SMART Zeroes : le souvenir 2.0 se construit à Angers


Rédigé par Anne MELLIER - Angers, le 01/02/2016 - 07:10 / modifié le 01/02/2016 - 13:38


Concevoir et développer une série d’objets connectés permettant de remonter le temps, tel est le l’objectif affiché par SMART Zeroes, une jeune start-up angevine actuellement en incubation à la Cité des objets connectés. Fraîchement revenus du CES de Las Vegas, le plus grand salon mondial consacré à l'innovation technologique, Louis Ickx et Sashi Juganaikloo ses deux créateurs nous ont présenté ce projet futuriste et ambitieux.



Sashi Juganaikloo et Louis Ickx reviennent de Las Vegas où ils ont présenté leur projet au CES.
Sashi Juganaikloo et Louis Ickx reviennent de Las Vegas où ils ont présenté leur projet au CES.
la rédaction vous conseille
Pour voyager dans le temps, il suffira bientôt de passer sa main derrière son oreille, et d’appuyer sur un bouton. Tel est en tout cas le cœur du projet S.M.A.R.T Zero (ou Système Machine A Remonter le Temps). Développé depuis juin dernier à la Cité de l'objet connecté d’Angers, ce système qui prendra dans un premier temps la forme de bijoux portés aux oreilles, préenregistrera en continu tout l’environnement sonore de son porteur avec une autonomie maximale de 16 heures. A n’importe quel moment, ce dernier pourra appuyer sur l’appareil pour naviguer dans l’enregistrement et en sélectionner une partie, qui sera définitivement enregistrée, tandis que le reste des données, jugé inutile, sera écrasé.

A la fin de la journée, l’utilisateur n’aura plus qu’à mettre le système dans le « sanctuaire », une sorte de boîte à bijoux qui rechargera le dispositif tout en déchargeant les données enregistrées dans le « crypte-nuage », une plateforme de sauvegarde de données en ligne. Un logiciel informatique permettra ensuite au porteur de retrouver toutes les enregistrements sauvegardés en ligne, et de les réécouter comme s’il les revivait. S.M.A.R.T Zero s’appuie en effet sur la technologie du son binaural, ou son 3D, qui reproduit le décalage naturel de réception des sons entre les oreilles. "C’est ce décalage qui permet à chacun de situer l’origine des sons dans son environnement sans avoir à tourner la tête pour regarder", explique Louis Ickx. Avec ce système, le propriétaire du dispositif pourra donc écouter l’enregistrement en ayant le sentiment d’être immergé dans son souvenir. 

L'histoire d'une rencontre

L’idée de cette machine à remonter le temps originale est née dans l’esprit de Sashi Junganaikloo il y a environ deux ans. A la sortie de l’Ecole Centrale de Nantes, ce jeune ingénieur enchaîne les postes au sein d’entreprises comme Véolia ou GDF Suez pour concevoir des systèmes de travail participatif. Il finit cependant par tout laisser pour partir faire le tour du monde avec son appareil photo et son sac à dos.
"Je me suis dit que j'avais bien besoin d'une machine à remonter le temps" - Sashi Junganaikloo

Son retour en France sera précipité malheureusement par un accident de snowboard:  "Je suis rentré au bout de deux ans et demi avec une jambe cassée, un rêve un peu cassé, c'était de faire vraiment le tour du monde, et un disque dur cassé puisqu'en montrant  mes souvenirs à mes amis, j'ai fait tombé mon disque dur et il s'est cassé". Triste coup du sort qui pousse cependant Sashi à la réflexion: "J'ai eu une prise de conscience, je me suis rendu compte que même si j'avais capturé ces moments, ils n'étaient pas dans ma tête puisque j'avais passé tout mon temps à être derrière un écran et à être concentré sur autre chose que sur le moment présent. Maintenant que les souvenirs avaient disparu il il ne me restait plus rien. C'est là que je me suis dit que j'avais bien besoin d'une machine à remonter le temps"  Il commence donc à réfléchir à un système qui permettrait de capturer les souvenirs après les avoir vécus : un système qui enregistrerait tout ce que captent les sens d’un être humain à un instant précis pour reconstituer un souvenir à la perfection.

Après plusieurs mois passés à mûrir seul son idée, Sashi finit par rencontrer Louis Ickx par hasard, lors d’une soirée concert au Gecko à Angers, en janvier 2015. Ingénieur diplômé de l’ESEO et titulaire d’un master en nanotechnologie obtenu à Hong Kong, Louis se passionne tout de suite pour l'idée de Sashi: "Il m'a présenté son projet et ce qui m'a plu. C'est qu'il y avait un peu tout à faire, il avait une idée, et il fallait maintenant tout concrétiser".

Suite à cette rencontre cependant, Sashi part comme il l'avait prévu à Paris, pour partir "à la pêche aux cerveaux". Louis le rappelle toutefois  rapidement pour le mettre au courant de l’ouverture prochaine de la Cité de l'objet connecté et du concours "Win Your Pass". Ce dernier récompense les meilleures idées d’objets connectés et offre au gagnant 4 mois de co-working au sein de la Cité. Les deux jeunes ingénieurs approfondissent donc leur idée de machine à remonter le temps, et décident de commencer par mettre au point un système qui permet de revivre des souvenirs sur le plan auditif, la technologie actuelle ne leur permettant pas de réaliser l’ensemble du S.M.A.R.T Zero pour le moment. 

Des discussions au CES

Ils gagnent finalement le concours, et intègrent la Cité dès son ouverture en juin dernier. Le duo se répartit ensuite les tâches : Sashi travaille sur la dimension technique du projet, tandis que Louis bûche sur les aspects administratifs, le financement du projet, les relations partenaires, ou encore la communication.

Leur implantation au sein de la Cité leur permet de disposer d’un bureau et d’équipement perfectionnés auxquels ils n’auraient jamais pu avoir accès autrement, compte tenu de leur prix.  Ils profitent par ailleurs des évènements organisés par la structure: "Il y a tout un tas de conférences qui se sont tenues à la Cité de l'objet connecté et on en a suivi pas mal", explique Sashi, "notamment une sur le Consumer Electronic Show, qui, suite à cela, est devenu un objectif atteignable". 

En janvier 2016 donc, trois mois à peine après le dépôt des statuts de jeune start-up, ils s’envolent avec la délégation française pour le Consumers Electronic Show (CES) de Gary Shapiro, le plus grand salon hi-tech du monde situé à Las Vegas, afin d’exposer les premiers fruits de leur travail. L’occasion pour eux de gagner en notoriété et de donner de la crédibilité à un projet qui pourrait faire sourire les plus sceptiques.

S.M.A.R.T Zero ne relève en effet en rien d’une utopie, ou de la science-fiction et certains fonds d’investissements américains n’ont pas boudé le stand de Louis et Sashi pour discuter business. De quoi présager du meilleur pour l’avenir du voyage dans le temps made in Angers !









1.Posté par ratoune le 17/03/2016 08:32 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour, je viens de voir télématin. Formidable!
Quand et a quel prix pourra t-on acquérir cet objet ?

Merci de votre réponse








Angers Mag















Angers Mag : Le SCO passe à l’orange: Tenus en échec à Jean Bouin samedi par la lanterne rouge du... https://t.co/QADPR1iLiN https://t.co/YP52GPOoB9
Dimanche 4 Décembre - 13:50
Angers Mag : #Angers En panne d'idée de cadeaux ? @Revue_BDM #carnetsdevoyage #publicité https://t.co/VsebE5LDp8
Samedi 3 Décembre - 18:56
Angers Mag : RT @IncroyableSCO: Angers SCO à la pêche aux points face aux Merlus du @FCLorient ce soir (20h) à Jean-Bouin ! #SCOFCL #VibrezSCO https://t…
Samedi 3 Décembre - 12:56
Angers Mag : ChroniK'Ô Noir - #18 : "Plateau", de Franck Bouysse: Chaque mois, la journaliste Martine... https://t.co/V0soKdy4ie https://t.co/07YeiZrSfq
Samedi 3 Décembre - 09:00


cookieassistant.com