« Retour vers le futur » : la culture


Rédigé par Rédaction Angers Mag Info - Angers, le 31/12/2013 - 18:25 / modifié le 31/12/2013 - 18:26


Politique, économie, société, culture, sports …, ils ont marqué l’actualité angevine en 2013. Angers Mag revient vers eux et se tourne vers 2014 avec un florilège de « Meilleurs Vœux». Chaque jour de cette fin d’année nous vous offrons un élément de ce dossier. Aujourd’hui : La culture ...



« Retour vers le futur » : la culture
Jo Bithume, l’espoir fait vivre…

Depuis mi-novembre, Jo Bithume arbore – fièrement – ses 31 ans. Lorsque nous évoquions son trentenaire en décembre 2012, le gérant de la compagnie angevine, Pierre-Yves Sourice ne cachait pas ses craintes quant à son avenir. « On tient le choc », glissait-il, assumant au passage « le choix d’avoir arrêté les Accroche-Cœurs ». Depuis un an, la situation n’a pas vraiment évolué, « toujours aussi précaire et compliquée sur le plan financier, car le soutien de la ville d’Angers, du Département et de la Région ne suffit pas », ajoute-t-il.

Les créations – 8 spectacles au total – ont pourtant bien tourné cette année, entre le succès de Boîte de Rue, les déambulations musicales de la mythique fanfare – dont la fin de carrière est d’ailleurs programmée pour 2014 – et le finish de la Bad (brigade anti-déprime). Seule ombre au tableau, « le fiasco de Far West 2037 qui a trop peu tourné et qui peine à se vendre en France et à l’étranger », avoue Pierre-Yves Sourice.

Sa rentabilité reposerait aujourd’hui sur la programmation « d’au moins cinq dates en 2014 ». Pour l’heure, seules deux en Pologne et une aux Pays-Bas sont calées. Pour autant, les membres de la compagnie gardent espoir et planchent sur un nouveau projet de création. « Une fabuleuse histoire de la musique que je suis en train d’écrire pour 2015 », conclut le gérant.


Ariane James-Sarazin

Arrivée à l’automne 2012, la nouvelle directrice des musées d’Angers a prouvé depuis, qu’elle n’en resterait pas aux intentions affichées en février dans notre magazine.

De l’enrichissement des fonds au développement des réserves, des collaborations (Louvre, BNF, Bibliothèque municipale...) au rapprochement des musées (l’Artothèque est rattachée à sa direction depuis quelques semaines), Ariane James-Sarazin a pris à bras le corps sa mission. Et porte aujourd’hui, entre autres, le projet d’un grand événement autour du thème de l’Apocalypse.

Sébastien Ayreault

Nous avions laissé le jeune écrivain originaire de Maulévrier au mois de février dernier : « Loin du monde », son premier roman édité, récit à fleur de peau sur sa jeunesse en Anjou, se posait en révélation littéraire du début de l’année.

Après une série de salons littéraires, Sébastien a retrouvé femme et enfant à Atlanta aux Etats-Unis, où il n’est qu’un « mec qui bosse comme les autres... Nuit, jour, on se demande où l’on court comme ça ? », s’interroge-t-il. « Sous les toits », la suite de « Loin du monde », sortira Au Diable Vauvert en avril. Et Sébastien, qui est aussi musicien, finalise un « 6 titres » pour 2014.

Humanist

« Au delà de nos différences », son premier LP sorti en septembre, a confirmé le talent du rappeur angevin Humanist. Et séduit l’Afrique de l’Ouest où le franco-burkinabé multiplie concerts et plateaux-télés.

En France, où le Chabada l’accompagne, les choses prennent plus de temps, « question de rapport à la culture hip-hop », estime le chanteur qui continue de travailler auprès des jeunes, dans les quartiers d’Angers comme à l’école de musique de Pellouailles-les-Vignes.

Pour 2014, tous nos voeux à ...

Babel. Pour franchir encore un cap, que souhaiter de mieux au quatuor angevin que de trouver une vraie belle maison de disques ? Histoire de prolonger les promesses de son EP « La vie est un cirque » et d’offrir aux compositions une reconnaissance artistique nationale.

Etienne Davodeau. Après le succès en librairie, « Lulu femme nue » de l’auteur angevin sort au cinéma le 22 janvier 2014. Campée par Karine Viard, on souhaite à Lulu, tourné sur les plages vendéennes, la même réussite sur grand écran qu’en BD.

Nicolas Briançon. Comme il le souhaite, rien de plus logique pour sa dernière année à la tête du Festival d’Anjou qu’il réussisse à briser les codes historiques et faire qu’Angers accueille – enfin – des spectacles sur ses terres. Après les municipales, tout est jouable !

Les Roumanoff. Pour Anne, toujours autant d’humour, de spontanéité et – on l’espère – l’écriture d’un premier film. Et pour sa petite sœur, Katherine, plein de projets culturels dont elle a le secret : un premier album de chansons en 2014, pourquoi pas ?


















Angers Mag