Rabaté a les crocs en début d’année


Rédigé par Sébastien ROCHARD - Angers, le 25/12/2012 - 18:12 / modifié le 25/12/2012 - 18:13


Pascal Rabaté sort « Crève Saucisse », l’histoire réaliste d’un boucher cocu.



Pascal Rabaté
Pascal Rabaté
Serait-ce une sorte de cadeau de Noël décalé, sa manière à lui de souhaiter à tous une belle année 2013 ? Allez savoir… Toujours est-il que les accrocs des bulles (et les autres) trouveront, dès le 10 janvier, deux ouvrages de Pascal Rabaté (chez Futuropolis, 17 euros) à se mettre sous la dent.

Comme dirait l’autre, une BD de l’éclectique Rabaté, « c’est comme une boîte de chocolat, on sait jamais sur quoi on va tomber », à ceci près qu’avec l’auteur angevin, il n’y a aucun risque d’indigestion.

C’est dans une boucherie que le père des « Petits ruisseaux » situe la trame de son « Crève saucisse » à paraître. Laissant pour l’occasion le dessin au Normand Simon Hureau, Rabaté ficelle un scénario ancré dans la réalité, dans lequel un boucher cocu aiguise sa vengeance en feuilletant des bandes dessinées. Un opus tendre, savoureux, et sanguin qui trouve son dé-nouement du côté de Noirmoutier, en Vendée.

Et pour les inconditionnels de l’ancien élève des Beaux-Arts d’Angers, Futuropolis réédite, en bichromie et avec quelques croquis inédits, « Bienvenue à Jobourg » (au Seuil, 2003, 16 euros), la chronique sociale issue de la résidence d’artiste de Rabaté en Afrique du Sud.


















Angers Mag