Rentrée universitaire : mes chères études


Rédigé par - Le 27/08/2012 - 15:10 / modifié le 27/08/2012 - 15:34


Combien vont payer les étudiants inscrits dans les universités et facultés d’Angers ? Près de 900 € selon la Fédération Etudiante des Association Angevines, laquelle s’est lancée dans une étude mettant en lumière le contexte économique particulièrement défavorable pour l’ensemble de la population étudiante.



Un coût des études de plus en plus élevé, lequel devrait augmenter la précarité étudiante
Un coût des études de plus en plus élevé, lequel devrait augmenter la précarité étudiante
Comme on pouvait s’y attendre, eu égard de la crise économique qui sévit dans la plupart des pays d’Europe, la France n’y échappant pas, « les étudiants devront payer leur prochaine rentrée à prix fort » annonce la F2A (Fédération Étudiante des Association Angevines).

Selon cette dernière, un étudiant angevin paiera, en moyenne, 2254,70 € pour sa rentrée 2012-2013 sachant que pour vivre décemment, ce dernier devra débourser 898,04€ par mois, contre une moyenne d'environ 400 € en 2002 lors du dernier indicateur de référence. « C'est donc à une hausse de plus de 50% que la population étudiante angevine doit faire face, dans un contexte économique déjà morose », affirme Alexandre LEROY, le président de la F2A.

Pour l’association angevine un étudiant paiera 29,20 € par mois pour ses déplacements en ville auxquels viendront s’ajouter un loyer moyen charges comprises de 398,04 € et des dépenses d’alimentation, d’hygiène et de fournitures pour 288,12 €.

« Avec une augmentation de 16,95% du prix de la Sécurité Sociale, en 10 ans, et de 28,35% des frais d'inscriptions, la première conclusion est que ce sont les frais spécifiques à la rentrée, plus que les frais de vie courante, qui explosent », poursuit le président de la F2A.

Une épicerie solidaire pour les étudiants d’Angers

Cliquer sur la photo pour agrandir (document F2A)
Cliquer sur la photo pour agrandir (document F2A)
Mais là où le bât blesse c’est que malgré la mise en place du 10e mois de bourse en 2011, réclamée par la Fé2A et la FAGE (Fédération des Associations Générales Étudiantes) a laquelle adhère l’association angevine, l'évolution des bourses sur « critères sociaux » n'a été que légèrement supérieure à l'inflation depuis le début des années 2000, alors que le coût de la rentrée, lui, a connu une hausse de 33 points, en plus de l'inflation.

Sur la même période, le Ticket RU (restaurant Universitaire) a augmenté de 60% pour atteindre cette année le prix de 3,10€. Selon enquête Fé2A Vie Étudiante, « 72% d'étudiants angevins avouent ne pouvoir débourser que 50 euros hebdomadaires pour leur alimentation, ce qui équivaut à moins de 2,40€ par repas ».

Enfin, lors de la prochaine rentrée un étudiant angevin devra en moyenne consacrer 45% de son budget à son logement. Ces chiffres, constatés par la plupart des associations et syndicats d’étudiants, sont sensiblement les mêmes sur le plan national.

« Face à cette situation que ne peut, et ne doit plus durer », la Fé2A considère que le gouvernement à toute les cartes en main, depuis l'annonce par voie de presse, lundi 20 aout dernier, de sa volonté de créer « une allocation d’études supérieures sous condition de ressources » tirée de l'AGI (Aide Globale d’Indépendance) pour permettre aux étudiants de poursuivre leurs études dans de bonnes condition.

L’Aide Globale d’Indépendance, financée par la redistribution des crédits actuellement consacrés aux bourses d’études sur critères sociaux, aux aides au logement et à la demi-part fiscale, serait calculée à coût constant. Elle permettra, selon les fédérations étudiantes, à 40 % des étudiants de percevoir une aide financière mensuelle. A ce jour ils sont seulement 20 % à percevoir cette aide. La Fé2A qui constate une augmentation de la précarité étudiante de manière significative appelle à la mise en place de cette aide dès 2013.

Afin de subvenir au besoin croissant de la population étudiante, la Fé2A ouvrira cette année une « Agora-é », c’est-à-dire un lieu de vie et une épicerie solidaire à destination des étudiants. « 93% des étudiants angevins estiment d'ailleurs ce service améliorerait significativement leurs conditions de vie et d'études », conclut Alexandre LEROY.





Yannick Sourisseau
Directeur publication Angers Mag et Angers Mag Info Journaliste web suivant plus particulièrement... En savoir plus sur cet auteur

Point de vue | Social | Ecole - Université | Environnement | Rencontre | Jeunesse






Document sans nom


















Instagram