"Rassembler les républicains humanistes est une urgence" (Philippe Bodard)

[La Tribune du Lundi]


Rédigé par Philippe BODARD - Angers, le 15/12/2014 - 06:15 / modifié le 14/12/2014 - 23:45


Contribuer au débat public et, à notre niveau, participer tout simplement à l'indispensable vie des idées. C'est l'objet de [La Tribune du Lundi], page blanche offerte aux responsables politiques, toutes sensibilités confondues, et aux acteurs éclairés d'Angers et de son territoire. La parole est aujourd'hui à Philippe Bodard, conseiller général du canton des Ponts-de-Cé.



la rédaction vous conseille
La politique gouvernementale nous emmène imperturbablement vers une crise sociétale généralisée. Elle va échouer politiquement et économiquement parce qu’elle n’a pas de sens, c'est-à-dire qu’elle n’a pas d’idée directrice, qu’elle n’est en rien la résultante d’une philosophie sociétale délibérée, juste une réponse favorable aux injonctions de l’Union Européenne sur la réduction des déficits publics.

Tout économiste digne de ce nom, peut affirmer qu’on ne doit absolument pas affaiblir la puissance publique quand le secteur privé est en difficulté. C’est au contraire à ce moment là qu’elle doit être en capacité de réguler les choses et d’amortir la crise. Ainsi, diminuer les dépenses publiques de 50 milliards ne peut générer qu'un phénomène récessif de l’ordre de 0,7% du PIB/ an et entraîner la perte de 250 000 emplois d’ici 2017. Quand il supprime sur 4 ans l’équivalent de 28 milliards  (en cumulé) aux collectivités locales, le gouvernement ampute la moitié de leur capacité d’investissement qui profitait essentiellement au secteur du Bâtiment et des Travaux Publics. Pour ce dernier, la commande publique représente 60 à 70% de son carnet de commande. On connait ensuite l’effet boule de neige…

Pourtant, la France, 5ème puissance économique mondiale, est riche, même très riche. Et les entreprises du CAC 40, sous fiscalisées par rapport aux PME et TPE, engrangent chaque année des milliards de bénéfices… l’argent, il y en a ! Mais on ne va pas le chercher… les entreprises du CAC 40 sont en moyenne taxées à 8% (contre 22 à 30 % pour les autres), et cela est notamment du à  un système dérogatoire qui profite avant tout aux grandes entreprises :
  • Régime « mère/filiale » : c’est moins 24 milliards
  • Régime d’intégration fiscale moins : 18 milliards
  • Exonérations sur certaines « plus-values » : moins 3 milliards
"Ce rassemblement dépasse largement les lignes politiques actuelles"

Il y a aussi le cas des sociétés autoroutières  qui, malgré des profits de plusieurs milliards, défiscalisent  3, 4 milliards de frais financiers sur leurs emprunts (soit, à 300 millions près, le retrait de dotation de l’Etat aux collectivités locales  en 2015). Ainsi  les collectivités locales vont se serrer la ceinture pour les dividendes des actionnaires de ces sociétés.

Politiquement , l’échec est aussi certain. Bien sûr, les choix économiques font que le gouvernement se prive volontairement de toute marge de manœuvre pour des réformes pouvant améliorer les conditions de vie matérielle, mais les diverses réformes promises par le candidat Hollande, sont, ou totalement absentes, ou annulées par manque de courage politique. Ceci ajouté aux « affaires » touchant des membres du gouvernement ou de l’équipe présidentielle installée au palais de l’Elysée, au pourrissement des institutions de la Cinquième République engendré par l’instauration du quinquennat, participe à la montée d’un dégoût «  du politique », voire une désespérance, qui risque de faire les beaux jours de l’extrême droite.

A mes yeux, les républicains humanistes qui en ont véritablement assez de voir l’Humain sacrifié sous la toute puissance du capitalisme financier,  n’ont pas d’autre choix que de s’insurger. Nous pouvons déjà organiser des actions vers nos parlementaires. Ensuite, il y aura des élections territoriales pouvant servir à promouvoir une vision sociétale humaniste,  la seule acceptable en politique, mais aussi  la seule gage de cohésion et de paix sociales.

Ce rassemblement dépasse largement les lignes politiques actuelles. Car en matière d’aliénation de l’Humain par l’économie, des gens dits de gauche  n’ont rien à envier à certains de leurs collègues dits de droite…. Et la crise impose très rapidement un positionnement et un rassemblement de tous ceux qui ne voudront pas être complices de tels actes de destruction de la cohésion et de la fraternité républicaines.









1.Posté par Durocher le 15/12/2014 14:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
P BOdarD, c'est bien celui qui ouvre une bouteille de champagne quand les habitants du sud loire se voient refuser un cinéma?

2.Posté par Mémé Lanchon le 17/12/2014 10:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Au secours, j'ai plus qu'un mandat, il faut le sauver sinon je serai obligé de travailler..

3.Posté par psLALOOZE le 19/12/2014 22:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
c'est fou comme internet est un lieu de défouloir... un recueil des pires caricatures. Dire de Bodard ce qui est dit là est tellement petit... tellement anecdotique...
Bodard c'est d'abord un grand élu local qui a conduit de réels changements sur sa commune. Murs Erigné a été transformée tout au long des 3 mandats successifs de l'équipe conduite par Bodard. Son urbanisme s'est éclairci a été plus lisible pour ses habitants. la vie culturelle s'y est développée comme nulle part ailleurs dans un...

4.Posté par Maya le 23/12/2014 12:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Tout homme qui dirige, qui fait quelque chose, a contre lui, ceux qui voudraient faire la même chose, ceux qui font précisément le contraire, et surtout, la grande armée des gens beaucoup plus sévères, qui ne font rien. J. CLARETIE.















Angers Mag











Angers Mag : Séance critique : "Ma'Rosa" de Brillante Mendoza: Dans Séance critique, deux fois par... https://t.co/UXYZ0kjrdt https://t.co/JrsEK1vwBv
Samedi 10 Décembre - 11:00
Angers Mag : « Ces pédagogies ne sont pas ignorées »: Et l’Education Nationale ? Quel regard... https://t.co/JnPQWXILNL https://t.co/5glkXOM6T3
Samedi 10 Décembre - 07:45
Angers Mag : #JPEL "Contre le complotisme, on ne peut pas enrayer tout (...) Mais on peut entraîner les cerveaux." 👏👏JB Schmidt… https://t.co/6pn23fJUHD
Vendredi 9 Décembre - 15:01
Angers Mag : L'indépendance, un état d'esprit ? #Angers Mag bien chez soi à la journée de la presse en ligne à Paris. #JPEL https://t.co/EpAgR2dt6N
Vendredi 9 Décembre - 12:17



cookieassistant.com