Saint Melaine sur Aubance : entre modernité et conservation du patrimoine


Rédigé par Yannick Sourisseau - Angers, le 08/05/2011 - 07:40 / modifié le 08/05/2011 - 09:19




Les élus locaux devant la mairie réhabilitée
Les élus locaux devant la mairie réhabilitée
la rédaction vous conseille
Il y avait foule hier matin à de Saint Melaine sur Aubance, véritable havre de paix, à deux pas d’Angers, habituellement si calme le samedi matin. Les autorités locales inauguraient non seulement la Mairie réhabilitée, mais aussi la Maison de l’Enfance et de la Jeunesse et le restaurant scolaire. Plusieurs élus d’Angers et sa région avaient fait le déplacement et notamment le sénateur Daniel Raoul, le député Marc Goua, le conseiller régional et adjoint au maire d’Angers Vincent Dulong, la vice présidente du Conseil Général Marie Pierre Martin, laquelle représentait le président Béchu, le conseiller général Philippe Bodard et la plupart des maires de la communauté de communes Loire Aubance. Manquait plus que le Préfet, retenu ailleurs.

C’est le maire « geek (*) » de Saint Melaine sur Aubance, Gabriel Halligon, qui ouvrait les débats en lisant son discours sur un iPad, tenant à portée de main son iPhone pour immortaliser l’événement. Vincent Dulong, élu Europe Ecologie, ancien habitant de la commune, a souligné le souci des élus locaux de s’inscrire dans une démarche de développement durable, notamment par les modes constructifs utilisés, l'économie et surtout le choix d’un chauffage géothermique.

« Nous voulions faire du durable, sans dénaturer le site et en tenant compte de la proximité d’une église classée », lui répondit le maire, remerciant au passage l’architecte du projet, Isabelle Aumont, laquelle en proposant un bâtiment de liaison entre les différents corps de bâtiment a su « rendre l’édifice moderne tout en respectant le patrimoine », soulignait le sénateur Raoul.

La parfaite illustration du développement durable

Le maire honoraire Gilbert Rabineau lors de son intervention
Le maire honoraire Gilbert Rabineau lors de son intervention
La palme du discours, sans papier et encore moins de tablette tactile, revient au maire honoraire Gilbert Rabineau, qui malgré ses 83 printemps et une vue défaillante a toujours gardé son éloquence et son humour. Il a pu évoquer comment il avait vu évoluer un petit bourg de 400 âmes, qui en compte plus de 2000 aujourd’hui, et surtout les relations ou les tours de passe-passe qu’il avait utilisé pour pouvoir moderniser la commune. « Nous avons surtout été aidé par la construction du pont et de la voie express. C’est ce qui a permis le développement du sud Loire ».

Plus jeune maire de France lors de sa première élection, il a tout de même administré la commune pendant 48 années, faisant de lui un personnage incontournable. Il a même une salle à son nom, avant sa mort, ce qui est plutôt rare. « D’habitude ont attribue aux maires décédés un nom de rue, ou de salle, mais ils ne le savent pas puisqu’ils sont morts. Moi je le sais avant, c’est mieux car j’ai pu choisir », disait-il, avant d’ajouter à l’attention de Gabriel Halligon : « Avec une mairie aussi luxueuse il va falloir faire habiller les secrétaires chez Dior ».

Les élus angevins ont souligné, outre la prise en compte des énergies renouvelable, l'autofinancement par la commune, à hauteur de 70%, de ces trois bâtiments, pour un cout global de 2.5M€ (636 000€ pour la maison Enfance Jeunesse, 327 000€ pour le restaurant scolaire et 1.485 M€ pour la mairie).

« Je voudrais tout de même rappeler la participation de l’intercommunalité. C’est la mutualisation des services qui permet d’obtenir des gains de productivité et faire en sorte que ça coute moins chers aux citoyens », poursuivait Daniel Raoul à l’attention de Robert Gautier, Président de l’EPCI Loire Aubance.

« Vous êtes peut être en train d’inventer les structures de demain », disait à son tour le député Marc Goua. « Optimisation des moyens, maintien des services public au cœur du village, qualité environnementale, permettent d’attirer les populations et évite qu’elles se concentrent dans les villes ». Et Madame Martin, au nom du Président du Conseil Général de conclure : « Je félicite ceux qui se mettent au service de l’intérêt général pour faire vivre la citoyenneté. De telles réalisations incarnent l’Anjou de l’avenir ».

(*) un geek (prononcer gik) est un technophile, c'est-à-dire une personne qui se passionne plus que la normale, pour les nouvelles technologies.




Yannick Sourisseau
Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur















Angers Mag











Angers Mag : #Angers REPORT'CITÉ trace sa route @Angers @MinistereCC @KeolisAngers https://t.co/5jrXBWmmjE https://t.co/dULolkaDWK
Mercredi 21 Juin - 12:33
Angers Mag : #Angers Ouest eMedia Presse (@angersmaginfo) a été placée en liquidation judiciaire https://t.co/vMG2O392Qi https://t.co/N9IyhvEjS3
Mercredi 21 Juin - 12:23
Angers Mag : « En Indonésie, le tourisme engendre des transformations profondes » #Angers https://t.co/gJQfDIqgwP https://t.co/bn8ODsUAFu
Jeudi 15 Juin - 10:03
Angers Mag : JoeyStarr, les différents visages de l'éloquence: Sur la scène du Festival d'Anjou le 15... https://t.co/9fZW6XZ2i2 https://t.co/bB4ZKtREuR
Mercredi 14 Juin - 12:03