Quand le cinéma rapproche les habitants de Belle-Beille


Rédigé par - Angers, le 16/12/2014 - 07:30 / modifié le 16/12/2014 - 09:10


Chômage, solitude, repli communautaire, Angers, ville où il fait pourtant bon vivre, n’y échappe pas. Pour autant certains habitants ne veulent pas succomber à la fatalité. Dans le quartier de Belle-Beille, aidés par le centre Jacques Tati, les habitants ont souhaité réalisé un court-métrage pour dénoncer l'isolement et la misère sociale qu’ils vivent au quotidien et retrouver l’envie se rencontrer pour dialoguer.



Silence on tourne ! Dans le petit appartement de la 10bis, professionnels et amateurs sont aux taquets
Silence on tourne ! Dans le petit appartement de la 10bis, professionnels et amateurs sont aux taquets
la rédaction vous conseille
Le local de tournage mis à disposition par Angers Habitat pour permettre aux habitants de se lancer dans l’aventure d’un film introspectif sur leur quartier, ne désemplit pas. On vient prendre des nouvelles de l’avancement du projet, on échange autour d'un café, on partage un gâteau « fait maison ». Bref on retrouve l’envie de discuter et d’échanger avec son voisin, quelles que soient ses origines, son âge ou sa situation sociale.
 
Assis à une table, Yacine Bouzmane, ex-médiateur social devenu traiteur oriental dans le quartier et son voisin Medhi Jaouard, scénaristes occasionnels, n’en reviennent toujours pas. « La misère sociale s’installe dans notre quartier depuis des années, les gens ne se causent plus et se manquent de respect. Nous sommes marocains et chez-nous les gens se parlent. Nous avions envie de faire bouger les choses », explique Yacine. « Le centre Jacques Tati nous a offert l’opportunité de participer à ce film, nous avons sauté sur l’occasion. »
 
Et l’idée a fait son chemin sur les abords de la rue de Boisramé et notamment dans un appartement vide de la tour 10bis, l’une des plus vieilles d’Angers, qui surplombe la ville et l’étang Saint Nicolas tout proche. « Ici les gens se renferment sur eux-mêmes, surtout les femmes isolées. Elles errent dans la cité, dans les couloirs, on les appelle les muettes ».  Avec l’accent magrébin, ça s’est transformé en « mouette », le titre de leur court métrage.
 
« C’est une solide expérience et un pari, celui de construire ensemble avec la diversité et les difficultés de chacun ».

C’est ce mutisme et tout ce que cela entraine de manque de respect, d’incivilité, que Yacine et ses amis veulent dénoncer, « pour que le quartier retrouve sa joie de vivre », ajoute le traiteur, très à l’aise devant les micros et les caméras. « Ce film c’est une bouffée d’oxygène ».
 

Des habitants du quartier devant le bureau de tournage et l'affiche du Centre Jacques Tati
Des habitants du quartier devant le bureau de tournage et l'affiche du Centre Jacques Tati
Proposée par le Centre Jacques Tati d’Angers, dans le cadre des ateliers de sensibilisation aux valeurs de respect de la personne, de solidarité et d’éducation à la citoyenneté, cette opération a été encadrée par les compagnies CRUE et Eoliharpe, membres du SAAS ( Structures Artistes Associés et Solidaires ) et Louis Matthieu de Cinéma Parlant. Mais le projet leur a demandé beaucoup plus de temps qu’ils ne  l’imaginaient. « 6 mois de travail pour 3 minutes de film. On ne s’attendait pas à ça », s’amusent les habitants rencontrés dans le local de tournage.
 
Mais qu’importe, même si la réalisation est laborieuse, l’objectif est atteint : les habitants se rencontrent, le local de tournage ne désempli pas. Il sert désormais de lieu central d’échanges et de conseils et pas seulement sur leur projet. « Tout est désormais prétexte pour se voir, se revoir et accessoirement prendre des nouvelles du film », souligne Lucie, médiatrice au Centre Jacques Tati, « chacun voulant passer derrière la caméra, pour voir ». Mais derrière, la barrière de l’isolement se brise. Les techniciens, chanteurs, costumières, en tout une cinquantaine de personnes, reprennent du plaisir, avec déjà d’autres projets dans la tête, pour poursuivre l’aventure.
 
Pour Myriam Bondu costumière de la Compagnie CRUE « C’est une solide expérience et un pari, celui  de construire ensemble avec la diversité et les difficultés de chacun ».
 
Financé dans le cadre d’un projet CUCS (Contrat Urbain de Cohésion Sociale), le projet a mis en relation toutes les structures solidaires du quartier : Resto’Troc, Apivet et Emmaüs pour les costumes et la décoration. Chacun a pu trouver sa place pour préparer le scénario, l’illustration sonore et les bruitages, ainsi que la décoration et les costumes. Le matériel de tournage a été prêté par le Centre de Ressources Audiovisuelles (CRA).
 
Et parmi les inconditionnelles du jour, Annick et Michèle deux habitantes qui rêvent en secret du tapis rouge de Cannes, se sont mises aux chants et aux bruitages.  Choristes improvisées elles se prennent désormais au jeu. « On s’amuse vraiment à chaque fois. On n’a pas fini de chanter la mouette. Mais on est surtout impatients de voir le résultat ». Verdict au cinéma les 400 Coups lors du Festival Premiers Plans le dimanche 18 janvier prochain.




Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par joncheray michael le 12/01/2015 13:32 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C étais 1 super aventure.... A. Recommencer ??

2.Posté par bourgeais bruno le 28/02/2015 02:48 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cest tes cool jai aimé l'ambiance si saitai a refaire je recommence tout de suite 😄😄








Angers Mag















Angers Mag : #JPEL "Contre le complotisme, on ne peut pas enrayer tout (...) Mais on peut entraîner les cerveaux." 👏👏JB Schmidt… https://t.co/6pn23fJUHD
Vendredi 9 Décembre - 15:01
Angers Mag : L'indépendance, un état d'esprit ? #Angers Mag bien chez soi à la journée de la presse en ligne à Paris. #JPEL https://t.co/EpAgR2dt6N
Vendredi 9 Décembre - 12:17
Angers Mag : #Angers Le dessin du mois de décembre signé Fañch Juteau #prevention #VIH https://t.co/J3CxFCf8FC https://t.co/oAZR7nNURX
Vendredi 9 Décembre - 12:01
Angers Mag : #Angers Le dessin du mois de septembre signé Fañch Juteau #accrochecoeurs https://t.co/J3CxFCf8FC https://t.co/Jkrkty2UMe
Vendredi 9 Décembre - 10:51


cookieassistant.com