Régionales : débat entre les candidats angevins.


Rédigé par William Cherbonnier - Angers, le 04/03/2010 - 17:23 / modifié le 07/03/2010 - 15:38


Salle du Doyenné à Angers, mercredi 03 mars, le Club de la Presse Anjou invitait les têtes de liste Maine-et-Loire des Régionales 2010 a débattre ensemble sur les grands thèmes de la campagne. Une salle comble, accueillant principalement les militants des différents partis, venus soutenir leurs candidats. Deux journalistes reconnus, Yves Boiteau et Alain Machefer, animaient la soirée. Hormis la liste Cap Breton, absente car sans tête de liste locale, l’ensemble des candidats angevins aux régionales était représenté.



La brochette des têtes de liste angevines avant le lancement du débat
La brochette des têtes de liste angevines avant le lancement du débat
la rédaction vous conseille
Le hasard offrit en premier la parole à Frédéric Béatse (PS), tête de liste en Maine et Loire, « la gauche en action », qui présenta sa liste dans la « continuité de l’Action engagé » par Jacques Auxiette, président de région socialiste depuis 6 ans.
Géraldine Delorme (UMP), liste « Agir ensemble » souhaitait « rendre la région à ses habitants » avec « Solidarité et Equité ».
Matthieu Orphelin de la liste Europe Écologie défendit son programme répondant aux « urgences sociales et environnementales » en proposant une « révolution écologique ».
Stéphane Robin de la liste Modem présenta plusieurs mesures phare de son programme basé sur la mobilité, l’emploi, et les jeunes.
Jean-Luc Godet (Front de Gauche et NPA), après avoir souhaité rappeler le contexte d’une double crise sociale et écologique, rappela en guise de présentation le nom de sa liste : « Tous ensemble à gauche vraiment », liste regroupant Front de Gauche ( PCF, la Gauche unitaire et le Parti de Gauche), NPA, les Alternatifs et la FASE).
Céline L’Huillier (Lutte Ouvrière) annonça un « même programme pour toutes les régions » basé sur la lutte des travailleurs, comme le font localement les travailleurs de Thyssen.
Michel Schaeffer (Front National) annonça, selon ses propres mots : « Pas de programme idéologique pour ces élections, pour les autres non plus d’ailleurs », l'essentiel de son programme se résumant à la lutte contre trois maux : « l'insécurité, les impôts, et l’immigration ».

Après ce tour de présentation, les sujets locaux les plus difficiles furent abordés.

Gratuité des Transports

Géraldine Delome (UMP) « Agir ensemble » lors d'un échange avec Matthieu Orphelin (Europe Ecologie)
Géraldine Delome (UMP) « Agir ensemble » lors d'un échange avec Matthieu Orphelin (Europe Ecologie)
Ce thème de campagne lancé habilement par l’UMP monopolisa les premières minutes : la gratuité des transports scolaires, « afin d’améliorer le pouvoir d’achat et de préserver l’environnement » , précisa Mme Delorme (UMP). Les réponses furent sans appel : « le transport scolaire est une compétence départementale (NDLR : le Conseil Général assur le transport des collégiens). Pourquoi cette mesure n’est pas déjà mise en place dans les départements UMP de Maine-et-Loire ou de Vendée ? » enchérit M. Béatse (PS) ; Jean-Luc Godet précisa alors que sa liste proposait déjà la gratuité des transports en commun pour les scolaires, mais aussi pour les jeunes, les chômeurs, et personne en difficultés lors des municipales 2008 ; Céline L’Huilier (LO) expliquait à son tour : « Pour avoir des trains, il faut du monde pour les faire rouler » . Selon elle, la priorité est donc à l’embauche de personnel ferroviaire, afin d’éviter les retards et autres difficultés, et la non-privatisation de la SNCF. Pour le Modem : « Transport gratuit, oui, mais faut-il déjà qu’il existe ! ».

Emploi, et aides aux entreprises

Frédéric Béatse tête de liste 49 de « la gauche en action »
Frédéric Béatse tête de liste 49 de « la gauche en action »
Pour Europe Écologie, il s’agit d’aider les entreprises d’avenir, aider à la reconversion et mettre en place « l’éco-conditionnalité sur les subventions ». Matthieu Orphelin donnant l’exemple des « Chantiers en difficultés de Saint-Nazaire (sa ville d’origine) qui pourraient être reconvertis vers la destruction de bateaux, ou la mise en place d’éoliens en mer », défendait l’idée de « contrat de conversion écologique ».

Pour Lutte Ouvrière, « les subventions aux entreprises ne servent pas les salariés et l’emploi ». Pour le PS, l’aide aux entreprises doit être attribuée sous conditions du respect social et environnemental, mais aussi de la sauvegarde de l’outil de travail. Pour l’UMP, les aides doivent être « conditionnées à la création de l’emploi », mais sans toutefois promettre, lorsqu'on lui demande, le remboursement des subventions si la condition n'est pas respectée. Pour le Modem, une aide par le cautionnement aux petites entreprises semble mieux adapté que les subventions.

Education, Formation

Stéphane Robin (Modem)
Stéphane Robin (Modem)
Cette question débuta par le délicat débat d’actualité sur l’implantation d’un lycée professionnel public dans les Mauges, à Beaupréau. (100.000 familles demandent un nouveau lycée public dans cette région du Maine et Loire). Après quelques échanges, les positions se résument comme suit : PS, EE49, FG-NPA sont pour un lycée, FN et UMP sont contre, le Modem préfère l’implantation d’une école de la seconde chance.

Suite à l’annonce de la création d’un service public régional de l’orientation par la liste de Christophe Béchu, la question de l’orientation et de la formation semblait ne pas pouvoir être évitée. Géraldine Delorme précise alors que des compétences sont gâchées à cause du problème d’orientation. Stéphane Robin expose à son tour que « l’orientation doit se baser sur l’existant. » et de poursuivre : « quand on annonce la suppression d’un fonctionnaire sur deux, pour l’orientation c’est un sur six ! ».

Pour le PS, ce service public d’orientation n’est qu’un « gadget », c’est un domaine qui devrait être géré par l’Etat. Pour lui il faut « prévenir la réorientation avant les difficultés ». Pour Europe Écologie, il s’agit de « réorienter vers les formations de demain », afin de permettre aux agriculteurs de se former au Bio, aux artisans de se former aux énergies renouvelables, afin de « créer 30 à 50.000 emplois non-délocalisables, ce qui permettrait d'apporter 2 milliards d’Euros de chiffre d’affaires sur la Région ».

Pour Lutte Ouvrière et Font de Gauche, la priorité est à l’enseignement, et Céline l’Huilier de rappeler les « 50.000 postes supprimés dans l’enseignement », et Jean Luc Godet de demander l’arrêt de subvention à l’enseignement supérieur privé.

Derniers mots et second tour

Jean-Luc Godet (Front de Gauche et NPA)
Jean-Luc Godet (Front de Gauche et NPA)
En guise de conclusion, il fut demandé aux candidats de présenter un point de leur programme qui n'aurait pas été évoqué , et surtout d’annoncer les décisions prises après les résultats du premier tour ( 14 Mars 2010).

Pour le FN, « les promesses faites ce soir (par les autres candidats) ne seront pas tenues » et d’annoncer qu’ils ne donneront aucune consigne de vote pour le deuxième tour.

Pour LO, « l’avenir, ce sont les luttes collectives. » Rien à attendre de la droite actuelle, ou de la gauche mais « un appel aux gens en colère ».

Pour le Front de Gauche-NPA, « Il faut une gauche qui ne s’allie pas avec la droite », « il faut rompre avec le capitalisme », et de demander pour le deuxième tour une fusion démocratique à la proportionnelle à l’exclusion des forces de droite, comme le Modem ou l’UMP.

Pour le Modem, il s’agit de « faire confiance à la jeunesse. Un programme tourné vers eux et pour eux », et de proposer librement une alternative pour le deuxième tour.

Europe Écologie souhaite défendre ses idées jusqu’au bout, avec « un vrai changement et un projet de rupture positive ». Le parti écologiste espère obtenir un maximum de voix pour faire valoir sa différence face aux partenaires de gauche, tout en rappelant qu’il n’y a rien dans le programme du PS sur les OGM, le nucléaire, ou le développement écologique.

Pour l’UMP, l’important c’est « l’Equité pour la Région, dans la formation, dans les transports », et de rappeler que les discussions de programmes ont déjà eu lieu, aucun changement n'étant prévu au deuxième tour.

Le candidat PS souhaite « un signe fort face à la politique Nationale » et « un accès à la formation, l’emploi, la mobilité, dans la continuité de ce qui a déjà été réalisé », et d’avouer avec difficultés qu’ils ne seront pas seuls pour construire une majorité au soir du deuxième tour.

Ce débat qui aura duré un peu plus de deux heures aura permis à chacun de faire valoir ses idées et présenter les points clés de son programme, en essayant de convaincre les électeurs à venir devant les urnes, les 14 et 21 Mars 2010, pour élire leurs représentants régionaux.












Angers Mag















Angers Mag : Report'Cité : portez la plume, s'il vous plaît !*: Un an et demi après son lancement, le... https://t.co/Qf1FyGW1iJ https://t.co/P8YYlZPYdm
Vendredi 2 Décembre - 19:06
Angers Mag : #musique De Macao à Pergolèse,la riche actualité de l'ensemble Amarillis @Angers https://t.co/hAW8WkdOUw
Vendredi 2 Décembre - 10:46
Angers Mag : #Angers Le jour d'après #PSGSCO, le billet @LardeuxT. Comme quoi on peut supporter @SCO et admirer @ECavaniOfficial https://t.co/nA3Ivf5HEE
Jeudi 1 Décembre - 18:18
Angers Mag : Au musée des Beaux-Arts, l'énigme Peter Briggs: Jusqu'au 26 mars, le musée des... https://t.co/Ys4SmHHl6M https://t.co/4mARuYnceC
Jeudi 1 Décembre - 07:30


cookieassistant.com