SONY HXR-MC1P: La vrai première caméra paluche HD


Rédigé par François BREAU - Angers, le 20/04/2010 - 22:36 / modifié le 21/04/2010 - 08:29


Il s'agit bien d'un caméscope, mais en deux partie: une caméra de la taille d'un gros tube d'aspirine et de son enregistreur séparé d'un cordon de 3 mètres. On appelle ça une caméra paluche dans le jargon. Antoine de Maximy aurait bien rêvé de posséder ce type de matériel il y a quelques années pour réaliser les reportages qui l'ont rendu célèbre!



L'unité d'enregistrement et son objectif déporté
L'unité d'enregistrement et son objectif déporté
La vocation de ce type de caméscope est de pouvoir se fourrer n'importe ou, et surtout là ou il n'y a pas la place de loger un caméscope, avec un gros avantage: son poids (300gr). La première idée qui vient concerne tous les sports extrêmes: parachutisme, ULM, base-jump..

.Le produit est d'une finition très soignée et digne de la robustesse SONY. Techniquement, le système enregistre sur carte Memory-Stick ProDuo en AVCHD ( format haute définition) et en MPEG4 (compression), donc en 720p ou 1080i. Plus de mécanique du tout, a l'exception du zoom optique, donc une autonomie de batterie considérable. Une carte de 4GO autorise un enregistrement de 50mn en HD mode HQ. Au total 4 modes d'enregistrement sont disponibles entre le "LP" et le " FH".

Les principales fonctions sont accessibles via l'ecran tactile LCD de l'unité d'enregistrement. Quelques touches mécaniques cependant: REC, ZOOM et une molette de réglages d'image. Un microphone est incorporé sur le flan du capteur, la qualité est acceptable, le son n'étant pas la priorité sur ce type de caméscope. On sort la vidéo sur un cordon USB, ce qui facilite l'accès aux ordinateurs.

La surprise est totale lorsque l'on veut expérimenter l'appareil en macro-vidéo. En collant l'objectif a quelques millimètre d'une fourmi, celle-ci rempli l'écran avec une définition excellente! Les résultats sont tout aussi surprenants en mode "dé-zoomé". On aurait aimé par contre une focale mini un peu plus courte, pour un grand angle un peu plus grand.

Du coté des bémols : pratiquement aucun accessoire de fixation n'est livré, pas de housse non plus, on ne sait pas trop comment saisir l'appareil, la tête de caméra ne demande qu'a tomber par terre. Il faut donc être bricoleur et trouver des supports a vis pour le capteur qui est quand même équipé d'une embase standard filetée.

L'unité d'enregistrement est faite pour être mise dans une poche. Le câble de liaison est un peu raide, mais très solide. L'inconvénient est qu'il n'est pas déconnectable de l'unité d'enregistrement, donc c'est 3 mètres et si c'est trop long il faut l'enrouler, pas de possibilité de le rallonger non plus...

Attention, conditions extrêmes ne riment pas avec immersion: la MC1P n'est pas une caméra étanche, cependant elle se contentera d'un très petit caisson. Pour en finir avec les bémols, son prix: 1950 € H.T. Un peu cher pour une caméra de cette taille...




François BREAU
François BREAU
Contributeur Angers Mag - spécialisé dans le domaine scientifique et le milieu naturel. Cinéaste,... En savoir plus sur cet auteur















Angers Mag