Scandale à l'UCO, l'évêque avait été prévenu dès janvier


Rédigé par - Angers, le 12/12/2012 - 09:25 / modifié le 12/12/2012 - 22:37


Cinq jours après les révélations sur les agissements du vice-recteur de l'Université Catholique de l'Ouest, Mgr Emmanuel Delmas a reconnu mardi qu'il avait été informé directement dès janvier, par les deux victimes. Qu'il avait respecté leur souhait de confidentialité et sermonné Robert Martin de Montagu. Mais que celui-ci avait été repris par ses "démons" après la rentrée.



Scandale à l'UCO, l'évêque avait été prévenu dès janvier
Pourquoi, alors que les faits remontent à l'année 2011, les victimes ont attendu si longtemps pour signaler les agissements à la justice ? Par "soucis de confidentialité", comme l'indiquent certains, par crainte et (ou) pour d'autres raisons ?"

En posant cette question vendredi, après les explications données par les responsables de l'Université Catholique de l'Ouest au lendemain des révélations sur les agissements de son vice-recteur, nous ne doutions pas, à Angers Mag, que la réponse serait livrée par Mgr Emmanuel Delmas, l'évêque d'Angers, en personne.

Mardi, en marge d'une conférence de presse portant sur un tout autre sujet (et à laquelle nous n'avons pas pu assister), le patron du diocèse d'Angers a reconnu qu'il avait reçu lui-même, dès janvier dernier, les deux assistantes qui ont porté plainte contre Robert Martin de Montagu. Ensemble, elles lui avaient écrit pour lui signaler les faits. Ils les a reçu séparément pour les écouter.

"Elles ont eu la liberté totale de me dire ce qu'elles souhaitaient. Elles m'ont redit lors de la rencontre ce qu'elles avaient déjà évoqué dans la lettre, à savoir qu'elles demandaient la plus stricte confidentialité" explique Mgr Delmas ce mercredi dans Le Courrier de l'Ouest.

"Je confirme ces informations au nom de mes deux clientes. Personne n'avait intérêt à ce que l'UCO soit salie" nous a indiqué Me Pascal Rouiller, l'avocat que viennent de saisir les deux assistantes.

"Il a reconnu les faits et entendu le message"

Après cette rencontre, toujours selon ses propos relayés par Le Courrier de l'Ouest, l'évêque d'Angers a pris l'initiative de convoquer celui qui était alors encore recteur intérimaire de l'UCO, pour lui demander de cesser ses agissements : "Je lui ai manifesté assez de fermeté étant donné la gravité de l'attitude qu'il avait vis à vis de ses assistantes. Il a reconnu les faits et entendu le message."

Reste, et c'est bien le plus embêtant dans cette affaire, que si le cadre de la Catho a cessé ses écarts pendant quelques mois, ses pulsions ont donc manifestement repris le dessus après la rentrée. La suite, on la connaît.

Reçus le 16 novembre, cette fois-ci, par le nouveau recteur de la Catho, Dominique Vermersch, les deux assistantes se sont alors décidées à saisir la justice. Vendredi, Dominique Vermersch avait confié discrètement aux journalistes qu'il ne les "avait pas découragé de porter plainte". Plusieurs sources proches du rectorat de l'UCO précisent que c'est lui qui a compris que "l'affaire ne pourrait pas se résoudre en interne".

Reste à savoir comment vont être reçues ces précisions chronologiques au sein de l'Institution, où plusieurs voix se sont élevées déjà pour dénoncer la mauvaise gestion du dossier. "On a vraiment l'impression qu'on a mis ça sous le tapis, sans prendre la mesure de la gravité des faits. C'est un peu catastrophique en terme d'image" rapporte un enseignant.



Journaliste, rédacteur en Chef d'Angers Mag En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par Troadec le 24/12/2012 14:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Atteinte à la vie privée et attouchements à l’Université Catholique de l’Ouest (UCO): Les termes du débat

Deux assistantes de l’Université Catholique de l’Ouest ont subi pendant plus d’un an « des atteintes à la vie privée et attouchements ». En clair du harcèlement sexuel, de la part de leur supérieur hiérarchique, lequel n’est pas un cadre parmi les autres. Il s’agit du Recteur (c’est à dire le président de l’Université pour une université publique) en poste jusqu’à la fin de l’année univers...








Angers Mag















Angers Mag : Report'Cité : portez la plume, s'il vous plaît !*: Un an et demi après son lancement, le... https://t.co/Qf1FyGW1iJ https://t.co/P8YYlZPYdm
Vendredi 2 Décembre - 19:06
Angers Mag : #musique De Macao à Pergolèse,la riche actualité de l'ensemble Amarillis @Angers https://t.co/hAW8WkdOUw
Vendredi 2 Décembre - 10:46
Angers Mag : #Angers Le jour d'après #PSGSCO, le billet @LardeuxT. Comme quoi on peut supporter @SCO et admirer @ECavaniOfficial https://t.co/nA3Ivf5HEE
Jeudi 1 Décembre - 18:18
Angers Mag : Au musée des Beaux-Arts, l'énigme Peter Briggs: Jusqu'au 26 mars, le musée des... https://t.co/Ys4SmHHl6M https://t.co/4mARuYnceC
Jeudi 1 Décembre - 07:30


cookieassistant.com