Angers Mag - information, actualités locales, politique, culture

Un autre regard sur la région angevine

- Angers Mag Mobile
   





SCO : Un début de saison en demi-teinte


Rédigé par Jérémy Cherbonnier - Le Mardi 22 Septembre 2009 à 12:36


Un début de saison plutôt positif ou décevant ? Dur de faire un choix, même en pesant le pour et le contre la balance ne tangue ni d’un coté ni de l’autre. Les ambitions et les envies de tout les supporteurs étaient telles que le début de parcours est forcement décevant. Mais les dirigeants et les joueurs étant de qualité hors pair, nous ne pouvons qu’être confiant.



SCO : Un début de saison en demi-teinte
Le premier match de la saison est sans doute l’un des plus difficiles à négocier. Les clubs étant encore en préparation avec des joueurs non fixés sur leur avenir, d’autres en doute ou encore blessés, il est toujours compliqué de bien entamer la saison. Cette année d’autant plus car le premier match de compétition pouvait d’hors et déjà abattre des rêves ambitieux. La saison commença par un match de Coupe de la Ligue, soit un match à élimination direct. Et l’on sait que le SCO et la Coupe de la Ligue cela fait deux (Angers n’a plus remporté le 1er match de cette compétition depuis plus de dix ans). Et bien cette année la chance n’a pas tourné, les angevins ont belle et bien perdu le 1er match de cette compétition. Pourtant parti sur de bonne base avec une très bonne entame de match, le SCO n’a pu transformer ces occasions et s’est incliné sur la plus petite des marges, un but à zéro sur sa pelouse.

Une semaine plus tard la partie était de remise au stade Jean Bouin, remontés à bloc et en bloc les angevins ont réussi une très belle partie. Un stade en délire, ovationnant leurs chouchous et prêt à lancer une ola digne d’une fin de saison, exaltait à chaque occasion, normal puisque le score était de trois buts à zéro face à une équipe dijonnaise la moutarde au nez. L’emblématique capitaine du SCO, Philippe Brunel, était d’ailleurs remplacé sous une pluie incessante d’applaudissement, tout comme ses coéquipiers en fin de match. Le SCO occupa alors pour cette première journée une très belle 1ère place au classement.

Tout était donc réuni pour que notre SCO soit grand vainqueur des matchs à venir. Et même si le second match face à Guingamp (0-0) ne fut pas très emballant, il fut tout de même rassurant collectivement et défensivement. Personne ne voyait la déroute venir, puisque seulement 4 jours après déroute il y eu. Angers pourtant bien armé ne put contenir une équipe de Châteauroux très en jambe puisqu’elle inscrit 3 buts face au SCO qui, lui, avait bien l’air d’avoir perdu ainsi que son match, son potentiel et son dynamisme de jeu, ennuyant ainsi les 8 000 spectateurs du soir.

SCO : Un début de saison en demi-teinte
Le match suivant contre l’un des prétendants à la montée, Le Havre, fut tout autre. Le SCO bien remonté se devait de sortir de cette impasse dans laquelle il s’était fourré. Bataillant tout du long, s’engageant physiquement dans les duels (deux penalties ont d’ailleurs été sifflés) s’accrochant après chaque ballon les angevins se voyaient récompensés et tenaient même la marque par deux fois, 1 à 0 puis 2 buts à 1 au stade Jules-Deschaseaux. Le SCO pensait donc tenir en échec les Havrais même après leur égalisation, mais le coup du sort et une frappe à l’arrachée de Ait Ben Idir dans les arrêts de jeu vit les espoirs s’effondrer, et ce fut une nouvelle défaite pour une 13ème très mauvaise place.

Le stade Jean Bouin, dans l’attente du beau jeu de l’an passé, se vit perdre 3 000 spectateurs probablement du aux résultats, pour la réception d’Ajaccio. Cette confrontation a tout de même eu du bon, tout d’abord la première apparition d’Oniangue, nouveau arrivant, ensuite les deux merveilleux buts de Modeste qui le propulsera au rang de meilleur joueur de Ligue 2 pour ce 1er mois de compétition, mais surtout cette victoire 2 buts à 1 tant attendu depuis plus de 20 jours.

Tout le monde a alors cru qu'Angers avait retrouvé son jeu. Oui il est vrai, et parfois même du très beau jeu, pouvant égaler voire surpasser celui de l’année dernière. Mais le problème est que les matchs durent 90 minutes, tandis que le jeu angevin seulement 45. Les deux dernières rencontres face à Arles et Sedan ont donc été copies conformes. Une première mi-temps époustouflante, étouffant d’ailleurs leur adversaire, mais le SCO est incapable de tuer les matchs vous diront leurs supporteurs. Menant 1 à 0, le SCO fut repris juste avant la pause que ce soit par Arles ou Sedan, rentrant donc au vestiaire la tête baissée, dans les épaules et abattus. Impossible de sortir cette tête des épaules durant les 45 minutes suivantes, fort heureusement le pire a été évité. Le SCO a son potentiel et les joueurs ont leurs talents, il ne manque plus que les victoires, qui n’en doutons pas arriveront bientôt.