Résistance et déportation : quand les élèves se font passeurs de mémoire


Rédigé par Esther PAOLINI - Angers, le 11/06/2015 - 09:02 / modifié le 11/06/2015 - 10:16


Mercredi, avait lieu la remise des prix du Concours National de la Résistance et de la Déportation à la préfecture du Maine-et-Loire. Un événement qui a réuni élèves de collèges et lycées du département, anciens combattants et familles de rescapés des camps pour une cérémonie d’autant plus symbolique que 2015 marque le 70e anniversaire de la libération des camps et de la capitulation nazie.



L'entrée des élèves et des enseignants mercredi après-midi dans la cour de la préfecture.
L'entrée des élèves et des enseignants mercredi après-midi dans la cour de la préfecture.
la rédaction vous conseille
C’est en chef d’orchestre républicain que le Préfet de Maine-et-Loire, François Burdeyron, a conduit mercredi après-midi les dizaines d’élèves et de professeurs jusqu’à la salle de bal de la Préfecture. Accueillis par les représentants des associations d’Anciens Combattants devant les grilles de la préfecture, exceptionnellement ouvertes pour l’occasion, les lauréats d’Angers, de Segré ou encore de Cholet, filent droit.

Au total, 269 élèves de 12 établissements différents (1) ont activement travaillé à l’élaboration de projets de recherche et de commémoration sur le thème de la libération des camps nazis, le retour des déportés et la découverte de l’univers concentrationnaire. Comme le leur précise d’emblée Karine Engel, adjointe au maire d'Angers, déléguée au devoir de mémoire et aux anciens combattants, cette période est « un univers qu’il faut savoir comprendre, pas seulement avec les sentiments, mais également de manière pragmatique ». Un travail d’historien est donc nécessaire, afin d’appréhender le contexte, mais également le mécanisme de la barbarie nazie, que certains élèves angevins ont pu découvrir à ses côtés récemment à Auschwitz en Pologne.

Pour le Concours national de la résistance et de la déportation, chaque classe s’est appuyée sur les sources conservées par les Archives départementales de Maine-et-Loire, à travers une analyse de témoignages écrits, de photographies ou d’objets personnels. Un travail de conservation qui demeure primordial, comme le rappelle François Burdeyron, pour lutter « contre toute tentative de réécriture de l’histoire ».

La classe de 1ere STMG du lycée Jean Bodin des Ponts-de-Cé.
La classe de 1ere STMG du lycée Jean Bodin des Ponts-de-Cé.
Devant les rescapés de la guerre et des camps, les élèves défilent sur la scène pour recevoir leur prix, tantôt intimidés, mais toujours accompagnés d'enseignants fiers de leurs troupes. Leurs travaux ont pris des formes très diverses, depuis l’écrit jusqu'à la production vidéo, en passant par des approches sonores et radiophoniques.

C’est notamment le cas des élèves de 1ère Sciences et Technologies du Management et de la Gestion (STMG) du lycée Jean Bodin aux Ponts-de-Cé. Chaperonnés par leur professeur d’histoire Aurélie Lemaitre et leur professeur de français Claudine Poulet, ils ont conçu de A à Z de courtes émissions de radio, sur différentes thématiques autour des camps, comme « le retour des camps » ou « le camp, la machine à tuer », dont nous vous proposons l'écoute ci-dessous.

le_camp_une_machine_a_tuer___lycee_jean_bodin.mp3 Le camp une machine à tuer - lycée Jean Bodin.mp3  (4.9 Mo)



les_resistants___lycee_jean_bodin.mp3 Les resistants - lycée Jean Bodin.mp3  (1.47 Mo)



"Il y a eu un vrai engagement des élèves sur une période assez longue puisqu'elle a couru de septembre jusqu'à fin mars" précise Claudine Poulet. Tous ces travaux scolaires ont donc permis de nourrir la réflexion des collégiens et lycéens tout en rendant hommage aux français morts pour la patrie. Perpétuer la mémoire est également un moyen de tirer « des leçons pour l’avenir ».  François Burdeyron achève finalement son discours par un avertissement : « Veiller les uns sur les autres, ne permettra peut-être pas d’éviter une guerre  future, mais votre génération n’aura pas à en porter la responsabilité», avant de leur rappeler que « La France qu’ont défendu nos anciens, c’est désormais la votre ».

(1) Lycée Sainte-Agnès, lycée Henri Bergson, lycée Jean Moulin, lycée David d'Angers, lycée Saint-Martin, lycée Mongazon, collège Jean Mermoz à Angers; lycée Jean Bodin aux Ponts-de-Cé; lycée Bourg Chevreau à Segré; collège Clément Janequin à Avrillé; collège Trémolières à Cholet et collège Pierre et Marie Curie à Chemillé.

 













Angers Mag















Angers Mag : Séance critique : "Ma'Rosa" de Brillante Mendoza: Dans Séance critique, deux fois par... https://t.co/UXYZ0kjrdt https://t.co/JrsEK1vwBv
Samedi 10 Décembre - 11:00
Angers Mag : « Ces pédagogies ne sont pas ignorées »: Et l’Education Nationale ? Quel regard... https://t.co/JnPQWXILNL https://t.co/5glkXOM6T3
Samedi 10 Décembre - 07:45
Angers Mag : #JPEL "Contre le complotisme, on ne peut pas enrayer tout (...) Mais on peut entraîner les cerveaux." 👏👏JB Schmidt… https://t.co/6pn23fJUHD
Vendredi 9 Décembre - 15:01
Angers Mag : L'indépendance, un état d'esprit ? #Angers Mag bien chez soi à la journée de la presse en ligne à Paris. #JPEL https://t.co/EpAgR2dt6N
Vendredi 9 Décembre - 12:17


cookieassistant.com