Rien, Benjamin Piat ne regrette rien…


Rédigé par Cédric SOULIÉ - Angers, le Jeudi 24 Octobre 2013 à 08:06


L’ex-Bénouzz renaît en Benjamin Piat, avec à la clé, la sortie d’un premier album « Boîte à Musique ». Le crooner angevin se livre ici avant son concert au Chabada, ce jeudi soir. Rencontre.



Benjamin Piat.
Benjamin Piat.
la rédaction vous conseille
Il a tué Bénouzz. Sans regret, laissant derrière lui un parcours acoustique, seul à la guitare. Il revient aujourd’hui plus fort, plus sûr de lui, accompagné d’un line-up de trois musiciens sur scène, « tous angevins ».

Benjamin Piat, une gueule d’ange souriante, le regard franc sur une carrure d’athlète, renaît grandi de moult expériences humaines et musicales. à 28 ans, l’Angevin sort son premier album, « Boîte à Musique », le 24 octobre, avec en prime une soirée dédiée au Chabada.

« C’est un projet dont je suis très fier, lâche-t-il. Il me ressemble et il est surtout le fruit d’un travail en commun avec mes musiciens – Emmanuel Aligon à la batterie, Jean-Eric Legendre à la basse et Richard Pauvert, l’ex-guitariste de La Ruda –, et avec plusieurs invités de marque » (lire la « Chronique » ci-desous).

Métrique et diction

Gourmand d’écriture et de tableaux imaginaires, le crooner angevin, fan inconditionnel de Piaf, Aznavour, Brel, Brassens…, ou encore chez les contemporains, de Tété « pour certains textes » à Thomas Dutronc « pour la musicalité », n’a jamais caché ses références, assumant pleinement « une chanson française, romantique, tantôt mélancolique, tantôt swing, teintée d’histoires d’amour et de fictions ».

Certains titres rappellent aussi les grandes heures d’un certain Fugain dans l’intonation et le rythme festif. Ses textes, Benjamin les a puisés « comme dans des toiles au musée, avec des personnages qui évoluent, qui apparaissent et disparaissent au gré de la mélodie », raconte-t-il. Une poésie lyrique qui n’a pas laissé insensible Pierre Lebas, l’ex-front man de la Ruda. Ensemble, ils ont écrit plusieurs chansons de la « Boîte à Musique », des moments rares et généreux.

« Benjamin a beaucoup de talent et j’ai toujours aimé son univers mélancolique et ses histoires en noir et blanc, avoue Pierre Lebas. Ce fut un honneur pour moi de collaborer à l’écriture de ces quelques titres que nous avons étoffés ensemble, notamment sur le choix et le sens des mots ainsi que sur la métrique et la diction ».

« Au-delà d’Angers »

Et côté musique ? L’écriture semble instinctive : « Je me reveille souvent avec une mélodie en tête, je la sifflote avant de me mettre à la guitare », souligne Benjamin. Au final, la combinaison savante des mots et des sons donne un premier Lp riche et varié, « un melting-pot des genres », où l’on passe aisément du sourire aux larmes.

Avant la « grande date à la maison », le 24 octobre, Benjamin a rodé son set en acoustique aux quatre coins de France et d’Europe (Angleterre, Allemagne, Italie, Belgique), « dans les bars, en terrasse ou encore en salle ». Le 15 novembre, il chantera aux Trois Baudets à Paris avant d’entamer sa tournée, orchestrée par son manager Gilles Théolier (l’ancien « ingé son » de La Ruda). Et il y a fort à parier, comme l’annonçait dernièrement Stéphane Martin, programmateur du Chabada, que « l’on entende parler de lui, bien au-delà d’Angers ». Un Piat, emporté par la foule…

[CHRONIQUE] Du charme à la française

Rien, Benjamin Piat ne regrette rien…
Dix chansons d’une finesse à fleur de peau, « La Boîte à Musique »*, le premier Lp de Benjamin Piat épouse différents styles, différents univers. L’Angevin balade sa voix claire, franche, saccadée de groove parfois, sur des mélodies soignées et rythmées.

Les ambiances multiples donnent à cet opus une richesse indéniable. à ses côtés, on devine les riffs soyeux de Seb Martel (ex-guitare de M), les lignées cuivrées des ex-Ruda, les harmonies lumineuses de B-Roy, l’accordéoniste de Manu Chao ou encore le touché juste du pianiste angevin, Francis Paraiso. Benjamin Piat a su s’entourer.

Et aussi compter sur les conseils précieux de Pierre Lebas, l’ex-chanteur de la Ruda. De « Marquise », single légitime de l’album – le clip tourné à Pise (Italie) vient de sortir – à « Leçon qu’j’aime », ballade amoureuse rythmée de battements de cœur en passant par « Mille Excuses », une farce très dansante et cette superbe « Comptine » de mélancolie, un piano-voix intime, la « Boîte à Musique » s’ouvre en grand, laissant s’échapper tout le charme de la chanson française.

L'album est en vente dans sa version numérique sur le site de Benjamin Piat : ici
*Prix Sacem 2013 dans la catégorie « Autoproduction ».












Angers Mag












Angers Mag : Au comptoir de Mathilde... et de Catherine: Depuis la fin du mois d'octobre, la rue... https://t.co/wkV9xA1N3F https://t.co/6yuEQFFF5o
Mercredi 7 Décembre - 08:00
Angers Mag : A l’Ecole démocratique, on fait ce qu’on veut… ou presque: Basée sur la liberté... https://t.co/j0ywJZAzgI https://t.co/jEK0S9wvGs
Mercredi 7 Décembre - 07:31
Angers Mag : RT @LeQuai: N'oubliez pas d'aller voir #AdishatzAdieu ce soir. Vous nous remercierez demain. #Theatre #JonathanCapdevielle #Angers RESA 02…
Mardi 6 Décembre - 13:55
Angers Mag : A Angers, Montessori a pris racines: Porté par des éducateurs convaincus, les méthodes... https://t.co/bXNDdgyLpz https://t.co/nar3Qs6vye
Mardi 6 Décembre - 07:30







cookieassistant.com