Salades, grillades et belles carrosseries


Rédigé par Michel Barini - Angers, le 26/08/2010 - 13:55 / modifié le 27/08/2010 - 11:00


« Ô Bolides » : étonnante raison sociale pour ce restaurant situé à Sainte-Gemmes-sur-Loire, à cinq minutes d’Angers. À surprendre nombre de personnes qui pourraient penser que c’est là le nom d’un circuit automobiles, d’une piste de motos ou d’une boutique de jouets. En l’occurrence, il s’agit bien d’un établissement de bouche qui n’a pas son équivalent dans tout le pays.



Stéphanie et Benjamin Taillandier : deux activités professionnelles au service d'une même passion.
Stéphanie et Benjamin Taillandier : deux activités professionnelles au service d'une même passion.
Associer un garage de véhicules de collection à un restaurant sous une appellation commune : c’est ce que Stéphanie et Benjamin Taillandier ont fait en créant « Ô Bolides ». Depuis trois ans, ils conjuguent leur engouement pour les belles automobiles jusque dans leur activité professionnelle respective. Pour cela, le couple a imaginé et développé un concept qu’ils sont les seuls à proposer en France et en Europe. Lui, de son côté, a créé l’atelier de négoce de ses rêves en réparant des véhicules des années rétro et elle, pour sa part, a ouvert un restaurant attenant à l’atelier. À chacun son indépendance commerciale au service d’une même passion.

Naturellement, avec un tel nom, la décoration du restaurant s’inspire de son appellation et vous emmène dès le premier coup d’œil au royaume des belles mécaniques, de celles qui font rêver petits et grands. Pousser la porte de l’établissement, c’est prendre un ticket pour une petite visite dans les pages d’un catalogue de voitures anciennes. L’établissement est ainsi aménagé comme la réplique idéale d'un ancien garage automobile, mieux comme un petit musée. Comparaison que Stéphanie, la maîtresse des lieux, se refuse évidemment à évoquer. Et pourtant, même les réfractaires à l’automobile ne pourront s’empêcher d’éprouver une bouffée de nostalgie pour une époque aujourd’hui révolue.

Au restaurant, traditionnellement, le bonheur se trouve dans la dégustation, dans le plaisir du service et de l’ambiance. Ici, comme ailleurs, c’est évidemment le cas, sauf que le spectacle se trouve également dans la salle. Quel que soit l’angle de vue, il y a tant à voir que le regard ne peut tout remarquer. Damier noir et blanc au sol, décoration murale sur fond rouge, plaques émaillées, affiches, reproductions, pompe à essence d’époque, volants de course, objets insolites, les dates de la chronique automobile se feuillètent au gré du décor. Dans un angle, on trouve un coin salon club avec des ouvrages dédiés à la libre consultation tandis que derrière la vitre d’une ouverture, on aperçoit l’atelier où Benjamin s’affaire sur les belles mécaniques.

Et ce n’est pas tout ! Dans la salle à manger, au milieu des tables dressées, trônent comme à la parade de rutilantes voitures, toutes à vendre, comme un roadster 4 cylindres MG rouge de 1959, une Wolseley Hornet verte de 1933 mais aussi une Ford Trunderbirde cabriolet de 1955, récemment couronnée dans la catégorie GT d’un concours à La Baule en 2010. Les prix de ces belles pièces sont à la hauteur du rêve qu’elles procurent, entre 27.500 € et 42.000 €.

Très loin des tarifs pratiqués dans l’assiette qui, eux, demeurent très abordables. Sur le sujet, Stéphanie anticipe les interrogations : « Il ne faut surtout pas penser que nos prix ont un rapport quelconque avec notre thématique. Notre clientèle est très variée et se compose de passionnés, de groupes mais aussi d’employés de la zone artisanale ou de familles. En outre, depuis cette année, nous ouvrons tout l’été en proposant des grillades en terrasse ».

À regarder la carte des menus, l’information se vérifie aisément (voir sur le site internet) avec notamment un menu conçu pour les enfants. Que ce soit en salle avec 50 couverts ou en terrasse avec 20 places, le restaurant s’appuie sur des plats préparés avec des produits frais, des produits du terroir et des viandes Rouge des Prés. Au menu, on trouve quelques spécialités aux noms évocateurs comme des salades « Iso Rivolta » ou « Jaguar », des tartines « Delage Grand Prix », des bruschettas « Alfa Roméo », des grillades au cep de vigne « Bluebird » mais aussi différents menus de 10,60 € à 19,50 €, café compris.

Restaurant Ô Bolides. ZA Vernusson, 7, rue Clément-Ader, 49130 Sainte-Gemmes-sur-Loire. Tél. 02.41.685.007. Ouvert tous les midis, du mardi au dimanche, ainsi que les soirs du jeudi, vendredi et samedi. Fermeture le lundi.

Salades, grillades et belles carrosseries



Michel Barini
Michel Barini
Contributeur Angers Mag - pour le secteur des Ponts de Cé et Murs Erigné. Collabore à la rédaction... En savoir plus sur cet auteur















Angers Mag











Angers Mag : #musique De Macao à Pergolèse,la riche actualité de l'ensemble Amarillis @Angers https://t.co/hAW8WkdOUw
Vendredi 2 Décembre - 10:46
Angers Mag : #Angers Le jour d'après #PSGSCO, le billet @LardeuxT. Comme quoi on peut supporter @SCO et admirer @ECavaniOfficial https://t.co/nA3Ivf5HEE
Jeudi 1 Décembre - 18:18
Angers Mag : Au musée des Beaux-Arts, l'énigme Peter Briggs: Jusqu'au 26 mars, le musée des... https://t.co/Ys4SmHHl6M https://t.co/4mARuYnceC
Jeudi 1 Décembre - 07:30
Angers Mag : Willy Bernard : démêler le sac de nœud judiciaire: Condamné à deux ans de prison ferme... https://t.co/Ffz3evuZP2 https://t.co/w99MlfjbY9
Mercredi 30 Novembre - 13:02



cookieassistant.com