Rapport Terra Botanica : le débat commence ici...


Rédigé par - Angers, le 17/07/2015 - 21:50 / modifié le 15/10/2015 - 08:16


Le Conseil municipal d'Angers de vendredi a été l'occasion d'un premier échange autour de la présentation des rapports de la Chambre régionale des compte sur la Sodemel et Terra Botanica. Il faudra désormais attendre la rentrée pour que le débat se prolonge, à l'agglomération puis, surtout, au Conseil départemental. D'ici là, ambiance d'un soir...



Rapport Terra Botanica : le débat commence ici...
la rédaction vous conseille
La transformation de l'Agglomération d'Angers en communauté urbaine et le choix du maître d'œuvre de la végétalisation du centre-ville, de la Promenade du Bout du Monde à l'avenue Jeanne d'Arc, étaient les dossiers en exergue du dernier conseil municipal d'avant vacances... et le premier depuis le départ des élus d'opposition, lors de la précédente assemblée.

Mais il ne faisait guère de doute que c'est autour des délibérations 61 et 62 que le ton allait monter. Et cette fois-ci, pas question pour la minorité municipale de laisser son siège vide. Sous leurs coudes, les rapports présentant les observations définitives de la Chambre régionale des comptes au sujet de la Sodemel, société d'aménagement du Département, et le société d'économie mixte Terra Botanica, qui gère le parc du végétal.

"La plupart des irrégularités, des illégalités et des dissimulations ont été, en son temps, mis au jour dans cette assemblée par Antony Taillefait", rappelle d'emblée la conseillère EELV Estelle Lemoine-Maulny, (assez étonnamment) envoyée au feu sur ce sujet brûlant. "Il n'est pas besoin  d'interpréter les propos de la Chambre régionale des comptes. Il suffit de les citer. Chaque page du rapport comporte de violentes dénonciations de l'opacité créée autour de sa gestion et du souci constant de dissimulation de la situation", poursuit l'élue.
"Il n'est pas besoin  d'interpréter les propos de la Chambre régionale des comptes. Il suffit de les citer. Chaque page du rapport comporte de violentes dénonciations de l'opacité créée autour de sa gestion et du souci constant de dissimulation de la situation" - Estelle Lemoine-Maulny

Dans son viseur, principalement, "le président du Conseil général d'alors"... et actuel maire d'Angers, Christophe Béchu, dont la CRC dénonce, en creux, "les pratiques de dissimulation de la mauvaise gestion". Et la conseillère d'opposition de reprendre les termes du rapport de l'administration financière : en raison de "la proximité entre la direction de Terra Botanica et les services du Département, (...) les instances de la société n'ont pas assumé pleinement l'autonomie dont elles disposaient en tant que personne morale indépendante des services du Département."

Opacité organisée, encore, à l'heure de citer le "déséquilibre minoré" relevé par la CRC au sujet de la situation financière du parc. "Le fiasco commercial s'est mué en une dissimulation systématique des résultats financiers par les responsables du Conseil général". Dans les observations définitives, la minorité stigmatise les aides indirectement versées par la collectivité départementale à Terra Botanica, en ne percevant pas la redevance conventionnelle ; le non respect "des règles de mise en concurrence pour la réalisation des travaux d'extension des installations", dont certains ont dépassé le million d'euros, mais surtout le rôle joué par la Sodemel dont "les versements sont quasiment venus compenser le déficit estimé".

Concluant son propos par une touche pour le moins ironique, Estelle Lemoine Maulny a formulé l'espoir que "l'Union européenne, lorsqu'elle vérifiera les conditions d'utilisation des fonds européens versés pour la réalisation du parc, ne réclamera pas au Département et à la Ville de restituer une part des sommes, par exemple parce que les règles de la commande publique n'ont pas été respectées. Nous espérons (aussi) que ce type de gestion mortifère pour les finances publiques ne soit pas renouvelé à la Ville d'Angers".

Voilà pour la charge en conseil, de suite amortie par le maire, Christophe Béchu. "Pas un centime d'euro des fonds propres de la Sodemel n'a servi à renflouer Terra Botanica. Elle a utilisé les crédits alloués à un mandat qui lui a été confié par le Conseil général. En l'occurrence, pour l'opération Terra Botanica, clôturée en 2014, la Sodemel affiche un bilan positif de 400 000 €".

"Mais ça n'est pas une question de fonds propres", mais de ce que disent les magistrats de la CRC", rebondit Antony Taillefait, hors conseil : "La Sodemel ne devait pas prendre en charge ces quatre factures d'un montant total de 3 112 021, 48 € TTC qui étaient, soit non justifiées, soit hors périmètre du mandat qui lui a été confié". "Voilà, tout est dit", pour le conseiller municipal d'opposition, inquiet du système mis en place pour organiser l'absence de transparence et le mensonge. Vous conviendrez qu'en possession de toutes ces données, le débat aurait été tout autre à l'heure de se prononcer sur la création du Groupement d'intérêt public (GIP) ?"
"Vous faites mention d'illégalités, mais à aucun moment ce mot n'apparaît dans les rapports de la CRC : vous travestissez et extrapolez ce qui est écrit" - Christophe Béchu

En conseil, Christophe Béchu ne s'en laisse pas compter et contre-attaque : "Vous faites mention d'illégalités, mais à aucun moment ce mot n'apparaît dans les rapports de la CRC : vous travestissez et extrapolez ce qui est écrit". Et le maire de poursuivre, plus offensif : "Vous avez la mémoire sélective", se référant à un récent rapport de la CRC au sujet de l'Agglo faisant état de "50M€ qui ont été empruntés avec un usage abusif" ou signalant "le manque de rigueur dans l'application de la réglementation financière" au sujet du tram...

Un retour à l'envoyeur devenu habituel chez Christophe Béchu, qui clôt les débats en revenant sur le cas Terra Botanica. "J'ai déjà dit, dans d'autres instances, que si les choses étaient à refaire, je ne les ferais évidemment pas de la même façon, conclut le maire, "heureux que vous souhaitiez publiquement, dans la conclusion de votre intervention, la réussite du parc".

Heureux aussi sans doute d'avoir passé - sans trop de dommages pour le moment - le premier gros écueil de sa mandature.




Journaliste Animateur du blog " Des mots à la marge " En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par angevindedroitedéçu le 18/07/2015 17:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Déçu d'avoir fait campagne pour vous M. BECHU. En espérant que vous repartirez aussi vite

2.Posté par béchudéchu le 22/07/2015 07:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
avoir de grande ambition avec l'argent du contribuable.
monsieur béchu vous avez perdu ma confiance.















Angers Mag











Angers Mag : RT @LeQuai: N'oubliez pas d'aller voir #AdishatzAdieu ce soir. Vous nous remercierez demain. #Theatre #JonathanCapdevielle #Angers RESA 02…
Mardi 6 Décembre - 13:55
Angers Mag : A Angers, Montessori a pris racines: Porté par des éducateurs convaincus, les méthodes... https://t.co/bXNDdgyLpz https://t.co/nar3Qs6vye
Mardi 6 Décembre - 07:30
Angers Mag : #Angers Le directeur de Keolis Angers a été licencié pour fautes graves https://t.co/n6HJqX081U
Lundi 5 Décembre - 15:10
Angers Mag : Keolis Angers : Christophe Reineri a été licencié pour fautes graves: Trois semaines... https://t.co/d3ujV5hSiJ https://t.co/cPMN0twREP
Lundi 5 Décembre - 15:01



cookieassistant.com