Rencontre avec les petits génies de la robotique


Rédigé par Yannick Sourisseau - Angers, le 22/03/2011 - 12:13 / modifié le 22/03/2011 - 21:35


Organisé samedi dernier, au parc des exposition d’Angers par Planète Sciences Sarthe, les Francas et la Ville d’Angers, la 18ème édition des trophées de la Robotique a connu, une fois de plus, un vif succès. Plus de 500 jeunes de la région des Pays de la Loire ont pris un réel plaisir à participer à cet événement ludique et technologique.



Qu'est ce qu'on fait en attendant de presenter son robot ? On lit un livre pour construire un nouveau robot.
Qu'est ce qu'on fait en attendant de presenter son robot ? On lit un livre pour construire un nouveau robot.
Ce sont peut-être les futurs ingénieurs que les grandes entreprises françaises et étrangères s’arracheront. Âgés de 8 à 18 ans, ils étudient et conçoivent, en cours périscolaire ou dans des clubs, des engins robotisés capables de se déplacer et d’effectuer des gestes simples avec un objectif : terminer dans les 16 premiers du trophée régional de robotique pour participer au trophée national.

Bien sûr nous étions loin des humanoïdes conçus dans les laboratoires asiatiques capables d’effectuer les mêmes gestes et prendre les mêmes postures qu’un être humain. Au parc des expositions d'Angers, ce 19 Mars, il s’agissait d’engins motorisés, aux formes diverses et variées, capables de se mouvoir de façon simpliste, le tout piloté par une commande actionnant des micros moteurs. Pour ces petits « professeurs Nimbus », c’est l’apprentissage de la technologie.

« C’est une construction collective, avec une équipe pluridisciplinaire. Le robot est construit selon un cahier des charges correspondant au thème choisi chaque année et chacun dans l'équipe a une tache bien déterminée », expliquaient Martine CHAPPEY et Patrick CHLASTA, respectivement Présidente de Planète Sciences Sarthe et Responsable des Francas d’Angers. « Pour ce trophée les enfants participent à des confrontations techniques, en se respectant les uns les autres. Ce n’est pas un combat, ils s’aident même entre-eux. L’objectif c’est de faire fonctionner leur robot filaire et qu’il effectue les actions prévues dans le règlement ». Et ça marche plutôt bien, les enfants s’activant autour de leur engin, la boite à outils à proximité, comme dans une véritable course de formule 1, l’esprit de compétition en moins.

Le règlement du trophée est simple : chacune des 52 équipes inscrites (43 ont participé) doit mettre au point en six mois un robot et son système de commande filaire permettant de faire des rencontres de 90 secondes sur une aire de jeu de 2x3m inclinée à 10%. Pour stimuler les équipes, le thème change chaque année. Cette année, sur le thème du jeu, les robots devaient lancer des dés, reconstituer un mot, rapporter des pions, ou encore remettre des dominos dans le bon sens.

« Tous viennent au trophée pour partager leurs connaissances en robotique, admirer les prouesses techniques des autres équipes et faire la fête autour des moteurs fumants et de l’imagination débordante voire délirante de certaines équipes », ajoutaient les organisateurs.

« Cette initiative a un coté amusant et fédérateur », expliquaient François CHEVREUX, animateur dans le cadre d’un contrat d’initiative locale à Doué la Fontaine. « Ce sont les enfants qui bidouillent et bricolent leur propre robot. C’est sympathique et très amusant. Ils inventent, testent et quand ça ne marche pas ils passent à autre chose. ».

Les enfants qu'il accompagnait, élèves du collège Lucien Millet de Doué la Fontaine ou encore des communes de Louresse Rochemenier, Denezé sous Doué, les Verchers sur Layon et Saint Georges sur Layon étaient plutôt ravis d’avoir pu montrer leur travail, même si au niveau du classement ce n’était pas tout à fait la performance. « Mais ils ne viennent pas pour ça. Ils sont curieux et apprennent beaucoup en échangeant avec les autres. C’est très éducatif et ça leur permet d’acquérir, tout en jouant, une culture scientifique », commentait un enseignant.

Les 16 premières équipes du trophée régional d’Angers participeront à la finale nationale qui se tiendra à Ris Orangis (Essonne), les 9 et 10 Avril prochain. Il y a trois ans une équipe du collège Californie à Angers avait participé, au titre de l’innovation technologique, au trophée national et européen. Cette année la première équipe angevine est classée 11ème ( Les As de Pique). Elle participera donc au trophée national.



Yannick Sourisseau
Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur















Angers Mag