Rochefort-sur-Loire : des courses hippiques pour le plaisir


Rédigé par - Angers, le 20/08/2013 - 11:50 / modifié le 21/08/2013 - 07:50


L’hippodrome de Rochefort-sur-Loire, à l’ouest d’Angers, n’est pas celui de Longchamp à Paris et les charmantes dames qui se promènent aux abords des tribunes ne portent pas des robes haute couture et de larges chapeaux. L’ambiance se veut campagnarde et décontractée pour des parieurs qui souhaitent surtout passer un agréable moment en famille et entre amis.



Les courses attelées, toujours un grand moment pour les parieurs
Les courses attelées, toujours un grand moment pour les parieurs
la rédaction vous conseille
C’est bien la première fois que je gagne aux courses ». Jacques, un quinquagénaire angevin, exulte. Avec un ami, il est venu passer quelques heures sur la prairie de l’hippodrome Fleuri du Val de Loire, à Rochefort sur Loire, un champ de courses régional qui organise deux réunions hippiques par an, surtout en été. Ce lundi 19 août, pour la quatrième journée de la saison, 7 courses étaient organisées au cours de l’après-midi, en piste plate, monté et trot attelé sur des distances de 1330 m et obstacle de 1240 m.

Pour ce rendez-vous du monde hippique sur les bords de Loire, il y avait la foule des grands jours aux abords de la ligne d’arrivée et dans les tribunes. Tout l’après-midi, selon un rite immuable, les amateurs de courses de chevaux ont fait l’aller et retour entre le bâtiment des paris et les tribunes, le nez sur la liste des chevaux engagés et les jumelles à la main pour suivre la course sur laquelle ils ont misé une modeste somme d’argent.

« Nous jouons des petites sommes. Nous ne connaissons pas grand-chose aux chevaux, même si nous avons des amis dans le milieu hippique », ajoute Patrick son voisin. « Nous venons surtout pour nous faire plaisir. Nous regardons les cotes et nous jouons plutôt au hasard ». Pour 5 € engagés, nos deux compères venus surtout pour partager une bonne bouteille avec quelques amis auront récupéré un peu plus de 10 €. Pas de quoi s’enrichir.


" Les réunions de Rochefort sont connues dans l’Ouest "

Les parieurs viennent récupérer leurs gains et rejouer pour la course suivante
Les parieurs viennent récupérer leurs gains et rejouer pour la course suivante
D’autres prennent cela plus au sérieux. Ils vont aux abords du paddock lors de la présentation des chevaux et des jockeys. Ils jaugent l’allure des chevaux. « Il semble en pleine forme celui. Regarde, il a déjà envie de courir. Je vais parier sur celui-ci, je le sens bien », s’exclame une mère de famille. Se précipitant au guichet, elle jouera quelques minutes avant le départ de la course.

Et lorsque vient l’heure du départ, c’est d’abord le grand silence, puis la foule se libère, criant, gesticulant, encourageant la monture sur laquelle chacun a misé. À l'arrivée, certains sautent de joie, ils ont gagné. D’autres baissent les bras en signe de déception. « Les courses de chevaux c’est avant tout de la chance. C’est un jeu qui provoque de la déception quand on a perdu, mais les sommes engagées ne sont pas trop importantes. Ce n’est donc pas grave, je vais parier pour la prochaine course, la chance viendra peut-être », commente un amateur venu de Vendée. « Les réunions de Rochefort sont connues dans l’Ouest. Je viens donc spécialement. Je vais aussi sur d’autres petits champs de courses comme celui-ci. J’aime surtout l’ambiance ».

Pour cet après-midi aux courses tout a été prévu pour accueillir les spectateurs, les parieurs et leurs enfants. La Fédération Nationale des Courses Françaises, organisait l’opération « Courez aux courses » dont l’objectif était d’attirer les familles vers les champs de courses. Garde d’enfants, promenades à dos de poney, jeux et initiations, avec cadeaux à la clé, tout était prévu pour garder un bon souvenir d’un après-midi sur un hippodrome et préparer les futures générations d’amateurs de chevaux.

Quant aux parieurs malchanceux, un tirage au sort des tickets perdants était même organisé en fin journée. Des lots permirent ainsi aux parieurs de ne pas revenir les mains vides à défaut de se remplir les poches.




Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par MAINGOT le 21/08/2013 08:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci pour votre article, au demeurant très intéressant et qui réconfortera les membres de la Société des Courses de ROCHEFORT qui déplorent trop souvent l'absence ou le silence de la presse écrite. Pourtant les courses hippiques sont une animation essentielle du milieu rural en période estivale

2.Posté par aec le 03/11/2013 23:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
LUTTE CONTRE L'HIPPOPHAGIE

NON ! UN CHEVAL CA NE SE MANGE PAS !

Obtenez un autocollant gratuit en écrivant à :
AEC
Résidence La Pléiade
98, rue de Canteleu
59000 LILLE

Joindre une enveloppe timbrée pour le retour du courrier.

Merci aussi de visiter les sites :

http://www.feracheval.com/petitions.php

http://aec89.site.voila.fr

http://www.lapetition.be/en-ligne/parlons-enfin-des-quids-2589.html

Rejoignez la groupe sur :

http://www.facebook.com:80/group.php?gid=63542203218

Faites passer le message à vos amis...















Angers Mag