Sécurité, laïcité : la Ville d'Angers pose ses exigences


Rédigé par - Angers, le 28/11/2015 - 10:01 / modifié le 01/12/2015 - 13:48


Face au risque terroriste djihadiste, le maire d'Angers soumettra lundi au conseil municipal plusieurs engagements liés au Pacte Républicain. Pour que la Ville prenne sa part au renforcement de la sécurité publique sur son territoire, d'une part. Et pour qu'elle y fasse respecter fermement les principes de laïcité, d'autre part. La ligne de conduite ? "Ni populisme, ni angélisme", résume Christophe Béchu.



En hommage aux victimes des attentats du 13 novembre, l'Hôtel de Ville d'Angers est resté illuminé aux couleurs de la France vendredi soir.
En hommage aux victimes des attentats du 13 novembre, l'Hôtel de Ville d'Angers est resté illuminé aux couleurs de la France vendredi soir.
la rédaction vous conseille
Ce ne sera pas une assemblée extraordinaire, elle n'a pas été convoquée spécialement pour cela. Mais c'est un peu tout comme. Lundi soir prochain, un conseil municipal très particulier réunira les élus de la Ville d'Angers.

Etat d'urgence oblige, ces derniers seront invités, en ouverture de séance, à échanger puis se prononcer autour d'une délibération non programmée initialement, mais découlant directement des conséquences des attentats meurtriers du 13 novembre à Paris. Un texte court qui fixe plusieurs engagements de la Ville en matière de sécurité et de respect de la laïcité, "deux piliers (...) au coeur de notre Pacte Républicain", précise le document. "Passé le temps du deuil et de l'émotion, il était inimaginable que l'on se contente d'une minute de silence, cadre Christophe Béchu. Cette délibération précise à la fois que le Conseil municipal soutient les mesures prises dans le cadre de l'état d'urgence, mais que la Ville souhaite prendre toute sa part dans leur mise en oeuvre opérationnelle sur son territoire."

Entre obligations de sécurité et risques anxiogènes, entre vigilance et risque de stigmatisation, le maire d'Angers le sait, l'exercice d'équilibre n'est pas simple. "Je ne veux pas alimenter la paranoïa qui guette dans ce type de contexte. Pas question d'annuler le marché de Noël  ou d'autres manifestations publiques festives car elles sont en soi une forme de résistance, prévient Christophe Béchu. Pour autant, il ne faut pas être non plus dans le déni de la réalité et il est nécessaire d'affirmer notre vigilance et notre fermeté pour l'avenir."

Concrètement, en terme de sécurité, la maire d'Angers va soumettre quatre engagements au conseil municipal. Le premier vise à "renforcer l’action de coordination de la police municipale avec la Police et la Gendarmerie nationales et poursuivre le travail des équipes de nuit engagé depuis janvier 2015". Un exemple : la police nationale pourra accéder désormais "en temps réel" aux images des caméras de vidéo-protection de la Ville dont le déploiement va être poursuivi : c'est le deuxième engagement.
"Il faut que la frontière entre la République, la laïcité et le communautarisme soit absolument infranchissable" Christophe Béchu

Parce que les phénomènes de radicalisation sont aussi une réalité sur Angers, leur suivi va devenir l'une des missions du Conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance (CLSPD) où se regroupent représentants de l’Etat, de la justice, des bailleurs sociaux, de la vie associative, de l’éducation et de tous les élus de proximité. Quatrième engagement en matière de sécurité, la Ville demande aux services de l’Etat à être désormais "informé de la présence d’individus présentant une forte présomption de dangerosité et être associé au suivi indispensable des foyers de radicalisation et d’endoctrinement".

Parmi les exigences posées par la Ville, la demande que la police nationale l'informe plus régulièrement "de la présence d’individus présentant une forte présomption de dangerosité".
Parmi les exigences posées par la Ville, la demande que la police nationale l'informe plus régulièrement "de la présence d’individus présentant une forte présomption de dangerosité".
Est-ce à dire que ce n'était pas du tout le cas avant ? "Presque rien", indique Christophe Béchu. Cette semaine, ce dernier a reçu l'assentiment de la préfète de Maine-et-Loire, Béatrice Abollivier, non pas pour accéder directement aux fiches de renseignements, "ni aller faire des perquisitions municipales", mais que la police informe la Ville "plus régulièrement" et "plus précisément" de la réalité des phénomènes de radicalisation, pour "diminuer sa myopie".

Le deuxième volets d'engagements sur lequel devra se prononcer le conseil municipal d'Angers lundi soir portera sur le respect de la laïcité, "qui repose sur la séparation entre les religions et l'État et qui doit demeurer au premier rang des valeurs républicaines inscrites dans notre constitution" rappelle le document. Là encore, quatre mesures seront proposées, dont la première forme le socle. Elle porte sur la rédaction d' "une charte de la laïcité s’adressant tout autant aux agents qu’aux usagers du service public pour leur rappeler le sens, le contenu et la portée du principe de laïcité." Aucune ambiguïté : pas question pour la Ville de réinventer l'eau chaude et de réécrire ce que la Constitution et la législation ont déjà entériné en la matière, mais d'en réaffirmer localement les principes, y compris sur le respect de la loi du 11 octobre 2010 interdisant la dissimulation du visage dans l'espace public.

Au sein de la ville, un cycle de formation et d'accompagnement des agents municipaux sur cette question de la laïcité, sera mis en oeuvre, tandis que "l’octroi de subventions et la mise à disposition des salles" seront dès le début d'année prochaine, conditionnés à la signature de cette charte. Corollairement, "la rédaction des conventions de mise à disposition des équipements avec les associations" sera elle-aussi revue au regard de la charte. Et une clause d'engagement sur la laïcité sera intégrée "à chacune des conventions d’objectifs et de moyens de la collectivité". Une manière très claire pour la Ville d'Angers de mettre chaque responsable d'association face à ses responsabilités.




Journaliste, rédacteur en Chef d'Angers Mag En savoir plus sur cet auteur















Angers Mag











Angers Mag : #JPEL "Contre le complotisme, on ne peut pas enrayer tout (...) Mais on peut entraîner les cerveaux." 👏👏JB Schmidt… https://t.co/6pn23fJUHD
Vendredi 9 Décembre - 15:01
Angers Mag : L'indépendance, un état d'esprit ? #Angers Mag bien chez soi à la journée de la presse en ligne à Paris. #JPEL https://t.co/EpAgR2dt6N
Vendredi 9 Décembre - 12:17
Angers Mag : #Angers Le dessin du mois de décembre signé Fañch Juteau #prevention #VIH https://t.co/J3CxFCf8FC https://t.co/oAZR7nNURX
Vendredi 9 Décembre - 12:01
Angers Mag : #Angers Le dessin du mois de septembre signé Fañch Juteau #accrochecoeurs https://t.co/J3CxFCf8FC https://t.co/Jkrkty2UMe
Vendredi 9 Décembre - 10:51



cookieassistant.com