Sous le pavé, le pouvoir d’achat ...


Rédigé par yannick Sourisseau - Angers, le 30/01/2009 - 07:11 / modifié le 28/02/2009 - 09:10


Avec 18 000 manifestants selon les organisations syndicales, un peu moins selon la Police, la manifestation de ce jeudi 29 Janvier, dans les rues d’Angers, sous un soleil hivernal, aura atteint un chiffre record. Des salariés touchés de prés ou de loin par la crise, mais d’une manière générale inquiets pour leur avenir, ont défilés dignement de la place Leclerc au centre ville, en passant par les bords de Maine.



Le long cortège sur les bords de Maine
Le long cortège sur les bords de Maine
la rédaction vous conseille
Pour des raisons diverses, fonctionnaires et salariés du privé, en moins grand nombre, mais tout de même présents, ont manifesté coude à coude, ce jeudi matin, dans les rues d’Angers, avec un slogan majoritaire : « les salariés ne sont pas responsables de la crise ». Çà c’était pour le thème général. En fait sur les banderoles, pancartes individuelles et autres slogans criés à grand renfort de mégaphones et autres sonorisations automobiles, chacun y allait de sa requête personnelle.

Il y avait les métallos de fonderies de l’Authion, récemment touchés et ceux de NEC, pris de plein fouet par la crise internationale qui secoue le monde de l’informatique, côtoyant le personnel hospitalier, les municipaux, les services fiscaux, les pompiers et même la justice, avec une revendication forte à l’attention du gouvernement en place « Nous ne voulons pas être les laissés pour compte d’une politique jugée trop libérale ». Le long cortège s’étendait de la place Leclerc, sur toute la longueur du boulevard Ayrault, jusqu’à la trémie Molière, du jamais vu à Angers

A grand renfort de slogans et autres chansons du hit parade, remixées façon CGT, les manifestants ont fustigé le chef de l’État et les grands patrons, ceux qui, selon eux, s’en mettent plein les poches pendant que les autres triment pour une bouchée de pain. En sus d’une revalorisation des salaires, demandée par les uns et par les autres, c’est surtout la peur du lendemain qui dominait largement la manifestation, notamment pour les salariés du secteur privé.

Quelques petits incidents, sans gravité, ont émaillé la manifestation, comme cet homme, visiblement remonté qui a choisi de ne pas s’arrêter devant le cortège qui s’ébranlait, préférant foncer sur les forces de l’ordre. Heureusement, il a été maitrisé avant que l’incident dégénère. Ou encore ces deux jeunes étudiants, inconscients, militants du mouvement « stop la grève » qui sont venus s’en prendre aux manifestants au niveau du carrefour Rameau. Ils ont été aussitôt écartés par les policiers, alors que les organisateurs appelaient les manifestants à ne pas céder à la provocation.

Parti à 10h30, le long cortège a clôturé son parcours à 12h 30, pour les premiers, place Imbach, devant la Bourse du Travail.

Reportage vidéo réalisé par Amselme


LES TAGS : social










Angers Mag















Angers Mag : Séance critique : "Ma'Rosa" de Brillante Mendoza: Dans Séance critique, deux fois par... https://t.co/UXYZ0kjrdt https://t.co/JrsEK1vwBv
Samedi 10 Décembre - 11:00
Angers Mag : « Ces pédagogies ne sont pas ignorées »: Et l’Education Nationale ? Quel regard... https://t.co/JnPQWXILNL https://t.co/5glkXOM6T3
Samedi 10 Décembre - 07:45
Angers Mag : #JPEL "Contre le complotisme, on ne peut pas enrayer tout (...) Mais on peut entraîner les cerveaux." 👏👏JB Schmidt… https://t.co/6pn23fJUHD
Vendredi 9 Décembre - 15:01
Angers Mag : L'indépendance, un état d'esprit ? #Angers Mag bien chez soi à la journée de la presse en ligne à Paris. #JPEL https://t.co/EpAgR2dt6N
Vendredi 9 Décembre - 12:17


cookieassistant.com