"S'interroger collectivement sur les objectifs de l’incarcération" (Jean Brouin)

[La Tribune du Lundi]


Rédigé par Me Jean BROUIN, bâtonnier de l'Ordre des avocats d'Angers - Angers, le 10/11/2014 - 07:33 / modifié le 16/11/2014 - 15:32


Contribuer au débat public et, à notre niveau, participer tout simplement à l'indispensable vie des idées. C'est l'objet de [La Tribune du Lundi], page blanche offerte aux responsables politiques, toutes sensibilités confondues, et aux acteurs éclairés d'Angers et de son territoire. Après l'inscription de la reconstruction de la maison d'arrêt au prochain programme national immobilier de l'administration pénitentiaire, la parole est aujourd'hui au bâtonnier de l'Ordre des avocats du barreau d'Angers, Me Jean Brouin.



la rédaction vous conseille
Les avocats appartiennent à une profession de combats et d’engagement. Parmi ces combats, l’accès au droit et la défense des plus démunis par la revalorisation de l’aide juridictionnelle, la préservation absolue du secret professionnel entre l’avocat et son client ou encore la sauvegarde du caractère libéral et indépendant de la profession sont toujours d’actualité.
 
Mais aujourd’hui les avocats d’Angers ont l’occasion de se réjouir avec la décision de Madame Christiane Taubira, Garde des Sceaux, ministre de la Justice, d’intégrer dans le prochain programme triennal 2015-2017 du budget prévisionnel du ministère de la Justice, la construction d’une nouvelle maison d’arrêt à Trélazé.
 
Cette décision appelée de leurs vœux par tous les responsables politiques locaux, et notamment par Monsieur Marc Goua avec l’opiniâtreté qu’on lui connait, est une bonne nouvelle en termes de travaux publics d’investissement et d’emploi.
 
Mais c’est surtout une excellente nouvelle pour les détenus et pour leur famille dans la mesure où la maison d’arrêt actuelle, vétuste, inadaptée et trop souvent surpeuplée impose des conditions de détention jugées indignes au regard des exigences de la Convention Européenne des Droits de l'Homme et ayant d’ailleurs entrainé la condamnation de l’Etat par ses propres juridictions administratives.

C’est également une excellente nouvelle pour les personnels de l’administration pénitentiaire, qui verront leurs conditions de travail grandement améliorées, alors même qu’ils sont également les victimes - trop souvent oubliées - de la situation actuelle.

"Il ne saurait être question, par manque de volonté collective, de retomber dans les travers du système actuel."

Me Jean Brouin, bâtonnier de l'Ordre des avocats d'Angers.
Me Jean Brouin, bâtonnier de l'Ordre des avocats d'Angers.
Au cœur du système pénal et pénitentiaire, les avocats connaissent les difficultés, mais aussi les limites du système carcéral. Ainsi que le relevait déjà en 2000, Robert Badinter, à l’occasion d’une enquête parlementaire, il existe depuis toujours une contradiction entre le discours tenu par les Républicains - la prison n’est pas seulement faite pour punir, mais surtout pour amender - et une réalité qui n’est faite que pour punir et, pour ainsi dire, jamais pour amender.
 
La construction d’une nouvelle prison pourrait être l’occasion de s’interroger collectivement sur les objectifs de l’incarcération et sur les moyens d’y parvenir. L’objectif de l’incarcération comme peine n’est que la privation de liberté (et c’est déjà beaucoup). Il ne saurait être question, par manque de volonté collective, de retomber dans les travers du système actuel et de voir renaitre un système pénitentiaire abject mettant notre pays au ban des nations.
 
L'état de nos prisons et le sort de ceux qui s'y retrouvent ne figurent sans doute pas assez parmi les préoccupations premières de nos concitoyens et particulièrement en période de crise économique et de confiance. Il serait heureux cependant qu’un consensus politique puisse émerger sur les conditions du recours à l’incarcération, ainsi que sur le rôle des prisons.
 
Ces dernières devraient pouvoir garantir des conditions de détention dignes et permettre au personnel pénitentiaire, dont la société ne reconnaît pas les mérites, d’être épaulé par les acteurs de la société civile pour permettre la réinsertion et lutter contre la récidive.
 
Je sais que les avocats sont prêts à entamer ce débat, éveiller les consciences et contribuer à l’émergence de solutions pérennes.
 

 




















Angers Mag











Angers Mag : Séance critique : "Ma'Rosa" de Brillante Mendoza: Dans Séance critique, deux fois par... https://t.co/UXYZ0kjrdt https://t.co/JrsEK1vwBv
Samedi 10 Décembre - 11:00
Angers Mag : « Ces pédagogies ne sont pas ignorées »: Et l’Education Nationale ? Quel regard... https://t.co/JnPQWXILNL https://t.co/5glkXOM6T3
Samedi 10 Décembre - 07:45
Angers Mag : #JPEL "Contre le complotisme, on ne peut pas enrayer tout (...) Mais on peut entraîner les cerveaux." 👏👏JB Schmidt… https://t.co/6pn23fJUHD
Vendredi 9 Décembre - 15:01
Angers Mag : L'indépendance, un état d'esprit ? #Angers Mag bien chez soi à la journée de la presse en ligne à Paris. #JPEL https://t.co/EpAgR2dt6N
Vendredi 9 Décembre - 12:17



cookieassistant.com