fin 2015.

Qu’en pense le principal intéressé ? Pour Jean-Claude Boursin, le système est très efficace mais il émet quelques réserves :
« Et si le logiciel ou l’ordinateur tombe en panne ? C’est néanmoins une réelle avancée pour les malentendants ou sourds. L’idéal serait d’avoir le choix entre le système de visio-interprétation ou une conseillère apte à parler la langue des signes ».
C’est également l’avis d’Elise Connan, qui compte emboîter le pas d’autres membres de l’agence, qui se sont lancés dans cet apprentissage, certes long, mais ô combien nécessaire.

Pour plus d'informations: www.acce-o.fr.acce-o.fr et www.atlantique.banquepopulaire.fr .atlantique.banquepopulaire.fr
 













Angers Mag