Sécurité routière : l’accident de trop à Angers


Rédigé par - Angers, le 13/01/2014 - 13:16 / modifié le 13/01/2014 - 13:19


Malgré les incitations de la Prévention Routière à ne pas prendre le volant après avoir consommé de l’alcool, un accident mortel impliquant un conducteur en état d’ébriété s’est produit ce week-end à Angers. Combien faudra-t-il de morts pour que chacun prenne enfin conscience que l’alcool est la première cause de mortalité sur la route ?



Le croisement du boulevard Albert Blanchoin et de la rue d'Orgemont où s'est produit l'accident mortel
Le croisement du boulevard Albert Blanchoin et de la rue d'Orgemont où s'est produit l'accident mortel
Une voiture folle fauche deux ados à Angers » titrait le Courrier de l’Ouest samedi. Depuis deux jours, l'émotion s'est répandue à Angers autour de de ce drame mettant en cause un véhicule conduit par un jeune homme en état d’ébriété et qui a coûté la vie à une jeune fille de 15 ans, fauchée alors qu'elle s’était engagée, avec un ami, sur un passage protégé. Hospitalisé dans un état grave, ce dernier est aujourd'hui hors de danger.

L’accident s’est produit sur le boulevard Albert Blanchoin, une chaussée à deux fois deux voies, limitée à 50 km/h, et qui contourne l’agglomération par le sud, au croisement avec la rue du château d’Orgemont, dans le quartier de la Roseraie.

Selon des témoins qui venaient de se faire doubler avant le choc mortel, la voiture roulait à vive allure, "plus de 80 km/h" (sur une voie limitée à 50 km/h), selon le parquet d'Angers. « Le conducteur a bu du whisky », déclarait l’un des passagers, repris par la presse. « Combien, je ne sais pas, mais il roulait trop vite et j’avais peur ». Son taux d’alcoolémie au moment du drame était de 0,64 mg d’alcool par litre d’air expiré, soit 1,28 g d’alcool par litre de sang, déclareront les services de police par la suite.

D'autres circonstances pourraient bien aggraver la responsabilité du conducteur, qui a été mis en examen pour homicide involontaire et écroué dimanche : tout d'abord, des tests salivaires ont attesté, chez lui, de l'usage du cannabis; d'autre part, ce jeune automobiliste - il a 31 ans - a déjà été condamné pour des conduites en état d'ébriété ces dernières années. Si le délit ne fait aucun doute, certains mettent en cause le lieu, considéré comme dangereux, surtout en soirée. Une femme de 62 ans a trouvé la mort au même endroit il y a deux ans.

À ce constat s’ajoute le fait qu’à ce stade de l’enquête on ne sait pas si l’automobiliste a grillé le feu rouge - des témoins ont rapporté qu'il était passé au vert - ou si les jeunes piétons se sont engagés à tort sur le passage protégé. L'information judiciaire ouverte par le parquet d'Angers devrait permettre de préciser les circonstances de l'accident.

Tout cela ne doit pas occulter le fait qu’un piéton est un utilisateur de l’espace routier très vulnérable, que tout oblige à protéger, même s’il est dans son tort. C’est justement pour éviter les situations dramatiques que la vitesse est réduite en agglomération. Elle doit permettre à l’automobiliste surpris de s’arrêter et en cas de choc, de limiter les dégâts.

L’alcool fait perdre toute notion de danger

Publicité incitant a la réduction de la vitesse, non loin du lieu de l'accident
Publicité incitant a la réduction de la vitesse, non loin du lieu de l'accident
La mort de la jeune fille a ému la communauté angevine et en premier lieu le Maire, Frédéric Béatse. « Mon émotion est immense. Les premiers éléments de l'enquête évoquent une voiture roulant vite et conduite par des personnes en état d'ébriété », déclarait le maire en adressant ses condoléances à sa famille. « J’affirme que nous poursuivrons plus que jamais notre volonté de mettre en place le maximum d'éléments permettant d'apaiser la circulation à Angers ».

Et de poursuivre : « La délinquance routière est une délinquance dont chacun d'entre nous ou l'un de nos proches peut être un jour victime au hasard. Nous devons toujours avoir cela en tête quand, nous-mêmes, nous nous retrouvons au volant ».

Les rues de nos villes, empruntées par des piétons, vélos, motos, autos, sont devenues dangereuses par nature. Il convient donc d’adopter la plus grande vigilance pour éviter le choc fatal, lequel sera d’autant plus préjudiciable aux personnes concernées que la vitesse est grande et la protection inexistante. Un phénomène physique difficile à prendre en compte par les personnes sous l’emprise de l’alcool, qui, selon la dose, rend plus euphorique, altère le comportement (temps de réaction, jugement, vision) et surtout estompe la perception du danger.

Finie l’époque de la publicité qui mentionnait : « Un verre ça va, trois verres, bonjour les dégâts ». Dès lors que l’on sait qu’alcool et volant ne font pas bon ménage, pourquoi l’autoriser (jusqu’ à 0.5 g) à celui qui prend le volant. Surtout que ses effets seront variables, selon la corpulence, l’habitude, la fatigue, etc… Plus qu’une dose limite, c’est la tolérance zéro qu’il devient nécessaire d’appliquer.

À l’heure où nombre de personnes se réfugient dans l’alcool pour oublier l’espace de quelques heures les tracas de la vie quotidienne la répression ne suffit plus. Les pouvoirs publics et les constructeurs doivent réfléchir à des mesures concrètes, plus qu’à des amendes, qui permettraient d’éviter ces moments douloureux pour les familles concernées. Parmi ces mesures, l’installation obligatoire d’un système anti démarrage en cas de prise d’alcool et la régulation automatique de la vitesse des automobiles grâce aux GPS embarqués.

La voiture permet de se déplacer et la conduite est un plaisir pour beaucoup d’automobilistes. Elle ne doit pas être une arme entre les mains de ceux qui pensent, à tort, que l’accident n’arrive qu’aux autres.



Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par martin le 13/01/2014 18:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Certains habitants de la Roseraie avaient connaissance de voitures qui roulent très vite dans ce quartier.
Certains parlaient même de rodéo aux abords de Jean XXIII.

Le commissariat de la Roseraie en avait-il connaissance ? et la mairie d'Angers ? de toute façon, il est trop tard pour cette jeune fille.

2.Posté par toto le 13/01/2014 18:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il suffit de sortir vers 20 heures et plus, pour s'apercevoir que ça roule vite, très vite, trop vite à Angers et quel que soit le quartier.
Les fauves se lachent en soirée quand la police se fait plus rare...

3.Posté par RasLaCouenne le 13/01/2014 21:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
En même temps, faut arrêter de "classer" ce genre de chose "homicide par imprudence", c'est un acte prémédité que de prendre sa voiture pour se rendre à un endroit où on va consommer de l'alcool, c'est donc un acte prémédité que de prendre sa voiture sous l'emprise de l'alcool. Et on peut pas dire à l'heure actuelle que les assassins qui prennent le volant en état d'ébriété ne savent pas comme c'est dangereux pour les autres!! Tuer quelqu'un avec sa voiture en état d'ébriété, c'est un acte pr...

4.Posté par Dumnac le 15/01/2014 08:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
J'emprunte tous les jours le passage pour piétons de ce carrefour.
Je puis vous affirmer que, même en allongeant le pas, il est impossible de traverser les deux voies même dès que le feu pour piétons passe au vert.
Ce feu passe au rouge quand on est au milieu de la chaussée au delà de la voie centrale !
Je n'insisterai pas sur la vitesse de la plupart des voitures roulant allègrement à 70 ou 80 km/h...
De plus, les contrôles de vitesse sont d'une rareté ...!!!

5.Posté par krummenacher michel le 15/01/2014 19:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il est impensable de laisser un tel individu en liberté, en plus récidiviste c'est un assassin retirer la vie d'une jeune fille et blesser grièvement son ami c'est un crime, les punitions devraient être exemplaires.Il faut que ce genre de personne finisse ces jours en prison car il recommencera.








Angers Mag















Angers Mag : Séance critique : "Ma'Rosa" de Brillante Mendoza: Dans Séance critique, deux fois par... https://t.co/UXYZ0kjrdt https://t.co/JrsEK1vwBv
Samedi 10 Décembre - 11:00
Angers Mag : « Ces pédagogies ne sont pas ignorées »: Et l’Education Nationale ? Quel regard... https://t.co/JnPQWXILNL https://t.co/5glkXOM6T3
Samedi 10 Décembre - 07:45
Angers Mag : #JPEL "Contre le complotisme, on ne peut pas enrayer tout (...) Mais on peut entraîner les cerveaux." 👏👏JB Schmidt… https://t.co/6pn23fJUHD
Vendredi 9 Décembre - 15:01
Angers Mag : L'indépendance, un état d'esprit ? #Angers Mag bien chez soi à la journée de la presse en ligne à Paris. #JPEL https://t.co/EpAgR2dt6N
Vendredi 9 Décembre - 12:17


cookieassistant.com