Angers Mag - information, actualités locales, politique, culture

Un autre regard sur la région angevine

- Angers Mag Mobile
   





Reims met fin à l’invincibilité d’un Angers-SCO épuisé, 0-1


Rédigé par Emmanuel Ollivier - Le Dimanche 24 Avril 2011 à 09:55


Le match et la défaite face au Paris Saint Germain ont laissé des traces. Physiques sans aucun doute, mais aussi peut être psychologiques. Angers-SCO manquait de jambes, hier soir, et les têtes semblaient penser qu’ils n’y arriveraient pas. Une défaite embarrassante pour la suite du championnat.



L'activité de David DE FREITAS, au milieu, n'a pas suffit (*)
L'activité de David DE FREITAS, au milieu, n'a pas suffit (*)
Hubert FOURNIER, le coach de Reims, avait merveilleusement préparé son coup. Il était venu prendre un point au minimum, il a emporté le gros lot, grâce à son coaching, face à une équipe d’Angers-SCO, qui a laissé trop de forces face au PSG.

D’entrée, Reims, même sans TOUDIC remplaçant, a mis la pression sur le but angevin, en obtenant plusieurs coups francs, premiers symptômes du retard des angevins, dans l’attaque du ballon. Si Angers-SCO desserrait l’étreinte, petit à petit, en faisant reculer Reims, la fébrilité était là.

A la 12ème minute, Nicolas GILLET contrôlait mal un dégagement d’AGASSA, dont héritait FAURE. L’attaquant rémois ne cadrait pas sa frappe.

A la 16ème minute, c’est KRYCHOWIAK qui s’essayait de loin. Grégory MALICKI captait sans soucis.
Il fallait attendre la 21ème minute, côté angevin, pour voir Yves DEROFF frapper largement au-dessus.
Claudiu KESERÜ en faisait de même à la 33ème et c’était tout côté Angers-SCO, pour cette première période où il avait finalement réussi à prendre le contrôle du jeu, mais sans inquiéter AGASSA, le portier visiteur.

La sortie sur blessure de Sébastien RENOUARD, juste avant la pause, n’était pas de bon augure.
Monsieur DELERUE, auteur d’un arbitrage correct, quoi qu’un peu trop pointilleux (7 cartons jaunes), renvoyait les deux équipes aux vestiaires.

Les joueurs d’Angers-SCO, en cercle dans leur camp, avant la reprise du jeu, allaient impulser plus de rythme à l’entame de la seconde période. Mais la première alerte était encore pour la défense d’Angers-SCO. Sur un ballon en profondeur, un attaquant rémois était signalé hors jeu et s’arrêtait comme la défense angevine. FORTES, lui, pas hors jeu, continuait sa course et obligeait Grégory MALICKI, vigilant, à intervenir, en taclant (49’).

Angers-SCO peinait toujours à se procurer des occasions. La frappe de Claudiu KESERÜ, contrée, était captée par AGASSA (54’). On espérait que la solution viendrait d’un coup de pied arrêté. Mais AGASSA boxait un corner juste au-dessus de la tête de Fodé DORE (55’), tandis que Monsieur DELERUE ne sifflait logiquement pas une main rémoise, dans la surface, non anormalement décollée (57’).

Angers-SCO s’exposait aux contres et COURTET, à peine rentré en jeu, obligeait Grégory MALICKI à se détendre (60’), alors qu’AMALFITANO, parti à la limite du hors-jeu, frappait dans le petit filet (63’).
Angers-SCO, au courage, essayait encore et Fodé DORE était repris de justesse, par BIANCALANI, sans que Monsieur DELERUE ne siffle le pénalty à peine réclamé par les angevins, mais tellement espéré (68’).

Et Angers-SCO allait craquer grâce au joker aux 12 buts de Reims. Le rapide TOUDIC, entré en jeu 5 minutes plus tôt, s’échappait sur le côté gauche déserté par la défense angevine. Sa frappe était repoussée par Grégory MALICKI, encore excellent, mais impuissant sur la reprise de COURTET, bien seul, à l’entrée de la surface (73’ 0-1).

Angers-SCO accusait le coup mais repartait de l’avant, en vain : Toujours des situations intéressantes, mais sans grand danger pour la défense visiteuse.

A la 89ème minute, Claudiu KESERÜ trouvait, sur coup franc, la tête de Fodé DORE, qui ne cadrait pas, à bout portant, alors que Charles DIERS était peut être mieux placé. Dans la minute suivante, ni DORE, ni KESERÜ, ni CHARBONNIER ne parvenait à pousser le ballon au fond des buts rémois, sur un cafouillage.

La fin du match était sifflée pour la plus grande joie des champenois et de leurs 50 supporters.
Les joueurs d’Angers-SCO s’effondraient sur la pelouse, en pensant à l’opportunité de revenir à trois points du podium, qui venait de s’envoler.

La ligue 1 s’éloigne un peu plus, au terme d’une semaine terrible pour Angers-SCO. Les chances de revenir sur le podium sont, à présent mince, mais Angers-SCO n’a d’autres choix que de la jouer, pour bien finir ce qui restera une très belle saison, avec une série de 11 matches sans défaites en championnat.

Un beau challenge arrive dès vendredi, avec le derby à Nantes et donnera l’occasion de repartir de l’avant.

(*) photo aimablement prêtée par Angers SCO