SIVAL : un salon professionnel qui s’ouvre vers l’extérieur


Rédigé par - Angers, le 19/01/2012 - 15:00 / modifié le 19/01/2012 - 15:23


Salon professionnel de référence pour la production végétale, le SIVAL a ouvert ses portes au parc des expositions d’Angers après une année particulièrement morose pour la profession. Même si la crise est toujours bien présente, les producteurs de légumes, fruits, céréales et vins, ont désormais le regard tourné vers l’Europe élargie à la Méditerranée, poussant ce salon professionnel fait pour les professionnels à devenir une vitrine internationale.



Le président du SIVAL, Bruno DUPONT, ) droite, en compagnie des représentants marocains
Le président du SIVAL, Bruno DUPONT, ) droite, en compagnie des représentants marocains
la rédaction vous conseille
Ce n’est pas un secret, l’année 2011 a été difficile pour la production agricole, des paramètres conjoncturels, sanitaires et climatiques étant venu s’ajouter à la crise qui touche l’ensemble des professionnels », déclarait hier Bruno DUPONT, président du SIVAL et surtout président de la Fédération nationale des producteurs de fruits.

« Nous avons ouvert cette édition du SIVAL dans un contexte particulièrement difficile, mais il ne faut pas pour autant baisser les bras », poursuit le président qui entend bien malgré les difficultés rencontrées par toutes les filières du végétal l’an dernier, faire en sorte que ce salon qui accueille plus de 600 exposants apporte la bouffée d’oxygène dont la profession a bien besoin.

Si la production légumière a été touchée de plein fouet par l’onde de choc de la bactérie qui affectait le concombre, les fruits ne furent pas en reste, avec les problèmes climatiques, mais aussi les tensions qui agitent les différents pays européens producteurs. Derrière le monde de l’horticulture, de la cidrerie et de la vigne, sont également en crise. Bref le monde du végétal n'est pas au mieux de sa forme sauf les semenciers qui semblent profiter, selon le président DUPONT, « d’une dynamique plutôt positive ».

Mais notre homme n’est pas de nature à se laisser abattre. Son rôle ne le limitant pas au constat, mais à l’encouragement de sorte que la dynamique qui profite à certaines filières entraine les autres. Le SIVAL, est là pour remonter le moral aux professionnels et démontrer que rien n’est perdu pour peu que l’on innove et s’invertisse dans des créneaux porteurs d’avenir.

La présence forte du pôle de compétitivité Végépolys au SIVAL, dont le siège est installé à Angers, va dans ce sens : « le Sival est l’occasion d’aider les professionnels à y voir plus clair par rapport à la recherche et l’innovation », déclarait Jacques-Antoine CESBRON, président de Végépolys. Pour ce dernier la filière doit prendre en compte la demande des citoyens lesquels veulent une nourriture saine et respectueuse des ressources naturelles, de la biodiversité et de la santé. La recherche évolue donc vers des végétaux moins consommateurs d’eau et d’engrais, le SIVAL étant pour Végépolys un moyen privilégié pour montrer les résultats obtenus en la matière.

« L’une de mes motivations pour ce salon, c’est désormais de l’ouvrir vers l’international et notamment les pays du Maghreb », explique le président du SIVAL en recevant une délégation marocaine. « Il ne s’agit pas d’exporter le salon mais plutôt notre savoir-faire et accompagner les exposants ».

La démarche de Bruno DUPONT qui place le salon angevin, le plus important en France dans ce domaine d’activité en nombre d’exposants et d’entrées, consiste à valoriser l’ensemble des produits de la filière, non pas dans des marchés de niche, mais plutôt dans un concept global, en essayant de promouvoir les compétences des entreprises françaises.

« Notre objectif c’est d’inciter la filière à coller à la réalité du marché, lequel est désormais mondialisé, à l’exemple des semenciers qui s’en sortent plutôt bien aujourd’hui ». Le SIVAL qui accueille chaque année plus de 20 000 visiteurs a donc de l’avenir à Angers, la destination du végétal.

Le végétal en chiffres :

SIVAL : un salon professionnel qui s’ouvre vers l’extérieur
- Arboriculture : 3 millions de tonnes de fruits, la France est le 3ème pays producteur d’Europe après l’Italie et l’Espagne - 2.8 millions d’Euros de chiffre d’affaire en 2009 pour plus de 18 000 exploitations sur 148 000 ha.

- Maraichage : 5.5 millions de tonnes de légumes frais, la France étant également le 3ème pays européen, derrière l’Italie et l’Espagne - 3.4 millions d’Euros de chiffre d’affaire en 2009 pour 20 000 exploitations sur 230 000 ha.

- Viticulture : 48 millions d’hectolitres de vin, la France étant le premier producteur mondial devant l’Italie – 9,5 millions d’Euros de chiffre d’affaire en 2007 pour plus de 60 000 exploitations sur 825 000 ha.

Le Val de Loire occupe le premier rang national en arboriculture (plantes en pots, massif, jeunes plantes, bulbes, dahlias, arbustes en conteneur), en maraichage avec la mâche nantaise et le poireau primeur, en semences potagères et florales, en arboriculture (pommes et cassis), en plantes médicinales et en champignons.




Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par Vincent Antoine le 21/01/2012 16:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Autant par les temps qui courent je trouve normal que l’on propose aux public de pouvoir aller à la rencontre d’entreprises qui embauchent, autant je trouverais utile que les entreprises qui n’embauchent pas aient la possibilité de se faire connaitre au public, car de mon propre avis, l’un ne va pas sans l’autre. Depuis Mars 2011 (date de création de mon entreprise) je ne compte plus les rendez-vous et les efforts visant à me faire connaitre. Entre les promesses des uns et les conseils des au...















Angers Mag