Solidarité : les buralistes donnent un coup de main au Secours Populaire


Rédigé par - Angers, le 04/03/2014 - 10:45 / modifié le 04/03/2014 - 16:55


En cette période de crise financière, les besoins des associations d’entraide aux plus démunis à l’exemple du Secours Populaire Français sont de plus en plus grands. Organisée pour la 15e année la campagne « Don’actions », permet de subvenir, en partie, au fonctionnement de la structure. Cette année les buralistes français s’associent à l’opération.



M. Rousselet, buraliste au centre Lorette à Angers, montrant le carnet de tombola du Don'actions
M. Rousselet, buraliste au centre Lorette à Angers, montrant le carnet de tombola du Don'actions
la rédaction vous conseille
On nous considère souvent comme des marchands de mort », s’insurge Brigitte Dilhet, gérante d’un bureau de tabac en centre-ville d’Angers, mais également présidente de la chambre syndicale des buralistes de Maine-et-Loire et de la Fédération des buralistes de l’ouest. « Nous sommes avant tout des commerces de proximité qui en dehors du tabac, vendent aussi des revues, des timbres fiscaux, … et à ce titre nous sommes très proches des gens et souvent des plus démunis ».

Pas pour se donner bonne conscience, - ce n’est pas le genre de la maison , Brigitte Ghilet qui croise chaque jour des clients en détresse, se sent également concernée. « La vie est très difficile aujourd’hui, même pour nos proches. Les bureaux de tabac sont implantés dans des quartiers populaires et des petits villages et nos clients se confient ».

Et c’est justement dans ces villages ruraux qu’aujourd’hui, la misère se déplace, constate chaque jour, Stéphane Lepage, secrétaire général départemental du Secours Populaire. « Le nombre de personnes en situation précaire a augmenté de 8% entre 2013 et 2014 et plus particulièrement dans les zones rurales. Les plus démunis vont là où la vie est la moins chère ».

Ces populations qui ne bénéficient pas d’un soutien local, par manque de moyens, obligent le Secours Populaire à se déplacer ou à installer des antennes locales, avec toutes les charges qui vont avec. Le Secours populaire qui compte 691 bénévoles et seulement trois salariés, réparti sur 6 antennes en Maine et Loire, a aidé plus de 2900 familles en 2012, dont 819 monoparentales.

Don’actions, organisée en collaboration avec les buralistes, est une campagne nationale de collecte de dons financiers, sous forme de billets de tombolas à 2 € le billet permettant de gagner de nombreux lots, dont une petite voiture. « Cette opération est nécessaire au bon fonctionnement de notre structure », explique Stéphane Lepage. « Ce n’est pas la seule, mais la situation est grave et demande de plus en plus d’efforts, pas seulement des bénévoles qui nous rejoignent, mais de tout le monde ».

La solidarité n’attend pas

Si ce dernier est plutôt satisfait des moyens logistiques mis à disposition de la Ville d’Angers, - les derniers en date étant les locaux de stockage de la Cité de la Solidarité -, il constate que ce n’est pas le cas partout. « Dans certaines communes, nous sommes obligés de louer des locaux. L’organisation de la solidarité au quotidien coûte de plus en plus cher ».

La campagne « Don’actions », désormais relayées par 124 buralistes sur les 353 que compte le département devrait permettre de « sensibiliser nos concitoyens », c’est tout au moins ce qu’espèrent les buralistes, lesquels ont été choisis en fonction de l’implication de bénévoles du Secours Populaire sur place. « Nous n’avons pas choisi les bureaux de tabac installés dans les quartiers ou villes les plus riches, ce ne sont pas toujours les habitants de ces quartiers qui sont les plus sensibles aux problèmes de leurs concitoyens », appuie Brigitte Dilhet.

Mais sur place, le message de cette action, si généreuse soit-elle n’est pas toujours facile à faire passer. « Nous avons une affiche sur la porte, mais personne ne fait la demande. Il faut que nous leur fassions la proposition », se désole M. Rousselet, buraliste au Centre Lorette à la Roseraie à Angers. « Il faut remplir les talons des carnets et nous n’avons pas toujours le temps. Il faudrait que les bénévoles viennent nous aider pour lancer l’opération ».

Les billets sont également disponibles dans les centres du Secours Populaire et des bénévoles.

Lancée depuis le mois de janvier, l’opération se terminera le 28 mars, date à laquelle un tirage national sera organisé. Cette campagne nationale est appuyée par une soixantaine de personnalités du monde de la chanson, du sport, de la télévision. Mais comme beaucoup d’actions de ce type, elle peine à démarrer, alors que la solidarité n’attend pas.




Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur








Angers Mag















Angers Mag : Séance critique : "Ma'Rosa" de Brillante Mendoza: Dans Séance critique, deux fois par... https://t.co/UXYZ0kjrdt https://t.co/JrsEK1vwBv
Samedi 10 Décembre - 11:00
Angers Mag : « Ces pédagogies ne sont pas ignorées »: Et l’Education Nationale ? Quel regard... https://t.co/JnPQWXILNL https://t.co/5glkXOM6T3
Samedi 10 Décembre - 07:45
Angers Mag : #JPEL "Contre le complotisme, on ne peut pas enrayer tout (...) Mais on peut entraîner les cerveaux." 👏👏JB Schmidt… https://t.co/6pn23fJUHD
Vendredi 9 Décembre - 15:01
Angers Mag : L'indépendance, un état d'esprit ? #Angers Mag bien chez soi à la journée de la presse en ligne à Paris. #JPEL https://t.co/EpAgR2dt6N
Vendredi 9 Décembre - 12:17


cookieassistant.com