Séance critique : "Les malheurs de Sophie" de Christophe Honoré


Rédigé par Florence VASCA - Angers, le Vendredi 29 Avril 2016 à 08:15


Dans Séance critique, deux fois par mois, Florence Vasca nous fait partager son regard sur un film à l'affiche. Aujourd'hui, "Les malheurs de Sophie" de Christophe Honoré avec notamment Anaïs Demoustier, Golshifteh Farahani, Muriel Robin et la jeune Caroline Grant.



Caroline Grant joue Sophie de Réan (Copyright Jean-Louis Fernandez / LFP- Les Films Pelléas - Gaumont - France 3)
Caroline Grant joue Sophie de Réan (Copyright Jean-Louis Fernandez / LFP- Les Films Pelléas - Gaumont - France 3)
la rédaction vous conseille
Sous le Second Empire, la petite Sophie passe l'été à explorer le parc du château en compagnie de son cousin Paul. Poussée par une curiosité sans limite, elle multiplie les bêtises en toute insouciance. Mais des événements vont la confronter à un monde insoupçonné et hostile lui révélant la cruauté des grandes personnes.

Ayant déjà publié des livres pour la jeunesse, Christophe Honoré s'attaque à une nouvelle adaptation littéraire en s'emparant de l'univers de la Comtesse de Ségur.

Découpé en deux chapitres, le récit des 400 coups de l'espiègle Sophie a pour cadre  l'immense terrain de jeu des extérieurs d'un château. On assiste d'abord à ses nombreuses  expérimentations allant de la destruction de sa nouvelle poupée au découpage de poissons rouges. Tournées à la belle saison pour l'essentiel en extérieur, les images léchées de scènes champêtres  se marient poétiquement  avec quelques séquences d'animation.

Dans la seconde partie, l'hiver a remplacé les couleurs de l'été, et les malheurs de Sophie s'aggravent avec l'arrivée de sa belle-mère Madame Fichini (Muriel Robin).
"Grâce à la spontanéité des enfants tous d'une grande justesse, Christophe Honoré dépoussière le livre en lui apportant une vraie modernité." 
Le film dépeint l'univers d'une petite fille à l'imaginaire débordant, jouissant d'une grande liberté entourée de domestiques bienveillants; privé d'un père souvent absent  (on ne verra jamais son visage) et d'une mère mélancolique. Dans un deuxième temps, il aborde le thème de la maltraitance à une époque où les châtiments corporels participent à l'éducation des enfants.

Quelques séquences comiques comme celle du prêtre (Michel Fau) se ridiculisant en chanteur de mandarin trouvent leur équilibre avec des moments de pure émotion  (Sophie appelant désespérément sa maman lors d'une nuit neigeuse).

En mêlant le réalisme des scènes d'enfants et la magie de la reconstitution d'époque, le réalisateur ne craint pas l'anachronisme (on pense à « Peau d'âne » de Jacques Demy).

Grâce à la spontanéité des enfants tous d'une grande justesse, Christophe Honoré dépoussière le livre en lui apportant une vraie modernité. Muriel Robin en revêtant les atours d'une Madame Fichini drôle et terrifiante à la fois nous fait oublier son rôle décrié d'une autre noble (Les visiteurs 2).

Alex Beaupain se voit une nouvelle fois confier la B.O. qui contribue par ses chansons nostalgiques à la fraîcheur de l'ensemble.

En captant le monde de l'enfance dans ses moments de vérité, « Les malheurs de Sophie » n'est pas sans évoquer le cinéma de Truffaut. Christophe Honoré nous offre un film délicieux qui nous fait retrouver notre âme d'enfant.


Encore à l'affiche au cinéma Les 400 Coups.









1.Posté par echoes le 29/04/2016 15:50 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
"En captant le monde de l''''''''enfance dans ses moments de vérité, « Les malheurs de Sophie » n''''''''est pas sans évoquer le cinéma de Truffaut." Aïe. Votre critique est aussi plate que ce film. Zéro émotion. Honoré est bel et bien un imposteur.








Angers Mag












Angers Mag : Au comptoir de Mathilde... et de Catherine: Depuis la fin du mois d'octobre, la rue... https://t.co/wkV9xA1N3F https://t.co/6yuEQFFF5o
Mercredi 7 Décembre - 08:00
Angers Mag : A l’Ecole démocratique, on fait ce qu’on veut… ou presque: Basée sur la liberté... https://t.co/j0ywJZAzgI https://t.co/jEK0S9wvGs
Mercredi 7 Décembre - 07:31
Angers Mag : RT @LeQuai: N'oubliez pas d'aller voir #AdishatzAdieu ce soir. Vous nous remercierez demain. #Theatre #JonathanCapdevielle #Angers RESA 02…
Mardi 6 Décembre - 13:55
Angers Mag : A Angers, Montessori a pris racines: Porté par des éducateurs convaincus, les méthodes... https://t.co/bXNDdgyLpz https://t.co/nar3Qs6vye
Mardi 6 Décembre - 07:30







cookieassistant.com