Réveillons : nos envies d’Anjou!


Rédigé par Yves BOITEAU - Angers, le 15/12/2012 - 11:46 / modifié le 15/12/2012 - 14:51


Dans les rues et chez les commerçants de toute la région angevine, illuminations et décorations nous le rappellent chaque jour au besoin : les fêtes de fin d'année, c'est demain ! Angers Mag s'y est préparé, en consacrant le dossier de son n°3 (diffusé actuellement) aux produits d'Anjou susceptibles de s'inviter à vos réveillons. De l’entrée aux desserts, en passant par quelques idées cadeaux, nous ouvrons le menu ce samedi.



© Fanch Juteau
© Fanch Juteau
Marchés, commerces de bouche et épiceries, vente directe, marchés de producteurs ou à la ferme, rayons spécialisés des grandes et moyennes surfaces... On peut l'écrire sans se faire taxer de régionalisme car la France entière y succombe : les produits locaux ont la cote.

Pains, légumes, fruits, viandes, produits laitiers, vins et jus de fruits... Il n'est qu'à observer le succès ces dernières années des Amap, ces associations pour le maintien d'une agriculture paysanne qui lient, sans intermédiaire, producteurs du Maine-et-Loire et consommateurs – plus d'une trentaine dans le département – ou celui des réseaux et magasins de producteurs locaux, pour s'en convaincre. Et que dire des vignerons angevins dont la notoriété doit beaucoup, outre au savoir-faire, à leur aptitude historique à la vente directe.

Les crises – financières, économiques, environnementales – semblent n'y avoir rien changé. Au contraire. Au delà d'un souci de sécurité alimentaire, l'attachement renforcé aux productions locales ne révèle t-il pas un réflexe naturel de résistance aux aléas. Cette idée, simple en apparence, que notre propre pouvoir d'achat peut-être un moyen de les défier.

À l'heure de préparer ses tables de fêtes, la rédaction d'Angers Mag n'a pas hésité. Parce qu'on trouve tout ce qu'il faut en Anjou pour les réussir. Alliant la simplicité à un impressionnant savoir-faire culinaire, Antoine Bouyer, chef et traiteur reconnu, nous a accompagnés aux fourneaux. Pour montrer que consommer « local » n'est pas qu'affaire de convictions, mais bien aussi une histoire de goût.

Première étape de cette série en neuf épisodes, l'incontournable foie-gras, dont le Périgord et les Landes n'ont pas le monopole. Qu'on se le dise !


















Angers Mag