Angers Mag Info

Un autre regard sur l'actualité d'Angers et sa région

Document sans nom

Mercredi 17 Septembre 2014





Rétrospective Jacques Villon au musée des Beaux Arts


Rédigé par Catherine NEDELEC - Le Vendredi 4 Novembre 2011 à 21:16


Grand peintre du XXe siècle influencé par le Cubisme, Jacques Villon est exposé jusqu’en avril 2012 au musée des Beaux arts d’Angers.



Monique Ramognino, Adjointe à la Culture, Germain Viatte ( au centre)  conservateur général honoraire du patrimoine et Patrick Le Nouëne conservateur en chef du patrimoine et directeur des musées d’Angers
Monique Ramognino, Adjointe à la Culture, Germain Viatte ( au centre) conservateur général honoraire du patrimoine et Patrick Le Nouëne conservateur en chef du patrimoine et directeur des musées d’Angers
Après Loriot & Méliat, Pincemin, Thoreau, Malaval, Tremblay entre autres artistes de renom, Jacques Villon est exposé jusqu’à début avril à Angers. Pour Monique Ramogninio, Adjointe à la Culture, « Jacques Villon est l’un des grands oublis du musée et nous nous serions rendus fautifs de ne pas lui rendre hommage ». Cette omission vient donc d’être corrigée avec l’installation, pour cinq mois, d’une rétrospective de plus de 80 œuvres du peintre, prêtées par de nombreux musées et galeries français et américains, des collectionneurs privés et la famille de l’artiste.

Jacques Villon, de son vrai nom Gaston Émile Duchamp, est le frère aîné de Marcel Duchamp, du sculpteur Raymond Duchamp-Villon et de Suzanne Duchamp, également peintre, qui épousa l’artiste dadaïste Jean Crotti. Un environnement porteur pour cet artiste discret né à Damville en 1875. Si l’artiste choisit son pseudonyme en hommage au poète français François Villon, son œuvre relève dans un premier temps de l’observation d’un monde en changement. Il participe ensuite au mouvement cubiste et à l’abstraction d’après-guerre pour rejoindre celle des années 40 et 50.

Jacques Villon, "Portrait de M J.B. (Jacques Bon) peintre", 1912
Jacques Villon, "Portrait de M J.B. (Jacques Bon) peintre", 1912
Ce n’est qu’à la fin des années 1940, alors qu’il a déjà à son actif plus de sept à huit cents toiles et près de cinq cents gravures, que Jacques Villon voit son œuvre reconnue. La raison de cette reconnaissance tardive réside en partie dans le caractère secret et modeste de l’artiste et dans son choix d’installer son atelier dès 1906, sur les hauteurs de Puteaux - où il décède en 1963 - l’éloignant de l’agitation de Montmartre ou de Montparnasse.

« J’ai commencé à me préoccuper des couleurs vers 1920. Avant quand je sentais un bleu, je mettais un bleu. Mais à partir de ce moment j’ai voulu me baser sur une science des couleurs. Je voulais créer dans l’absolu », expliquait le peintre dont le style doit beaucoup au cubisme, s’y appliquant dans une manière très personnelle liée à la fascination pour la mécanique, le mouvement et les théories de la peinture avec les émotions de la nature.

Voir le programme d’activités autour de l’exposition



























A PROPOS