Régionales : qui de Bruno Retailleau ou Nicolas Sarkozy est en campagne ?


Rédigé par - Angers, le 10/11/2015 - 10:40 / modifié le 28/05/2016 - 09:32


L'ancien Président de la République et patron des Républicains, Nicolas Sarkozy, était lundi soir à Andard, pour le grand meeting angevin de soutien à la candidature du Bruno Retailleau aux prochaines élections régionales. Un raout où il s'est agi d'union, de reconquête, d'alternance ou de... chienlit. Bref, la campagne bat son plein. Pour un graal fin décembre 2015 ou au printemps 2017 ?



Régionales : qui de Bruno Retailleau ou Nicolas Sarkozy est en campagne ?
la rédaction vous conseille
Le temps d’aujourd’hui, c’est le temps collectif, la famille rassemblée". Il y a tout juste un an, alors en campagne pour retrouver la tête de l'UMP - devenu depuis Les Républicains sous sa coupe - Nicolas Sarkozy appelait à l'union des siens pour reconquérir le pouvoir.

Lundi soir, sur la même estrade d'Andard, le discours du président des Républicains n'a pas bougé d'un iota, sauf qu'il ratisse encore plus large. Et que ce n'est plus lui - sur le papier - qui est en campagne, mais Bruno Retailleau, lancé dans un sprint qui pourrait le mener à la présidence du Conseil régional des Pays de la Loire à l'issue du scrutin des 6 et 13 décembre prochains.

Dans une salle Jeanne de Laval comble, la droite a donc serré les rangs autour de son champion, quitte à mettre les vieilles rancœurs angevines sous le tapis, consigne nationale oblige. Sur scène, Nicolas Sarkozy et Jean-Christophe Lagarde, le patron de l'UDI, entourent les 5 têtes de liste départementales. Pas "une union de pacotille", assure Jean-Christophe Lagarde, moquant "le référendum bidon des socialistes", mais une union "scellée rapidement à l'échelle des Pays de la Loire", parce que "nous ne gagnons pas séparément les élections". Et Bruno Retailleau de prendre à témoin, sur le même thème, le maire d'Angers, Christophe Béchu - le premier à prendre la parole lundi soir, présent "en militant" - soulignant que, malgré son "talent, tu n'aurais pas pu reconquérir seul Angers". C'est oublier un peu vite qu'en l'occurrence, une liste UDI conduite par Laurent Gérault s'était opposée à celle menée par le futur maire...

Peu importe, l'union était de mise, malgré "nos différences" qui permettent quand on les dépasse "la multiplication électorale et d'ouvrir l'alternance", conclut Jean-Christophe Lagarde, sans conteste plus habile dans les négociations d'appareil que dans l'exercice de tribun. Reste que le patron de l'UDI a soulevé là l'enjeu à peine voilé de ce prochain scrutin régional en Pays de la Loire. On l'entendra toute la soirée : la reconquête de la région (des régions) n'est que la première étape indispensable vers celle de la France, à l'horizon 2017.
"Bien sûr que vous sanctionnerez les socialistes, mais ce doit être nous dès le premier tour et personne d'autre. Chaque voix qui sera donnée au FN sera donnée au PS. Il n'y aura jamais d'accord entre le FN et nous" - Nicolas Sarkozy

L'adversaire du soir était ainsi tout désigné pour les orateurs du soir. La gauche socialiste, dans son expression nationale et régionale. "Ce sont les mêmes !" s'insurge Bruno Retailleau, stigmatisant la "machine à couacs du gouvernement depuis 3 ans". Peu enclin à la dentelle, le président du groupe LR au Sénat assure même "qu'il faut être du Parti socialiste pour faire les poches des personnes handicapées". La saillie la plus violente d'un discours assez convenu sur l'identité de la région, les "gens de l'Ouest" s'étant unis dans "une communauté de destin" au cœur de "ces petites patries charnelles".

Le premier, le parlementaire vendéen place le laxisme et le manque d'autorité du pouvoir en place, à la tête de l'Etat comme de la région, "comme une faute politique et une injustice". Lui persiste et signe dans des engagements déjà entendus : l'évacuation de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, un plan de lutte contre les addictions au lycée, l'établissement d'une méritocratie parmi les jeunes - "On va t'aider, mais tu te bouges" - et une fraternité - "sans doute la valeur la  plus oubliée" - renouvelée sur le territoire.

Voilà pour la mise en bouche d'un public qui n'attendait qu'un homme pour enfin s'enthousiasmer : "Nicolas, Nicolas, Nicolas !" Il faut bien le dire : ce qui devait être le meeting principal de soutien à Bruno Retailleau, en tout cas dans le Maine-et-Loire, s'est transformé en un meeting de campagne présidentielle, où chaque opposant politique en en pris pour son grade. La gauche au pouvoir, d'abord, qui a "réussi l'exploit de casser aussi notre politique familiale ! On ne veut pas que notre mode de vie disparaisse, voilà ce que disent les gens" harangue l'ancien Président de la République, enchaînant sur deux des thèmes récurrents de la soirée : l'identité (ou les racines), et la restauration de l'autorité de l'Etat. Morceaux choisis : "Nous voulons que les nouveaux qui arrivent s'adaptent à l'identité qui est la nôtre", lance Nicolas Sarkozy, rappelant "les racines chrétiennes de la France" et son "long manteau d'églises et de cathédrales".

Nicolas Sarkozy, Bruno Retailleau, Jean-Christophe Lagarde, Paul Jeanneteau, Laurence Garnier et Yannick Favennec, lors du meeting de lundi soir, à Andard.
Nicolas Sarkozy, Bruno Retailleau, Jean-Christophe Lagarde, Paul Jeanneteau, Laurence Garnier et Yannick Favennec, lors du meeting de lundi soir, à Andard.
Ses propos sur la chienlit (lors de l'affaire des cadres d'Air France malmenés par les syndicalistes NDLR ) ont énervé le Président Hollande et le Premier ministre Valls ? Il en remet une couche, citant les épisodes des gens du voyage, de la compagnie Air France ou des "quartiers où l'on ne peut plus rentrer parce qu'ils sont tenus par les trafiquants de drogue". Dans un cas comme dans l'autre, des "voyous" et de situations qui justifient, selon lui, le terme de "chienlit". L'ancien président se fait même comique troupier lorsqu'il évoque le cas de Notre-Dame-des Landes et "la semaine de trois jours" du gouvernement. "Lundi, l'ineffable Ségolène Royal se positionne pour l'arrêt immédiat des travaux. L'ineffable Manuel Valls, le mardi, appelle à la reprise des travaux. Et le mercredi, l'ineffable François Hollande déclare en conseil des ministres qu'il n'a pas de position", raille Nicolas Sarkozy, dénonçant le manque de "chef, de leader" au sein du gouvernement.

"Bien sûr que vous sanctionnerez les socialistes, mais ce doit être nous dès le premier tour et personne d'autre", prévient-il, arguant que "chaque voix qui sera donnée au FN sera donnée au PS. Il n'y aura jamais d'accord entre le FN et nous", poursuit Nicolas Sarkozy, "nous ne voulons pas de la fille au nord, de la petite-fille au sud. A quand les neveux, à quand les nièces ?"

Un discours de candidat plus que de soutien, où la région des Pays de la Loire et Bruno Retailleau n'auront été cités qu'à la marge. Gageons toutefois que le candidat de l'union de la droite aux régionales aura apprécier les valeurs mises en exergue par Nicolas Sarkozy, à l'heure de conclure cette soirée : "mérite, travail, effort, propriété, famille". 
Une profession de foi.

1500 personnes étaient réunies dans la salle Jeanne de Laval, à Andard. Parmi elles, de nombreuses "têtes blanches", mais aussi des jeunes soutiens de Bruno Retailleau. C'est auprès d'eux qu'Angers Mag a pris la température de la soirée...

retailleau.mp3 RETAILLEAU.mp3  (3.24 Mo)






Journaliste Animateur du blog " Des mots à la marge " En savoir plus sur cet auteur















Angers Mag











Angers Mag : #JPEL "Contre le complotisme, on ne peut pas enrayer tout (...) Mais on peut entraîner les cerveaux." 👏👏JB Schmidt… https://t.co/6pn23fJUHD
Vendredi 9 Décembre - 15:01
Angers Mag : L'indépendance, un état d'esprit ? #Angers Mag bien chez soi à la journée de la presse en ligne à Paris. #JPEL https://t.co/EpAgR2dt6N
Vendredi 9 Décembre - 12:17
Angers Mag : #Angers Le dessin du mois de décembre signé Fañch Juteau #prevention #VIH https://t.co/J3CxFCf8FC https://t.co/oAZR7nNURX
Vendredi 9 Décembre - 12:01
Angers Mag : #Angers Le dessin du mois de septembre signé Fañch Juteau #accrochecoeurs https://t.co/J3CxFCf8FC https://t.co/Jkrkty2UMe
Vendredi 9 Décembre - 10:51



cookieassistant.com