Suppression de l’aide à l’apprentissage : Jacques Auxiette entendu par le gouvernement


Rédigé par - Angers, le 19/07/2013 - 07:50 / modifié le 19/07/2013 - 07:50


Dévoilées ce mercredi, à l'issue du comité interministériel pour la modernisation de l'action publique, les mesures de simplification et de modernisation de l'État et notamment la suppression du dispositif de soutien à l'emploi des apprentis a fait réagir les entreprises et les régions. Devant cette levée de bouclier, le gouvernement vient de revoir sa copie.



47 200 jeunes sont actuellement en apprentissage dans la région des Pays de la Loire.
47 200 jeunes sont actuellement en apprentissage dans la région des Pays de la Loire.
la rédaction vous conseille
En supprimant le dispositif de soutien à l’emploi des apprentis, ce sont 550 millions d’Euros qui ne seraient plus versées par l’Etat aux employeurs par l’intermédiaire des régions, ces dernières mettant tout en œuvre pour favoriser l’emploi des jeunes.

A l'annonce de cette décision gouvernementale, le Président de la Région des Pays de la Loire, Jacques Auxiette (PS), considérait « qu’il s’agit d’un très mauvais signal en contradiction avec la priorité donnée à l’emploi des jeunes. Cette décision casse, de surcroît, l’élan engagé en faveur du développement de l’apprentissage dans nos territoires, dont on sait qu’il constitue une voie de formation avec de bons taux d’insertion professionnelle ».

En Pays de la Loire qui se situe au premier rang national pour le nombre d’apprentis, la suppression de cette dotation pourrait avoir des conséquences non négligeables. Actuellement 47 200 jeunes sont formés en apprentissage dans la région des Pays de la Loire.

« Je demande très fermement au Gouvernement de renoncer à cette mesure et de mettre à l’étude des choix alternatifs », avait déclaré le Président en cours de journée, proposant même une « réduction des exonérations fiscales ou des cotisations sociales ». Cela permettrait aux entreprises de pouvoir continuer à embaucher des apprentis, « la région ne disposant pas de ressources de substitution pour maintenir cette prime ».

Il semble que cette demande ait été entendue par le gouvernement qui vient de décider de faire marche arrière ou presque.

En effet, selon une dépêche AFP publiée ce soir, l'aide aux employeurs sera bien supprimée, mais finalement remplacée par un nouveau dispositif pour les petites entreprises de moins de 10 salariés. Si cette marche arrière est bien actée, le contour du nouveau dispositif n’est pas encore ficelé. Toutefois, « la compensions de l’Etat aux régions se situerait entre 250 et 300 millions d'euros », annonce ce soir une source gouvernementale.

Les très petites entreprises représentent 66% des bénéficiaires de l'indemnité compensatrices, soit la majorité des employeurs d'apprentis en France. Certains organismes professionnels à l’exemple de l’Union Professionnelle Artisanale, aimeraient bien que le nombre de salariés retenus pour bénéficier de cette indemnité soit porté à 50, bon nombre d’artisans, notamment dans le bâtiment dépassant les 10 salariés.




Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur















Angers Mag