Google+
YouTube
Vimeo
Angers Mag - information, actualités locales, politique, culture

Un autre regard sur la région angevine

- Angers Mag Mobile




Romain Lejeune, Rock Connection


Rédigé par - Le Vendredi 18 Septembre 2015 à 09:06


27 ans, une gueule de pop-rocker toute british, des projets plein la tête et les mains : Romain Lejeune occupe la scène musicale angevine, lui qui se produira avec ses Blind Suns lors du festival Levitation. Portrait d’un homme pressé, précis et ambitieux.



Romain Lejeune, ici après la balance des Blind Suns, quelques heures avant leur passage à Tempo Rives...
Romain Lejeune, ici après la balance des Blind Suns, quelques heures avant leur passage à Tempo Rives...
la rédaction vous conseille
Les clichés ont la vie dure. Au moins autant que les réputations. Alors voilà, avant de faire la rencontre de Romain Lejeune, l’un des musiciens qui porte les espoirs de renaissance de la scène rock angevine, on s’attend à voir arriver un écorché vif, usé, à 30 ans à peine, par les excès en tous genres et les nuits sans sommeil, y compris la dernière. Sexe, drogue et rock’n’roll, quoi.

Las ! Le jeune homme devant nous a effectivement peu dormi la nuit précédente, mais c’est parce qu’il bossait, comme il le fait tous les soirs ou presque, sur un son, une compo, un arrangement ou une commande.
Mais que croyez-vous ? Le succès rencontré ces deux dernières années par les différentes formations de Romain n’est pas tombé du ciel, mais d’une expérience de 10 ans, d’un talent peu commun pour saisir l’air du temps et d’une détermination sans faille. « Nous ne sommes pas forcément les plus doués, mais je crois qu’il suffit de persévérer pour que ça marche », glisse-t-il, lui qui garde en tête le précieux conseil recueilli un jour auprès du producteur Jean-Paul Romann : « Dans une carrière, il y a des temps forts et des temps faibles. Ceux qui réussissent sont ceux qui savent gérer les temps faibles ».
« Nous ne sommes pas forcément les plus doués, mais je crois qu’il suffit de persévérer pour que ça marche »

Posé, ouvert, pas avare de son temps, Romain Lejeune savoure comme il se doit ses réussites actuelles. Il y a deux ans, sorti de nulle part, le rock psyché d’Eagles Gift emportait tout sur son passage, y compris l’adhésion des maîtres en la matière, les Black Angels, jusqu’à une participation au premier Levitation France, au Chabada, en septembre 2013. « Un coup de bluff », rigole aujourd’hui le jeune homme. « Quelques mois avant, j’avais pris une claque en assistant au concert des Crocodiles au Chab’. En juin 2013, j’ai présenté la maquette –chant, basse, guitare, batterie- de ce qui deviendrait le premier album d’Eagles Gift. En assurant que le groupe existait déjà… ce qui n’était absolument pas le cas. »

Un fait d’armes plus rock’n’roll qu’une cuite au wiskhy, non ? Le signe aussi d’une réussite insolente ? « Je ne crois pas », tranche Romain. « Lorsque nous sommes arrivés à Angers pour faire de la musique avec Dorota (sa compagne, la deuxième moitié de Scarlet et chanteuse-guitariste au sein des Blind Suns), ça a été très difficile. » Nous sommes en 2006. Un an plus tôt, ils se sont rencontrés lors d’un échange scolaire entre son lycée à Thouars (Deux-Sèvres) et celui de Dorota, en Pologne. « Un coup de foudre musical, dès le premier dimanche, lors d’un bœuf dans le jardin d’un pote » avant d’être sentimental.

Après le bac, ils débarquent tous les deux sur Angers pour vivre leur passion, notamment à travers le duo Scarlet, dès 2008. Une période amère, dans les souvenirs de Romain : « Personne ne nous faisait confiance, on n’avait pas « la carte ». Les premiers concerts étaient plein de défauts, je manquais cruellement de culture musicale, mais j’aurais aimé être encouragé. Ceux qui ne font rien font toujours beaucoup mieux. »
Durant ces premiers mois et années en terre angevine, Romain bouffe de la musique comme jamais, assiste à tous les concerts du Chabada. « C’était très formateur, parce que je ne connaissais de la musique que le solfège et le cours de guitare. Des trucs très classiques. Et puis à Thouars, le vivier musical doit se résumer à 6 musiciens », sourit-il.
« On ne compose pas un album en local de répet’. J’entends les propositions de mes partenaires, mais je sais aussi comment je souhaite que les chansons sonnent »

La suite est plus heureuse, sur les plans humains et musicaux. Scarlet s’impose peu à peu, au gré des concerts. « C’était une sorte de brouillon », analyse Romain aujourd’hui. « Si Scarlet n’avait pas existé, les autres groupes ne seraient pas là aujourd’hui ». Edition, production, distribution… Romain et Dorota s’imprègnent, se créent un réseau, jusqu’à la naissance de Wild Valley, dont  « l’ambition est de devenir un label, ce qui est déjà presque le cas ». Un partenariat avec Wiseband leur permet ainsi depuis peu une distribution digitale à volonté, y compris celle d’autres groupes que les leurs.

Trois groupes, les scènes, les compositions, le travail de studio, le label –géré de manière communautaire-, ça fait beaucoup pour un seul homme ? Sans compter les commandes de plus en plus fréquentes de son design, notamment auprès de Philipps et un goût de chaque jour plus prononcé pour la production : Romain a façonné le dernier album de VedeTT et a d’autres rendez-vous du genre dans les mois à venir. « Il suffit de s’organiser, et de cloisonner les activités, comme les groupes », explique le jeune homme, qui sait ce qu’il veut. Au point d’en devenir tyrannique ? Il assume cette tendance : « On ne compose pas un album en local de répet’. J’entends les propositions de mes partenaires, mais je sais aussi comment je souhaite que les chansons sonnent ».
 
C’est aussi cela, l’esprit rock’n’roll…

Bio Express
 
1988. Naissance à Thouars
2006. Débarque sur Angers (après un bac S) avec Dorota Kuszewska, rencontrée en 2005
2008. Fondation du groupe Scarlet, avec Dorota.
2013. Création d’Eagles Gift, et première participation au Levitation France
2014. Participe à l’Austin Psych Fest avec Eagles Gift. Création de The Blind Suns avec Dorota et Jérémie Moreau.
2015. Retour au Levitation France (Chabada), avec The Blind Suns.
 
Levitation, 3e !
 
« Un peu surpris » d’être conviés à la grand-messe psyché du Chabada, Romain Lejeune et ses Blind Suns y croiseront des poids lourds du genre, les 18 et 19 septembre au Chabada. The Melvins et The Wire sont de ceux-là, comme le nouveau projet d’Anton Newcombe, le leader des The Brian Jonestown Massacre. Egalement au programme, les nouvelles pépites US et européennes de la musique psyché, dans une déclinaison plus que jamais reconnue du Levitation d’Austin. 




Journaliste Animateur du blog " Des mots à la marge " En savoir plus sur cet auteur











Angers Mag : RT @IncroyableSCO: Angers SCO à la pêche aux points face aux Merlus du @FCLorient ce soir (20h) à Jean-Bouin ! #SCOFCL #VibrezSCO https://t…
Samedi 3 Décembre - 12:56
Angers Mag : ChroniK'Ô Noir - #18 : "Plateau", de Franck Bouysse: Chaque mois, la journaliste Martine... https://t.co/V0soKdy4ie https://t.co/07YeiZrSfq
Samedi 3 Décembre - 09:00
Angers Mag : Report'Cité : portez la plume, s'il vous plaît !*: Un an et demi après son lancement, le... https://t.co/Qf1FyGW1iJ https://t.co/P8YYlZPYdm
Vendredi 2 Décembre - 19:06
Angers Mag : #musique De Macao à Pergolèse,la riche actualité de l'ensemble Amarillis @Angers https://t.co/hAW8WkdOUw
Vendredi 2 Décembre - 10:46