Rythmes scolaires : Béatse veut croire à la concertation sur la semaine de 4,5 jours


Rédigé par Rédaction Angers Mag Info - Angers, le 20/12/2012 - 16:40 / modifié le 20/12/2012 - 16:56


Suite à la manifestation d'hier après-midi à l'appel de trois syndicats d'enseignants (SNUipp-FSU 49, Force ouvrière et Sud Education) devant la mairie d'Angers, le maire Frédéric Béatse persiste et signe. Il s'appuie sur un courrier du Premier ministre et veut croire à la concertation avant la mise en oeuvre de cette semaine de 4,5 jours dès la rentrée 2013.



Le 19 octobre, Frédéric Béatse avait précisé à la ministre des sports Valérie Fourneyron, en visite à Angers, être prêt pour la généralisation de la semaine de quatre jours et demi sur la ville.
Le 19 octobre, Frédéric Béatse avait précisé à la ministre des sports Valérie Fourneyron, en visite à Angers, être prêt pour la généralisation de la semaine de quatre jours et demi sur la ville.
Suite à la manifestation organisée par trois syndicats enseignants devant l’hôtel de ville, hier en début d'après-midi, Frédéric Béatse, maire d’Angers, rappelle aujourd'hui dans un communiqué "sa volonté à mettre en œuvre" la réforme de la semaine à 4,5 jours à la rentrée 2013.

"Cette réforme à laquelle s’opposent trois organisations syndicales a pour autant un objectif clair : celui de permettre une meilleure conciliation des temps de vie de l’enfant. Aujourd’hui, les chronobiologistes, mais aussi une large part de la communauté éducative s’accordent à trouver insatisfaisant le système actuel pour le rythme de vie et d’apprentissage des enfants", explique-t-il.

Le maire d'Angers s'appuie notamment sur un courrier du Premier ministre adressé ce jour à l’Association des Maires des Grandes Villes de France et qui précise les conditions de la future loi dont les textes seront prochainement publiés. Il confirme, notamment, la date de septembre 2013 pour l’application de la réforme. A contrario le report en 2014 ne serait possible que dans le cadre d’une dérogation qui priverait, de surcroit les communes de la dotation du fonds spécifique d’aide pour la mise en place de la réforme des rythmes scolaires.

Par ailleurs ce courrier, prévoirait un accompagnement des communes qui seront volontaristes pour mettre en œuvre ce projet de refondation de l’école : accompagnement financier mais aussi d’ordre éducatif et réglementaire.

"Angers est connue pour être innovante dans le domaine éducatif. Nous avons mené plusieurs projets toujours avec les enseignants et les parents qui démontrent que nous sommes prêts à nous engager dans cette évolution majeure. Bien-sûr, je sais que c’est un défi complexe et qui nécessitera que toutes les énergies se fédèrent, insiste le maire d'Angers. Je regrette que certains syndicats ne partagent pas notre conviction, mais je suis persuadé que le cadre de concertation que nous allons mettre en œuvre saura les rassurer".


















Angers Mag