Suspension de l’écotaxe : les agriculteurs de Maine-et-Loire satisfaits


Rédigé par - Angers, le 30/10/2013 - 09:02 / modifié le 31/10/2013 - 11:59


La suspension de l’écotaxe satisfait aussi les deux principales organisations syndicales agricoles du département. FDSEA et JA parlent, à propos de la décision du Premier ministre Jean-Marc Ayrault, de "sagesse" et font savoir que leurs représentants nationaux acceptent le dialogue proposé par le gouvernement.



Des agriculteurs mobilisés, le 22 octobre dernier, devant l'unique portique du département de Maine et Loire
Des agriculteurs mobilisés, le 22 octobre dernier, devant l'unique portique du département de Maine et Loire
Si la mobilisation contre l'écotaxe n'a pas pris en Maine-et-Loire la dimension des combats menés en Bretagne, elle a tout de même été relayée notamment par les deux principaux syndicats agricoles du département, la FDSEA et les JA (Jeunes agriculteurs).

La mobilisation forte de notre réseau national et la demande d’ajournement de cette mesure ont été entendues », déclarent dans un communiqué commun deux de leurs représentants, Jean-Marc Lézé et Emmanuel Lachaize. Pour eux, « la sagesse l’a emporté ».

« La mise en application de cette nouvelle taxe en l’état, aurait été une charge supplémentaire sur les approvisionnements et les livraisons des exploitations agricoles laquelle n’aurait pas pu être répercutée sur les prix de vente », défendent les agriculteurs.

Pour les deux organisations, c'est la compétitivité des productions agricoles régionales, déjà mises à mal selon eux, qui aurait été injustement pénalisée par la mise en œuvre de l'écotaxe. Le 22 octobre à Cholet, elles avaient mobilisé autour d'elles une trentaine de personne pour montrer leur désaccord, en enrubannant le seul portique de contrôle installé dans le département, sur la route nationale 249. Une action que nous avions relayé sur notre site.

Pour la FDSEA et les JA, "l’opération n’aura donc pas été vaine". Les deux syndicats précisent "qu’ils ne sont pas contre le principe de cette taxe, mais contre l’application telle qu’elle était définie jusqu’à présent". Si les réseaux FNSEA et JA s’engagent à participer au dialogue proposé par le Premier ministre, ils refusent toujours une application qui fragilise l’agriculture et l’agroalimentaire et pénalise les territoires ruraux. "Nous veillerons à préserver la compétitivité du secteur agricole", ajoutent-ils.



Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur















Angers Mag