Séance critique : "The Revenant" d'Alejandro G. Iñárritu


Rédigé par Florence VASCA - Angers, le Vendredi 4 Mars 2016 à 19:03


Nouvelle signature et nouveau rendez-vous sur Angers Mag. Dans "Séance critique", deux fois par mois, Florence Vasca nous fera partager son regard sur un film à l'affiche. Quelques jours après son couronnement aux Oscars, c'est la puissance de "The Revenant" du mexicain Alejandro González Iñárritu qui fixe son attention.



The Revenant : Leonardo DiCaprio  - Copyright Twentieth Century Fox France
The Revenant : Leonardo DiCaprio - Copyright Twentieth Century Fox France
la rédaction vous conseille
Dans le Dakota du 19ème siècle, un trappeur, Hugh Glass (DiCaprio), est abandonné par ses compagnons après avoir été grièvement blessé par un ours. Témoin du meurtre de son fils, il va mener malgré ses blessures  un combat surhumain pour sa survie et l'assouvissement de sa vengeance. 

Aux antipodes du huis-clos de « Birdman » et de son décor de Broadway,  Alejandro G. Iñárritu  nous propose une immersion totale dans le sauvage et majestueux « Nord américain ». Adapté d'un roman d'aventure lui même inspiré d'une histoire vraie, le film a été tourné entièrement en lumière et décors naturels ce qui lui apporte un vrai souffle. 

Dès la scène d'ouverture, le plan-séquence de l'attaque du campement témoigne de la virtuosité de son réalisateur. D'autres plans comme la course de chevaux ou celle du troupeau de bisons confirment sa totale maîtrise des scènes épiques. L'immensité des paysages (étendues d'eau et de forêts), la force des éléments, la rudesse du climat, tout contribue à la sauvagerie de cette nature hostile.

La scène (presque insoutenable) de l'attaque de l'ours où le spectateur assiste impuissant au supplice du trappeur est frontale, âpre. Bien qu'elle soit dépeinte avec réalisme, la violence n'est pourtant jamais gratuite.
On a tout dit au sujet de l'interprétation du beau Leo (tout juste oscarisé) dans une composition inédite, organique, où aucun outrage ne lui est épargné durant son chemin de croix. 


Le cinéaste nous décrit toute l'animalité de l'homme revenu à l'état primitif dans des scènes jusqu'au-boutistes comme celle de l'éviscération d'un cheval. Par ailleurs, le soin apporté à une lumière brumeuse, à travers la cime des arbres  notamment, apporte une réelle poésie au récit ; tout comme les scènes oniriques du passé de Hugh Glass.

Le commerce de la fourrure représente une économie de premier plan à cette époque. A travers le monde des trappeurs, le cinéaste évoque la naissance d'une nation bâtie sur le pillage et le sacrifice d'un peuple.

L'anglais Tom Hardy (Mad Max) est très convainquant dans le rôle du glacial Fitzgerald. On a tout dit au sujet de l'interprétation du beau Leo (tout juste oscarisé) dans une composition inédite, organique, où aucun outrage ne lui est épargné durant son chemin de croix. 

Son investissement total dans le film est à la mesure de celui qu'il poursuit depuis des années dans la sauvegarde de la planète. Des esprits chagrins pourront déplorer la minceur du scénario. Pour autant, les cadrages, le lyrisme et la puissance des images font que « The Revenant » est avant tout le film d'un (grand) metteur en scène.












1.Posté par Frank le 05/03/2016 09:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le film est superbe, les acteurs principaux sont tout à fait excellents, mais le scénario et la réalisation comportent leur lot d'incohérences.
Sans tout énumérer, j'aimerais juste qu'un médecin donne son avis sur la capacité de Hugh Glass à se remettre d'une double fracture de la jambe avec rotation complète du pied,
ainsi qu'à se cautériser l'oesophage à la poudre à canon, pourtant normalement bien caché derrière la trachée...








Angers Mag












Angers Mag : Premiers Plans : les traits de lumière d'une ouverture réussie: Un auditorium comble, de... https://t.co/XDxYkqr6Q7 https://t.co/e04mNHXcJq
Samedi 21 Janvier - 08:13
Angers Mag : Primaires citoyennes : où peut-on voter en Maine-et-Loire ?: Deux mois après la droite,... https://t.co/AbOn1vQJ7y https://t.co/2FmuCa34Jq
Samedi 21 Janvier - 07:33
Angers Mag : Séance critique : "Ouvert la nuit", d'Edouard Baer: Dans Séance critique, deux fois par... https://t.co/KBpwbaQrr3 https://t.co/crIqaOqiV1
Vendredi 20 Janvier - 18:02
Angers Mag : #Angers Avant l'ouverture de @PremiersPlans : "La Petite Vera", l'acte fondateur. https://t.co/Rwa9MLlP6O https://t.co/lXEw7gGIDv
Vendredi 20 Janvier - 07:47







cookieassistant.com