RedApe : le tagueur angevin d’Artaq 2011


Rédigé par - Angers, le 17/08/2011 - 10:13 / modifié le 17/08/2011 - 13:51


Mais qui se cache derrière « RedApe (singe rouge), un petit sigle visible sur plusieurs œuvres exposées salles Chemellier à Angers, jusqu’au 18 septembre, dans le cadre du dernier festival d’art de rue Artaq ? Un Angevin, graphiste illustrateur à la communication de la ville d’Angers.



Franck Deniel, alias RedApe devant les oeuvres exposées salle Chemellier à Angers
Franck Deniel, alias RedApe devant les oeuvres exposées salle Chemellier à Angers
la rédaction vous conseille
Ex-animateur au service éducation enfance, désormais responsable du studio graphique du service communication de la Ville d’Angers, RedApe, de son vrai nom Franck DENIEL, est le seul angevin à avoir été nominé en mai dernier lors du second festival international Artaq.

Sorti de l’école supérieure des Beaux Arts d’Angers en 1994, après avoir étudié l’illustration, la peinture et la sculpture, alors animateur jeunesse, Franck DENIEL assiste la mission événementielle d’Angers dans la réalisation de scénographies. La ville d’Angers, désirant étoffer son service communication et notamment mettre en place un véritable studio graphique capable de produire des illustrations en interne, lui fait tout naturellement appel. C’est à lui et sa petite équipe que l’on doit notamment les visuels de Soleils d’Hiver, Tour de scènes, Tempo Rives, le rendez-vous de quartier ou encore la Maison de l’Environnement ou la valorisation des Espaces verts.

« Pour la collectivité, c’est le prolongement de mon expérience en matière de créativité et d’illustration. Je fais profiter de mon savoir-faire, j’apporte une touche personnelle et l’on me fait confiance », affirme Franck DENIEL, plutôt ravi de ce poste.

Fort d’un concept considéré par Yves SUTY, le créateur d’Artaq, comme appartenant au courant « néo pop », Franck DENIEL ou plutôt RedApe avait laissé tomber pendant plusieurs années son travail personnel. À l’aube de ses 40 ans « le singe » a des démangeaisons et l’envie de s’investir sur des projets qui lui tiennent à cœur C’est ainsi qu’il développe le label « RedApe », rappel d’un film qu’il affectionne : la planète des singes, en utilisant à sa couleur de prédilection : le rouge.

« Nos paroles et nos actes peuvent laisser des traces indélébiles », poursuit RedApe, d’où l’idée de dessiner des personnages de l’actualité et de leur tatouer sur le corps, des événements qui leur sont liés, comme autant de « coups de gueule », car un tatouage, sauf opération dermatologique, est fixé à vie sur la peau.

Après avoir dénoncé par tatouages interposés sur support papier, lesquels pourraient aussi bien l’être sur des murs, la guerre en Irak de Georges Bush, ou la malbouffe, RedApe s’est lancé dans une œuvre concernant le Christ, avec un jeu graphique en lien avec son iconographie. Il a également travaillé sur le boxeur philippin Manny Pacquiao, un héros dans son pays depuis qu’il a décidé de lutter contre la corruption après s’être fait élire député. « La boxe me plait et je sais qu’il a dû mettre toute son énergie pour entrer en politique. C’est un message positif, je ne pousse pas que des coups de gueule contre la société. Je veux aussi montrer le bon côté des choses. Donner de l’envie ».

Ces deux derniers tableaux sont exposés dans la galerie Chemellier à Angers jusqu’au 18 septembre et visibles dans le livre officiel du festival. C’est justement Artaq qui a précipité l’envie de produire de RedApe. Ses œuvres, comme toutes celles du festival, vont désormais voyager dans les grandes villes d’art d’Europe (Paris, Berlin, Bruxelles, etc. …)

« J’ai envie de constituer une galerie de portraits marquants de notre époque. Artaq qui est une galerie ouverte m’en a donné l’occasion. Désormais j’ai plein de projets concernant des faits d’actualité ». RedApe devrait prochainement s’attaquer à Mickey Mouse et tout ce qu’il véhicule dans l’imaginaire des enfants comme des adultes. À moins que l’on voie le petit singe rouge signer des dessins sur les murs d’Angers ?




Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur















Angers Mag











Angers Mag : #Angers REPORT'CITÉ trace sa route @Angers @MinistereCC @KeolisAngers https://t.co/5jrXBWmmjE https://t.co/dULolkaDWK
Mercredi 21 Juin - 12:33
Angers Mag : #Angers Ouest eMedia Presse (@angersmaginfo) a été placée en liquidation judiciaire https://t.co/vMG2O392Qi https://t.co/N9IyhvEjS3
Mercredi 21 Juin - 12:23
Angers Mag : « En Indonésie, le tourisme engendre des transformations profondes » #Angers https://t.co/gJQfDIqgwP https://t.co/bn8ODsUAFu
Jeudi 15 Juin - 10:03
Angers Mag : JoeyStarr, les différents visages de l'éloquence: Sur la scène du Festival d'Anjou le 15... https://t.co/9fZW6XZ2i2 https://t.co/bB4ZKtREuR
Mercredi 14 Juin - 12:03