Rentrée littéraire : deux propositions angevines


Rédigé par - Angers, le Dimanche 13 Septembre 2015 à 06:45


Alexandre Seurat et Nathalie Bodin. Voici les deux noms retenus par la rédaction, en cette rentrée littéraire. Retenus parce qu'ils sont Angevins, sans doute, mais surtout parce qu'ils ont du talent et signent avec "Maladroite" et "Au Ritz des Fritz" deux très belles propositions de ce mois de septembre. Chroniques...



Rentrée littéraire : deux propositions angevines
la rédaction vous conseille
Dans le foisonnement de la rentrée littéraire, la rédaction d'Angers Mag a sélectionné deux ouvrages, écots angevins à cette grand-messe culturelle de septembre. 

Roman
 
Chronique d’une mort annoncée
 
C’est l’histoire de Diana. Ou plus exactement la fin de son histoire, ses derniers mois. Un petit bout de bonne femme de 8 ans, sans doute pas tout à fait comme les autres, qui quitte peu à peu le monde, lorsque l’amour attendu des parents se mue en haine, puis en coups. « La Maladroite », premier roman –inspiré d’une histoire vraie- d’Alexandre Seurat, professeur de lettres à Angers, ne laisse pas insensible, ni sur la forme –le récit d’une dizaine de protagonistes (institutrice, grand-mère, gendarme…) témoins de cette mort annoncée, dans une langue dépourvue de toute fioriture, mécanique- ni sur le fond – la complexité à traiter des réalités de l’enfance maltraitée. Un roman lourd, implacable, violemment contemporain. Et indispensable.
 
« La Maladroite », ed. La Brune au Rouergue, 13,80 €.
 
Roman graphique
 
Allemand malgré lui…
 
Avec « Au Ritz des Fritz », l’auteur de BD angevine Nathalie Bodin s’empare d’une histoire mal connue : celle de la destinée des prisonniers allemands durant la Seconde guerre mondiale. Dans les pas de Danwarth W Pabel, capturé le 6 juin 1944, et interné sur le sol américain, on découvre l’impossible cohabitation et la violence, au sein du camp, entres les soldats de l’armée régulière allemande et les nazis pur jus, persuadés que la guerre n’est pas encore perdue. La morts d’Hitler et la fin du conflit ne mettent pas fin aux divisions : Danwarth en fait l’amère expérience à son retour en Allemagne, au printemps 46. Une histoire personnelle qui vise à l’universel, sous le trait nuancé et brillamment contrasté –un remarquable travail sur les gris- de Nathalie Bodin, qui rejoint avec bonheur l’univers de l’album historique.
 
« Au Ritz des Fritz », ed. La Boîte à Bulles, 19 €.




Journaliste Animateur du blog " Des mots à la marge " En savoir plus sur cet auteur








Angers Mag












Angers Mag : Orphée aux enfers, mais aussi au Quai: Entretien croisé avec Jean-Paul Davois (directeur... https://t.co/NJjZLJnXMH https://t.co/pTRfJd77AD
Lundi 5 Décembre - 08:00
Angers Mag : Enseignement, quand l'instruction se "fait maison": Depuis trois ans, Barbara a décidé... https://t.co/2EbbolDZYe https://t.co/q2lbjICkRQ
Lundi 5 Décembre - 07:20
Angers Mag : Le SCO passe à l’orange: Tenus en échec à Jean Bouin samedi par la lanterne rouge du... https://t.co/QADPR1iLiN https://t.co/YP52GPOoB9
Dimanche 4 Décembre - 13:50
Angers Mag : #Angers En panne d'idée de cadeaux ? @Revue_BDM #carnetsdevoyage #publicité https://t.co/VsebE5LDp8
Samedi 3 Décembre - 18:56







cookieassistant.com