Séance critique : "Lion" de Garth Davis


Rédigé par Florence VASCA - Angers, le Samedi 4 Mars 2017 à 08:00


Dans Séance critique, deux fois par mois, Florence Vasca nous fait partager son regard sur un film à l'affiche. C'est en Inde qu'elle nous emmène aujourd'hui, avec "Lion", de Garth Davis.



"Lion", de Garth Davis, revient sur l'histoire vraie de Saroo Brierley. Crédit photo : Sunny Pawar.
"Lion", de Garth Davis, revient sur l'histoire vraie de Saroo Brierley. Crédit photo : Sunny Pawar.
la rédaction vous conseille
Saroo, petit garçon de 5 ans vit dans une famille miséreuse d'un village de l'ouest de l'Inde. Accompagné de son frère Guddu, il grappille quelques kilos de charbon sur le toit d'un train de marchandises au péril de sa vie. Lors d'une nuit passée à fouiller des wagons, Saroo s'endort sur le quai de la gare en attendant le retour de son grand frère. Ne le voyant pas à son réveil, il monte dans le train et dans l'incapacité d'en redescendre se retrouve malgré lui seul passager pour un long périple jusqu'à Calcutta.

La réalité dépasse toujours la fiction dit-on. Cette histoire incroyable est tirée du récit de Saroo Brierley, aujoud'hui hommes d'affaires en Australie où il fût adopté. Pour son premier long-métrage, Garth Davis s'empare de son destin pour en faire une épopée intense. Filmé à hauteur d'enfant, le spectateur est immédiatement en empathie avec le petit Saroo, doté d'un instinct de survie et d'une dignité qui forcent le respect. Etranger dans son propre pays (il ne parle pas le Bengali de Calcutta), ce « Mowgli » perdu dans la jungle d'une mégapole inhospitalière va partager les mésaventures des enfants des rue. Chassés dans l'indifférence générale par une police impitoyable, à la merci de nombreux prédateurs, les plus « chanceux » échoueront comme lui dans un orphelinat échappant ainsi à divers trafics d'enfants.
"Le regard habité du petit Sunny Pawar bouleverse autant qu'il impressionne, tandis que Dev Patel incarne avec authenticité une âme tourmentée."
Vingt ans plus tard, on retrouve Saroo adulte, à la veille d'occuper son premier poste à Melbourne. Rattrapé par les fantômes du passé. En proie à un mal-être tangible, déchiré entre la loyauté envers ses parents adoptifs et sa quête d'identité, son besoin viscéral de retrouver les siens tourne à l'obsession. En puisant dans sa mémoire visuelle, il reconstitue laborieusement son parcours en train, à reculons, à l'aide des images satellite de Google Earth.

Le récit trouve sa force romanesque dans l'utilisation de flashback au fil des recherches de Saroo courant enfant dans le dédale des rues de son quartier, illustration du labyrinthe émotionnel de Saroo adulte. Le cinéaste met en lumière la beauté qui réside dans l'innocence d'un visage d'enfant, comme dans la majesté des paysages sublimant ainsi la pauvreté environnante.

Le regard habité du petit Sunny Pawar bouleverse autant qu'il impressionne, tandis que Dev Patel incarne avec authenticité une âme tourmentée. Si le recours d'images des personnages réels semble un peu vain, Garth Davis nous délivre un mélodrame universel de facture classqiue. Lion est un chemin de vie lumineux qui touche en plein cœur par son humanité.

Plus de renseignements sur le site des 400 Coups , à Angers.













Angers Mag












Angers Mag : #Angers REPORT'CITÉ trace sa route @Angers @MinistereCC @KeolisAngers https://t.co/5jrXBWmmjE https://t.co/dULolkaDWK
Mercredi 21 Juin - 12:33
Angers Mag : #Angers Ouest eMedia Presse (@angersmaginfo) a été placée en liquidation judiciaire https://t.co/vMG2O392Qi https://t.co/N9IyhvEjS3
Mercredi 21 Juin - 12:23
Angers Mag : « En Indonésie, le tourisme engendre des transformations profondes » #Angers https://t.co/gJQfDIqgwP https://t.co/bn8ODsUAFu
Jeudi 15 Juin - 10:03
Angers Mag : JoeyStarr, les différents visages de l'éloquence: Sur la scène du Festival d'Anjou le 15... https://t.co/9fZW6XZ2i2 https://t.co/bB4ZKtREuR
Mercredi 14 Juin - 12:03