Roger Hodgson, le son de Supertramp, au Festival estival de Trélazé


Rédigé par - Angers, le Samedi 31 Août 2013 à 07:27


Qui n’a pas dansé sur les tubes du très populaire groupe britannique Supertramp ? Charles Roger Pomfret Hodgson qui en fut le compositeur, guitariste et arrangeur talentueux sera sur la scène du Vissoir, à Trélazé, ce dimanche 1er septembre, à 21h pour la clôture du Festival estival.



Roger Hodgson, la légende de Supertramp, sera sur la scène du Vissoir ce dimanche, à Trélazé
Roger Hodgson, la légende de Supertramp, sera sur la scène du Vissoir ce dimanche, à Trélazé
la rédaction vous conseille
En 1969, période faste pour la musique pop, la prestation du musicien britannique Rick Davies est remarquée par un richissime néerlandais qui décide de financer la création de son groupe. Rick Davies lance « Genuine Opportunity », une audition censée lui permettre de recruter les meilleurs musiciens de la planète.

Poussé par sa mère, Roger Hodgson un jeune musicien né en 1950 à Portsmouth, se présente à l'audition avec une simple guitare acoustique et interprète « Dear Mister Fantasy » du groupe rock britannique Traffic. Fasciné par la voix d'Hodgson, Rick Davies le retient. Un autre guitariste, Richard Palmer ainsi qu’un percussionniste, Robert Millar, rejoindront également Davies pour former tout d’abord Daddy, puis Supertramp, un nom tiré d’un roman britannique, « Autobiography of a Supertramp » qui se traduit littéralement par L'Autobiographie d'un super-clochard.

Après des débuts chaotiques en Allemagne, le groupe revient en Grande Bretagne en 1970, sortant son premier album, « Supertramp », dont la plupart des morceaux ont été écrits par Roger Hodgson, notamment pour la partie musicale. Le saxophoniste Dave Winthrop rejoint le groupe pour son premier concert au célèbre festival de l'île de Wight la même année.

Richard Palmer et Robert Millar quittent le groupe et sont remplacés par le bassiste Frank Farrell et le percussionniste Kevin Currie. Changeant de style musical, le groupe s’inspire des Beatles, avec des influences de Led Zeppelin et The Doors. Davies s'affirme au chant et Hodgson à la guitare.

Criblé de dettes, le groupe se dissout pour se reformer au cours de l'été 1972 avec l’arrivée de Dougie Thomson (basse), Bob Siebenberg (batterie) et John Helliwell (saxophone). Si le groupe n’est toujours pas stable financièrement il commence enfin à connaître le succès avec notamment Crime of the Century qui deviendra disque d’or en 1975.

Après une tournée américaine, le groupe qui enregistre désormais à Los Angeles, sort « Breakfast in America » en 1979, un album vendu à plus de 16 millions d’exemplaires dans le monde. Le 9 mars 1983 Roger Hodgson annonce qu’il quittera le groupe après sa dernière tournée de promotion. Supertramp continuera sans Roger Hodgson lequel poursuivra une carrière solo.

Après une période en dents de scie, Supertramp repart pour une tournée anniversaire en Europe à l’automne 2010. Roger Hodgson propose de se joindre au groupe pour quelques dates. Mais Ricks Davies et Roger Hodgson, n’arrivent pas à se mettre d’accord, le premier ayant rompu l’accord qui stipulait que si le groupe pouvait garder son nom, il ne pouvait pas interpréter des compositions d’Hodgson sur scène.

En 1984, un an après la fin de l'aventure Supertramp, Roger Hodgson sort son premier album solo « In the eye of the Storm », lequel connaitra le succès, notamment aux USA. Sur scène Roger Hodgson, interprète la plupart des succès de Supertramp, dont il revendique la paternité, tout en continuant à écrire. « Open the door », sorti en mai 2000, dans lequel on retrouve le son caractéristique du groupe britannique, sera disque d'or deux mois après sa sortie.

Même sans le reste du groupe, Roger Hodgson qui était avec Rick Davies l’âme de Supertramp, attire les foules partout où il se produit. Nul doute que ce concert de clôture devrait aussi séduire le public angevin, ce dimanche soir à Trélazé.




Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur








Angers Mag