"Que peut faire l'art à la ville, sinon du bien ?"


Rédigé par Eric AUBRY, directeur de La Paperie - Angers, le 10/10/2016 - 07:00 / modifié le 13/10/2016 - 09:29


Contribuer au débat public sur le territoire angevin et, à notre niveau, participer à l'indispensable vie des idées, c'est l'objet de [La Tribune du Lundi]. Mercredi 12 et jeudi 13, La Paperie - le Centre national des arts de la rue angevin - et l'Aura - l’Agence d’urbanisme de la région angevine - proposent une conférence-action pour questionner la place de l'art dans la ville. Eric Aubry, le directeur de La Paperie, signe à cette occasion notre [Tribune du Lundi].



"L’espace public devient à la fois le lieu de croisements entre les acteurs de la fabrique urbaine, scène artistique et l’objet de métamorphoses."
"L’espace public devient à la fois le lieu de croisements entre les acteurs de la fabrique urbaine, scène artistique et l’objet de métamorphoses."
la rédaction vous conseille
En quête de sens et de sensible, les politiques, les urbanistes et les aménageurs sont à la recherche d’autres clés de compréhension et d’organisation territoriale. Au même moment, hors des salles de spectacle ou des musées, une partie de la création artistique contemporaine met en scène le vivant dans l’espace public et dessine de nouveaux rapports à l’art et à l’espace. Ces artistes sont architectes, paysagistes, danseurs, comédiens, psychanalystes, clowns, plasticiens et parfois, tous ceux-là à la fois.

Le cœur de métier de La Paperie (Centre National des Arts de la Rue et de l’Espace Public) est d’accompagner ces artistes qui font bouger les lignes et ouvrent les champs des possibles d’une société déboussolée et nostalgique, inquiète pour son avenir et condamnée à hurler dans le présent.

Ces artistes sculptent de nouveaux rythmes, inventent de nouveaux lieux, remplissent les blancs, transforment les espaces et les temps des territoires. L’évènement tisse des liens où il n’y en avait pas, invente des collectifs là où régnait l’anonymat et dessine les contours d’une nouvelle géographie.
 
L’espace public devient à la fois le lieu de croisements entre les acteurs de la fabrique urbaine, scène artistique et l’objet de métamorphoses

Eric Aubry, le directeur de La Paperie.
Eric Aubry, le directeur de La Paperie.
L’objectif de ces deux jours est double, voire triple. Il s’agit dans un premier temps de nourrir les esprits par des temps de conférence d’enseignants-chercheurs de grande renommée : Pascal Amphoux et Augustin Berque, notamment. Il s’agira ensuite de créer des temps de débat avec des personnalités en contrepoint de ces premières propositions. Enfin, nous expérimenterons ces pratiques au travers de deux commandes artistiques l’une faite à l’Écumerie et l’autre à Bureau Cosmique, deux collectifs de jeunes artistes que La Paperie accompagne.

Tout cela se passera en grande partie dehors avec la contrainte des premiers frimas. C’est un choix et une volonté, mais laissons planer une part de mystère sur cet événement qui est un des premiers du genre à Angers.

Pour La Paperie, ces deux jours sont aussi l’occasion de débuter un travail de réflexion voire d’implantation sur ce site que nous appelons Confluences (sous et autour du pont du même nom) et de faire acte de pédagogie avec sur le fond théorique, la « légitimité » culturelle et politique de développer et défendre un projet artistique et culturel de territoire ici et là, à l’aune des futurs bouleversements de cette « Zone d’Accompagnement Créatif » Saint-Serge.

Une des premières pistes serait d’imaginer un tiers lieu dans ce tiers paysage que sont les berges de la rivière autour du pont Confluences. Un lieu de rendez-vous occupé par La Paperie, un lieu qui soit un projet architectural et qui questionne les espaces en mutations de la ville, en même temps qu’un lieu de résidence, d’accueil et de recherche artistique. Un lieu éphémère qui dure le temps du réaménagement, entre 3 et 5 ans. Un lieu au bord de l’eau ou sur l’eau qui se pose ou qui navigue au gré des réflexions de la ville et de l’agglomération angevine sur son rapport à l’eau, aux déplacements fluviaux, à l’inondation, au grand paysage liquide que nous fournit plusieurs fois par an la confluence.

Pour tout cela et pendant ces deux jours, La Paperie s’est associée à l’Aura (l’agence d’urbanisme de la région angevine) pour réfléchir de nouvelles pratiques hybrides associant art et espace, création artistique et production urbaine. Dans cet entre-deux et hors les murs, l’espace public devient à la fois le lieu de croisements entre les acteurs de la fabrique urbaine, scène artistique et l’objet de métamorphoses.

Conférences, marches, expériences seront au programme. Venez-y voir !!!

Retrouvez le programme complet de ces deux jours de conférence-action.












Angers Mag















Angers Mag : #Angers Très Tôt en Scène, célébration du spectacle vivant @FestivaldAnjou... https://t.co/4yok4QvjUu https://t.co/ajlk04o2yE
Vendredi 24 Mars - 18:42
Angers Mag : #Angers #Reportcité Martina Bolognesi, ambassadrice de @PiseAngers @Angers https://t.co/0PVeRMvM8t https://t.co/0kZX26wFnR
Vendredi 24 Mars - 07:52
Angers Mag : #Angers Radio You : jeunes curieux, à l'antenne ! @RadioGangers @Angers @Prefet49 https://t.co/Evcg9cAYvI https://t.co/kK4h9Xdu9H
Vendredi 24 Mars - 07:32
Angers Mag : #Angers Roulements de tambours : le 5e festival @levitationfr ce sera les 15 et 16 septembre @LeQuai @lechabada… https://t.co/VDuSYctJAf
Jeudi 23 Mars - 17:44


cookieassistant.com