Scénario catastrophe : le Val d’Authion évacué


Rédigé par Yannick Sourisseau - Angers, le 17/05/2011 - 19:08 / modifié le 18/05/2011 - 20:54


L’évacuation du Val d’Authion après rupture ou submersion de la digue, c’est un scénario auquel se préparent les services de secours d’Angers et du Maine et Loire. Les 24 et 25 mai prochains, plusieurs services vont, pour la première fois, mutualiser leurs compétences dans le cadre d’une simulation informatique.



Quand la Loire sort de son lit à la Daguenière.
Quand la Loire sort de son lit à la Daguenière.
la rédaction vous conseille
Que se passerait-il si les digues qui protègent les régions de Saint George sur Loire, Montjean sur Loire et la vallée de l’Authion, des crues de la Loire, venaient à céder ? Selon la préfecture de Maine et Loire « il s’en suivrait une montée des eaux graduée et perceptible dans les régions concernées obligeant un déplacement rapide des habitants ».

De toutes les régions situées dans le bassin de la Loire, derrière les digues, le Val d’Authion est le plus peuplé. Environ 45 000 personnes habitent cette région, laquelle compte également une importante activité économique.

Pour se préparer à ce qui pourrait être une véritable catastrophe naturelle, les services de l’Etat, le Service Départemental d’Incendie et de Secours (SDIS 49) et l’Ecole du Génie vont mutualiser leur compétence pour jouer en vrai grandeur ce qui ne sera en fait qu’une simulation.

Cette coopération entre civils et militaires, laquelle constitue une première dans le département de Maine et Loire, permettra de tester les procédures d’organisation de l’évacuation en application du dispositif ORSEC (Organisation de la Réponse de la Sécurité Civile) et surtout d’en mesurer les éventuelles difficultés.

L’exercice dans lequel seront impliqués outre la préfecture, la gendarmerie, la Police, le Conseil Général et les maires sera reproduit à partir d’un simulateur dénommé « Janus », installé au centre tactique du Génie.

L’organisation de l’évacuation qui se déroulera à un moment où la Loire est au plus bas, les 24 et 25 mai, s’articulera autour de trois phases dès lors qu’une vigilance rouge inondation est prévue sur le fleuve : une phase de vigilance renforcée, c’est à dire de préparation de l’évacuation ; une phase de préoccupation sérieuse au cours de laquelle les populations vulnérables et notamment les maison de retraite et foyers logement seront évacués ; une phase de péril imminent, c’est à dire l’évacuation de toute la population et la sécurisation des lieux.

Construites au XIIème siècle, sous Henri II, et renforcées ensuite par Colbert en 1668, les digues furent plusieurs fois submergées voire emportées. En 1856 d’importantes crues avaient inondé le Val d’Authion, sur 80km et 12 km de large. Depuis les digues sont régulièrement visitées et renforcées le cas échéant afin prévenir toute catastrophe. Mais compte tenu des caprices du fleuve, des changements climatiques imprévisibles constatés ces temps derniers, le risque subsiste. D’où l’utilité de se préparer dès maintenant.




Yannick Sourisseau
Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur















Angers Mag