Seul sur scène, mais pas au monde


Rédigé par Tristan LOUISE - Angers, le Lundi 2 Février 2015 à 06:00


Le CNDC griffé Robert Swinston présente son « Festival Danse Solo », du 2 au 7 février, au Quai et au THV de Saint-Barthélémy-d’Anjou. Spectacles, conférence et projections émailleront ce temps fort de plaisir solitaire.



« Singspiele » de Maguy Marin, inspirée par un texte de Robert Antelme, sera donnée ce soir lundi, à 20 h 30 au Quai. Crédit photo : B. Lebreton
« Singspiele » de Maguy Marin, inspirée par un texte de Robert Antelme, sera donnée ce soir lundi, à 20 h 30 au Quai. Crédit photo : B. Lebreton
la rédaction vous conseille
Les premiers mots à Claire Rousier, directrice adjointe du Centre national de danse contemporaine (CNDC) et auteur de La danse en solo, une figure singulière de la modernité : « A l’orée du XXème siècle, le solo apparaît conjointement à l’émergence de la danse moderne (…) Le solo sort des théâtres, investit la nature ou les scènes de cabaret comme autant de lieux de sa monstration (…) Dans ce travail solitaire, le danseur est à la fois acteur et spectateur de lui-même, explorateur et créateur de sa propre matière gestuelle. Par ce dialogue de soi à soi, proche parfois du journal intime ou de l’autoportrait, il opère simultanément un rassemblement et un dessaisissement de sa personne ».

Le corps comme le langage. Comme des « Confessions » de Montaigne, pour dire soi comme on dit le monde, pour témoigner, par le truchement de son vécu, son être au monde, sa culture, sa pesanteur, des histoires de l’homme.

Jusqu’à samedi, le CNDC et le THV de Saint-Barthélémy-d'Anjou mettent à l’honneur cette forme singulière qu’est le solo de danse. Dix spectacles sont à l’affiche, et la plupart ont été pensés par des grands noms de la danse. C’est « Singspiele » d’une Maguy Marin inspirée par un texte de Robert Antelme (ce lundi à 20 h 30 au Quai) ; c’est « Icare » de Claude Brumachon qui confie au danseur Benjamin Lamarche ce rôle casse-gueule d’homme-oiseau (jeudi 5).

C’est aussi la chance de voir Amala Dianor, ancien étudiant du CNDC, installé à Angers, dans « Man Rec », qui interroge ses origines et sa « négritude » chère à Césaire et Sédar Senghor (vendredi 6 au THV). C’est encore Arkadi Zaides, Rocio Molina & Rosario « La Tremendita », Alessandro Sciarroni, Aurélien Bory, Maria Donata D’Urso et Yvann Alexandre… autant de langages chorégraphiques interrogeant notre violente modernité (le conflit israélo-palestinien), la performance, les subtiles sensations et la question d’autrui.

Les étudiants de l’Ecole supréieure du CNDC sont bien sûr mobilisés : ils présentent « Soli Dite » et une série d’impromptus tout au long de la semaine. Et comme il faut souvent se poser pour comprendre, une projection de « Soli modernes du XXe siècle » aura lieu le 24 février prochain, dans le Studio de création du CNDC.
 
Tous les tarifs et tout le programme sur www.cndc.fr . Billetterie au 02 41 22 20 20.
 












Angers Mag












Angers Mag : RT @UnivAngers: À l'occasion du colloque #BonDroit qui se déroule auj. et demain à la Faculté de droit. Avec Félicien Lemaire @AngersCjb ht…
Jeudi 8 Décembre - 13:04
Angers Mag : Le Bastringue Général, collection automne-hiver à Montreuil-Juigné: A la fois marché de... https://t.co/wSJrT0YxQH https://t.co/uk6Li4S9nu
Jeudi 8 Décembre - 09:22
Angers Mag : Pourra-t-on un jour revendiquer le "droit au bonheur" devant les tribunaux ?: Avec cette... https://t.co/QpibQ65W2u https://t.co/6akmJkPlta
Jeudi 8 Décembre - 07:56
Angers Mag : A Coutures, les maternelles s’activent: Dans sa classe de l’école maternelle publique de... https://t.co/bJ1C27TEZX https://t.co/HH0RAzp80Q
Jeudi 8 Décembre - 07:46







cookieassistant.com