Sabine et Benjamin font voyager les internautes


Rédigé par Yannick Sourisseau - Angers, le 19/06/2010 - 16:19 / modifié le 14/07/2010 - 12:12


Après avoir parcouru l’Europe au volant de leur camping-car un couple d'Angers, Sabine et Benjamin Tardif, a décidé de faire partager sa passion du voyage. Pour cela ils ont créé un site web « Regards sur ailleurs » sur lequel ils mettent à disposition des internautes des vidéos courtes présentant un lieu, un personnage, un événement, filmés au fur et à mesure de leur séjour.



Sabine et Benjamin Tardif quelque part au Portugal
Sabine et Benjamin Tardif quelque part au Portugal
Le site web Regards sur Ailleurs que nous avons créé propose une nouvelle vidéo chaque jour jusqu'à fin juillet 2010. C’est un bon moyen d’évasion pour les visiteurs, qu’ils partent ou non en vacances », affirme Benjamin Tardif. Avec Sabine, sa compagne, ils voyagent, filment et commentent leur sujet, proposant ainsi une véritable WebTV sur lesquels les voyageurs peuvent trouver des informations pour leur prochain périple ou tout simplement se remémorer quelques bons souvenirs. Regards sur ailleurs ;: des voyages qui donnent envie de s'évader ...

AMI : Pourquoi avoir choisi le camping-car comme moyen de voyage ?
Benjamin Tarif : « Après un examen rapide des solutions qui s‘ouvraient à nous, le camping-car s’est imposé. Notre problématique supposait d’avoir assez d’espace pour travailler et produire le contenu le soir, mais également d’être extrêmement mobiles afin de garder cette indépendance propre au voyage. Ce moyen de transport nous permettait de s’adapter aux rencontres et événement imprévus, hors de tout planning. Le camping-car offre une réelle liberté instantanée. »

AMI : Quels étaient les défis techniques à surmonter ?
BT : « Le fait de vivre une expérience inoubliable ne devait pas nous faire perdre les réalités. Travaillant à distance pour des sociétés françaises, le premier défi étaient celui de pouvoir se connecter sur internet 24h/24h depuis le camping-car, où que nous soyons en Europe. Il a donc fallu installer une grosse parabole sur le toit et trouver un fournisseur d’accès au meilleur prix. Internet servit également à Sabine pour les itinéraires et lieux à visiter, mais aussi les recherches complémentaires pour ses articles et commentaires. Restait à gérer la consommation électrique de notre home studio itinérant. Nous avons équipé le camping car de panneaux solaires et de piles à combustibles fonctionnant au méthanol. Cela nous fait relativiser la relative opulence énergétique qui caractérise n’importe quelle maison de nos jours. »

AMI : Qu’est ce qui vous a motivé pour partir
Sabine Tardif : « J’avais envie de changer d’horizon. Il m’a toujours paru important de pouvoir sortir de mon quotidien pour découvrir autre chose. D’autant que lorsqu’on vit dans une ville comme Paris, sans pouvoir en sortir plus de quelques jours d’affilée, il est bon de traverser une autre réalité. Le projet permettait de tester des nouvelles activités : vivre en camping-car à l’étranger, filmer et écrire régulièrement, et le partager sur internet. Ca me donnait une certaine liberté. La première nuit « dans la rue » m’a laissé un sentiment un peu étrange. Et puis bien vite on oublie une fois passé la porte, et on se retrouve « chez nous ».

AMI : Le camping-car n'est-il pas un peu restreint pour une femme moderne?
ST : « La vie en camping-car, quand elle est bien maitrisée, est vraiment un plaisir. Se réveiller tous les matins dans un lieu différent, et de préférence bien choisi ! La proximité avec la nature est vraiment agréable, et nous avions la chance d’avoir un véhicule bien adapté pour nous, très « grand » pour nos besoins. Il ne faut pas croire qu’un camping-car est spartiate, au contraire, on a tout sous la main, c’est même assez pratique. »

AMI : Quel est votre meilleur souvenir ?
BT : « C’est sans conteste d’avoir pu jouer au football improvisé avec des gamins de chaque pays visité, malgré la barrière de la langue et dans un partage total. Le fait d’être accepté rapidement n’était pas gagné, mais quelque soit le pays, de la France à la Bosnie profonde, un partenaire de jeu en plus, ça ne se refuse pas ! »

AMI : Qu’espérez-vous en terme de retombées. En clair espérez-vous financer votre voyage en diffusant ces vidéos ?
BT : « Produire plus de 80 vidéos de niveau professionnel demande un investissement tant financier que personnel. Nous n’avons pas pu trouver un sponsor avant le départ, mais maintenant les vidéos sont en ligne il est toujours possible de trouver un annonceur qui pourrait placer son logo en amont de nos films. Nous préparons un DVD que nous aimerions voir diffuser en tant que cadeau avec un quotidien de presse régionale. Gagner de l’argent pour ce projet servira à rentrer dans nos frais et à pouvoir en lancer d’autres ! »

Pour en savoir plus : www.regards-sur-ailleurs.fr
Contact : regards.sur.ailleurs@gmail.com




Yannick Sourisseau
Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur















Angers Mag